14 arguments contre la chasse

14 arguments contre la chasse

11 janvier 2019 0 Par Elodie Marziac

La chasse est une activité pratiquée par 1.2 millions de personnes en France. Un nombre effarant qui explique pourquoi, malgré la controverse, cette activité est si ardemment défendue. Pourtant la chasse est un sport mortel et barbare datant d’une époque révolue.

Les chasseurs peuvent être agressifs lorsque nous critiquons leur « sport », alors autant avoir des arguments bien construits pour vous aider lors d’un débat.

«On ne peut pas dissimuler le but de la chasse par de grands mots qui servent si bien à cacher le véritable caractère de manifestations barbares.» – Tolstoï

1. La forêt appartient à tous, aussi à nous chasseurs.

La chasse n’est pas un sport et pour le plaisir meurtrier des chasseurs on privatise des espaces naturels pour une minorité. 2% de la population tient en otage les 98 autres % des citoyens français pour abattre en quelques mois pas moins de 30 millions d’animaux chaque année. 2 millions de cavaliers, 15 millions de randonneurs, 20 millions de cyclistes, des promeneurs, des amoureux de la nature, sont privés de leurs droits d’aller en forêt pendant 5 mois, pour le plaisir des chasseurs. La majorité démocratique ne peut rien y faire. On a vu la puissance des lobbys face à M. Hulot…

Le pire c’est que les chasseurs peuvent même entrer chez vous. Si vous n’avez pas défini votre terrain comme une zone-refuge via des associations. Ils nous prennent la forêt et même nos terrains…

2. C’est notre sport on a le droit de le pratiquer.

Tuer pour le plaisir des animaux ce n’est pas sain.. Ça fait un peu psychopathe non ? Ils emmènent parfois des enfants dans ces entreprises sanglantes, ils les formatent à la violence et à la haine. Est-ce normal de traquer jusque dans les terriers des familles de renards effrayés, de les déterrer et de les laisser se faire dévorer par les chiens ? Est-ce normal de rire face à la mort de nombreux animaux ? Est-ce normal de traquer des animaux pendant des heures jusqu’à l’épuisement ? Est-ce normal de tuer par plaisir tout simplement ? Non un sport c’est quelque chose de bénéfique, qui apporte de nombreux bienfaits pour le corps et l’esprit. La chasse n’est pas un sport, c’est du meurtre. C’est tuer des animaux et les priver de leur droit à la vie. Je ne comprends pas qu’on puisse laisser des psychopathes assoiffés de sang dans la nature avec des fusils.

3. Les animaux chassés ont eu une belle vie.

Le fait d’avoir eu une vie de liberté (pour les animaux nés dans la nature, on exclut donc de base les animaux d’élevage), ne justifie en rien la nécessité de tuer cet animal. Un animal à le droit d’avoir une belle vie et de profiter de cette vie. On a l’impression de revenir aux arguments justifiant la corrida… « Il a bien vécu avant alors on peut le torturer. »

4. On chasse depuis toujours.

Avant on chassait pour se nourrir, c’était un besoin vital. De nos jours ce n’est plus (dans notre région du monde) nécessaire pour se nourrir.

Qui a t-il de mature à dire : « Oui mais eux ils l’ont fait avant moi, alors je peux le faire aussi ». Une sérieuse remise en question est nécessaire.

5. Il n’y a rien de cruel dans la chasse.

Poursuivre un animal dans un « combat » inégal, en l’épuisant jusqu’à la chute c’est cruel. La chasse à coure est par exemple interdite en Angleterre alors que c’est son berceau historique. C’est donc qu’ils ont pris conscience de la barbarie de cette pratique.

Noyer un cerf pour l’empêcher de s’échapper, c’est cruel. Dépecer des animaux vivants, c’est cruel.

Le déterrage c’est le fait d’envoyer des chiens dans le terrier en bouchant les entrées. Les chiens doivent acculer l’animal au fond du terrier le temps que les déterreurs creusent un trou. Lorsque la proie est débusquée, on la saisit à l’aide de pinces métalliques par le cou, le museau, la tête, le corps ou une patte, et on « l’arrache » à son terrier. S’ensuit la mise à mort : pistolet, dague ou couteau pour les renards et les blaireaux adultes, tandis que les renardeaux et les blaireautins sont achevés à coups de pelle, voire de talon, en présence d’enfants qu’on habitue ainsi très tôt à trouver normal cet effroyable carnage. Tant pis pour les victimes collatérales, les chats forestiers, les loutres ou les chauve-souris qui partagent les terriers des renards ou des blaireaux… C’est cruel.

Piéger des oiseaux à la glu, les laisser mourir de faim, de soif, dévorés alors qu’ils ne peuvent s’échapper; c’est cruel.

N’oublions pas le fait que les chevaux et les chiens sont utilisés comme du matériel qui se doit d’être utile et qui peut être jetable.. Les chiens sont souvent entassés dans les chenils en attendant d’être sortis pour chasser et risquer leurs vies à courir après un pauvre animal.. Les chevaux épuisés dans des courses interminables.

6. On chasse pour éviter la prolifération et pour réguler.

Lorsqu’il y a eu des épisodes de rage à la fin des années 60, les chasseurs ont eu pour missions d’éliminer les renards pour arrêter l’épidémie. La seule chose qui a fonctionné c’est la vaccination orale. Seules les campagnes de régulation des naissances et de redistribution des territoires sauvages peuvent fonctionner contre la prolifération.

Chaque année, près de 20 millions d’animaux (faisans, lièvres, lapins, perdrix, etc.) sont élevés ou importés pour être lâchés par les chasseurs dans la nature. Les élevages d’animaux sauvages destinés au plaisir sanguinaires des chasseurs sont des secrets bien gardés.

Les chasseurs parlent de prolifération mais tuent les prédateurs naturels, ce qui créer des déséquilibres. Concernant les sangliers, une des cibles favorites des chasseurs, ils sont « nourris ». Les chasseurs « agrainent », leur mettent à disposition de la nourriture, afin qu’ils ne quittent pas les territoires. Une truie bien nourrie fera donc plus de petits. Encore une fois les chasseurs dérèglent volontairement pour utiliser l’argument de la régulation. Ça fait un peu pompier pyromane non ?

Les espèces s’auto-régulent. Les prédateurs ne prolifèrent pas à tout va s’il n’y a pas assez à manger… La nature n’a pas vraiment besoin de l’intervention du divin humain. Par contre nous pouvons encadrer leurs zones de vie pour prévenir des accidents. Nous pouvons vivre en harmonie avec les animaux.

7. Les chasseurs sont les premier écologistes de France.

Chaque année ce sont environ 40 millions d’animaux qui périssent à cause des chasseurs. Ces chiffres ne comptent pas les animaux blessés qui périront bien après, ou les animaux des élevages de chasseurs, qui ne sont pas habitués à la vie sauvage et qui vont mourir.

En Europe c’est 21 000 tonnes de plombs qui sont dispersés dans la nature, soit 0.6 kg par seconde. Cette contamination tue 1 à 2 millions d’oiseaux et animaux par an, due à l’ingestion ou à la contamination des sols.

8. Nous sommes très réglementés.

Une fois le permis de chasse obtenu, la personne qui l’a le possède tout le long de sa vie. Et ceux, quoi qu’il se passe. Aucun examen n’est demandé pour vérifier l’aptitude du titulaire. Dans l’absurde, un chasseur de 90 ans à moitié aveugle et ayant Parkinson pourrait encore s’adonner à son plaisir barbare.

9. Les accidents de chasse sont rares.

Pour la saison de chasse 2015/2016, 146  accidents de chasse ont été  recensés en France par l’Office  National de la Chasse, dont 10 mortels (8 chasseurs et 2 non chasseurs).

Voici quelques chiffres pour l’ouverture de la saison 2017 : 18 morts dont 1 enfant

  • 02/11: 1 chasseur tire dans le ventre d’un autre chasseur- Yonne
  • 31/10: 1 balle de chasseur traverse un salon- Gironde
  • 30/10: des chasseurs abattent une jument-Rhône 
  • 28/10: 1 chasseur se tire dans le pied- Lot-et-Garonne
  • 28/10: 2 promeneurs frôlés par des tirs- Ille-et-Vilaine
  • 28/10: 1 chasseur se blesse grièvement avec son couteau-Ille-et-Vilaine
  • 28/10: 1 chasseur se tire une balle dans le pied- Ardennes
  • 28/10: 1 chasseur se tire dans le tibia- Loire-Atlantique
  • 27/10: 1 garde chasse blessé par balle à la tête suite à une altercation avec des chasseurs- Lot-et-Garonne
  • 27/10: 1 chasseur tire dans l’abdomen d’un autre chasseur- Saône-et-Loire
  • 21:10: 2 pêcheurs reçoivent des plombs au bord d’un lac- Pas de Calais
  • 21/10: 2 surfeurs sont visés par 2 chasseurs sur la plage- Finistère 
  • 21/10: 1 vététiste blessé par balle- Ariège
  • 21/10: 1 chasseur tué par éclats balle- Meuse
  • 20/10: 1 chasseur chute mortellement- Hautes Alpes
  • 18/10: 1 chasseur chute mortellement- Isère
  • 14/10: 1 chasseur tire sur son frère- Pas-de-Calais
  • 14/10: 1 maison atteinte par une balle- Lot
  • 13/10: 1 chasseur reçoit un plomb dans le crane- Lot et Garonne
  • 13/10: 1 chasseur tire sur un autre chasseur posté dans 1 mirador- Aisne
  • 13/10: 1 vététiste de 34 ans tué- Haute Savoie
  • 13/10: 1 chasseur se tire ds le pied- Hérault 
  • 13/10: 1 chasseur tire sur un autre chasseur- Oise
  • 08/10: 1 chien de promeneur abattu- Bouches du Rhône 
  • 07/10: 1 chasseur tire et blesse un autre chasseur- Eure 
  • 06/10: 3 chiens de chasse tuent 1 teckel-Hérault 
  • 03/10: 1 balle traverse 1 maison- Hérault 
  • 30/09: 1 chasseur ivre se tire ds le pied- Nord
  • 30/09: 1 chasseur se fait tirer dessus par son beau fils- Dordogne
  • 30/09: 1 poney abattu dans son champ- Calvados
  • 29/09: 1 cheval abattu -Alpes de haute Provence
  • 23/09: 1 chasseur tué 2 balles ds le thorax-Yonne 
  • 23/09: 1 chasseur tue une Outarde (espèce en voie de disparition)
  • 16/09: 1 fillette de 10ans grièvement blessée- Haute Vienne
  • 16/09: 1 balle traverse une maison- Lot et Garonne 
  • 15/09: 1 chasseur tire sur 2 pêcheurs- Oise
  • 12/09: 1 chasseur de 69ans se tire dessus et décède- Var
  • 08/09: 2 chasseurs se tirent dessus- Alpes de haute Provence 
  • 01/09: 1 chasseur se tire ds le bras- Lot et Garonne 
  • 29/08: 1 chasseur blessé chute palombière- Landes
  • 26/08: 1 chasseur blessé- Var
  • 23/08: décès d’un chasseur sous marin- Bouches du Rhône
  • 18/08: 1 chasseur décède chute palombière – Lot et Garonne
  • 18/08: 1 chasseur blessé chute / hélitreuillage – Gard
  • 16/08: 1 promeneur abattu- Gironde 
  • 15/08 : 1 chasseur grièvement blessé- Savoie
  • 31/07: 1 décès – chasseur sous marin- Haute Corse
  • 31/07: 1 chasseur blessé chute palombière- Hautes Pyrénées
  • 31/07: 1 chasseur décède chute palombière- Gironde
  • 18/07: 1 chasseur de 19 ans se tue en 4×4- Seine-et-Marne 
  • 07/06: 1 balle traverse une maison – Moselle

10. On ne chasse que certaines espèces.

L’Office national de chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), indiquent que 2/3 des 91 espèces chassables en France ont des populations en mauvais état de conservation. Malgré l’état de ces populations les chasseurs continuent à les chasser.

Les pièges tuent sans distinction. Les chats et les chiens, ou les espèces protégées, peuvent se prendre dans les piègent au sol et en mourir. Les pièges à la glu tuent aussi bien les espèces protégées d’oiseaux que les espèces dîtes chassables. Lors des déterrages, l’animal ciblé n’est pas la seule victime cruelle. Cela met aussi à mal le terrier des habitants qui partagent ce logement.

Le pire du pire, on peut même chasser dans les réserves naturels…

11. La majorité des français sont pour la chasse.

4 Français sur 5 se déclarent contre chasse à courre, 3 sur 4 réclamant son interdiction immédiate, si 85% trouvent cette pratique cruelle, 76% la qualifiant d’obsolète et 72% de dangereuse. 79 % des français sont favorables à l’arrêt de la chasse le dimanche. Un sondage Ipsos pour One Voice d’octobre 2018 montre que 84 % des interrogés estiment que la chasse pose des problèmes de sécurité lors des balades dans la nature.

66 % des Français sont opposés à la réglementation qui autorise toute l’année la destruction de 19 espèces classées nuisibles (renards, blaireaux, corbeaux, etc) et 89 % se prononcent pour l’interdiction de la chasse aux trophées et leur importation en France.

Les chiffres ne mentent pas..

12. La chasse est un combat honnête entre l’homme et l’animal.

Je ne vois pas comment un animal traqué par une meute entière de chiens et tout un équipage de chevaux et de cavaliers assoiffés de sang  peut avoir une chance de s’en sortir. Les chasseurs à cheval ne se fatiguent pas et changent de monture lorsque celle-ci est fatiguée, aucun chance n’est laissée à l’animal.

Il existe aussi des chasses en enclos. On lâche des Dogues Argentins pour qu’ils pourchassent puis déchiquettent de pauvre individus. Les animaux finissent acculés puis dévorés. Comment l’animal pourrait-il s’en sortir ?

13. L’image du chasseur bourré est dépassé, ce n’est pas vrai.

Madeline Reynaud, directrice de l’Aspas nous dit : «90% des accidents de chasse sont dus à des manquements aux règles de sécurité. Aujourd’hui, il n’existe pas de possibilités pour contrôler le taux d’alcoolémie des chasseurs. Par ailleurs, aucune infraction n’existe. Nous ne sommes sanctionnés que lorsque nous conduisons ivres ou lorsque nous sommes ivres sur la voie publique. Mais pas lorsque nous chassons… Même lorsqu’ils ne sont pas saouls, des accidents ont lieu alors imaginez lorsqu’ils ont bu. Il faut arrêter le: “Chasser bourré, c’est légal”»

14. C’est convivial de chasser.

Je doute de la convivialité réelle de la chasse lorsqu’un pauvre cycliste se retrouve face à un fusil. Outre cela, je pense que de nombreux sports ou activités non sanglant.e.s peuvent être bien plus convivial.e.s.

Partagez cet article!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage