Article

Mise en avant

Le coup de chaleur – Que faire?

Qu’est ce que le coup de chaleur ? Que faire si ça arrive ? Toutes les réponses dans cet article !

La période estivale est là et avec elle les joies mais aussi les dangers de la chaleur.

En effet nos compagnons poilus vivent moins bien que nous les températures qui augmentent et peuvent avoir un coup de chaleur.

Et qui dit coup de chaleur dit danger de mort !

Grâce à cet article j’espère vous sensibiliser sur le coup de chaleur, et vous aider à l’affronter en cas de besoin.

Qu’est-ce qu’un coup de chaleur ?

D’après la Clinique Vétérinaire Alliance, un coup de chaleur est un état d’hyperthermie extrême (température supérieure à 40.5/41° C), qui survient lorsque l’organisme est soumis à un environnement tellement chaud et/ou humide que ses capacités de dissipation de la chaleur sont dépassées.

En fait les animaux ne transpirent pas comme nous et n’évacuent pas aussi bien que nous la chaleur. Par exemple, le chien transpire uniquement par les coussinets, et s’auto-ventile grâce aux halètement (technique qui a ses limites).

Dans quel cadre cela peut se déclencher ?

Le coup de chaleur peut apparaître lorsque votre animal est dans un endroit assez confiné, peu ventilé ou surpeuplé. Une voiture, un mobile-home ou encore un endroit fortement exposé au soleil sont propices aux coups de chaleur, mais cela peut arriver dans d’autres circonstances. Par exemple si vous jouez de manière intense, ou si vous l’emmener faire de l’exercice à des heures chaudes de la journée cela peut mettre sa vie en danger.

Quels sont les facteurs aggravants ?

Votre animal sera plus sensible à la chaleur (et donc aux coups de chaleur) s’il est agé ou jeune, avec de l’embonpoint, s’il a des problèmes cardiaque ou respiratoire et s’il à le nez applati/écrasé (ex : Bouledogue français, Carlin, Boxer, Shi-tsu, Persan..).

Quels sont les symptômes ?

  • Une hyperthermie
  • Un halètement marqué
  • Une apathie, l’animal cherche un endroit frais, il salive, a une démarche nonchalante
  • Diarrhée, vomissements
  • Déshydratation avec muqueuses congestionnées et sèches
  • Tachycardie, signes d’hypotension, pouls faible
  • Troubles de la coagulation avec épistaxis (saignement de nez), hématémèse (vomissement de sang), pétéchies (piqueté hémorragique)
  • Symptômes neurologiques : dégradation de l’état de conscience, apparition de tremblements et de crises convulsives, coma

Que faire pour le protéger de ça ?

Tout d’abord ne laissez pas votre animal dans un endroit confiné et sans aération, veillez à maintenir un courant d’air dans la pièce ou à être à un endroit ombragé.

Ne le laissez jamais en plein soleil, enfermé dans une voiture ou dans un appartement clos.

Surveillez sa prise d’eau, regardez qu’il s’hydrate bien et qu’il ait toujours de l’eau fraîche à disposition (vous pouvez ajouter un glaçon dans sa gamelle pour plus de fraîcheur).

Évitez les grandes parties de jeux et les longues balades aux heures chaudes. Privilégiez le matin ou le soir pour les promenades et les jeux. Faites attention aussi à votre lieux de promenade, s’il fait chaud le bitume peut brûler les pattes de votre chien !

Enfin si vous voyez que malgré vos précautions votre animal souffre toujours de la température vous pouvez le rafraîchir en lui mouillant la tête, en l’enveloppant dans une serviette humide ou en trempant ses coussinets dans de l’eau fraîche. Vous pouvez aussi mettre un ventilateur à proximité de lui pour qu’il ait plus d’air.

Que faire en cas de coup de chaleur ?

Votre priorité est de faire baisser la température corporelle sans pour autant créer un choc thermique qui pourrait lui être fatal.

  • Déplacer l’animal dans une zone à l’ombre et ventilée
  • Recouvrez son corps d’une serviette mouillée et fraîche (changer là autant que nécessaire) et placez des glaçons sur sa tête et à l’intérieur de chacune de ses cuisses. C’est l’endroit le plus utile pour refroidir tout son corps. En effet deux grosses artères passent par là et l’afflux sanguins de ses gros vaisseaux rafraichi permettra de baisser la température de tout le corps. Attention, c’est à double tranchant. Il faut bien appliquer en même temps et à l’intérieur des deux cuisses les poches de glaces sinon le corps va réagir à ce froid et déclencher le frissonnement qui fera encore monter la température. Ne jamais l’arroser à l’eau froide, cela pourrait le tuer !
  • Emmenez-le ensuite de toute urgence chez le vétérinaire le plus proche, vous pouvez contacter le vétérinaire sur la route pour qu’il se prépare à vous recevoir et puisse agir le plus rapidement possible.

J’espère que cet article vous à permis de mieux comprendre le coup de chaleur et donc de l’éviter.

Avez-vous déjà vécu un coup de chaleur ? Comment avez-vous réagi ? Dites-le nous en commentaire.

Happyment vôtre ♥

Mise en avant

Les premiers gestes pour sauver un animal prisonnier d’une voiture

A travers cet article vous allez connaitre les premiers gestes à faire pour sauver cette pauvre boule de poils.

Dans l’article – Loi : Comment sauver un animal enfermé dans une voiture, vous avez découvert les premières étapes du sauvetage et notamment le côté législatif.

A travers cet article vous allez maintenant connaitre les premiers gestes à faire pour sauver cette pauvre boule de poils.

Les chiens ne peuvent pas transpirer contrairement aux humains, ils ne peuvent donc pas réguler leur température. Leur seul moyen est en effet le halètement. En temps normal il est de 30-40 inspirations par minute, en cas de chaleur il passe à 300-400.

C’est à ce moment là que la situation devient très dangereuse et que le pronostic vital est engagé. Il faut agir vite avant le coup de chaleur et avant la mort suite à une longue agonie.

COUP DE CHALEUR CHEZ LE CHIEN

Cassez la vitre & sortez l’animal

Cassez la vitre en faisant bien attention à ne pas vous blesser et à ne pas blesser l’animal. Prenez aussi garde de suivre les instructions pour vous sécuriser pénalement.

Sortez immédiatement le chien du véhicule et placez le à l’ombre.

Evaluez son état de santé

Suite à une exposition excessive à la chaleur, votre animal peut avoir un coup de chaleur. Le signes cliniques sont d’après l’hôpital vétérinaire de l’Ile-Perrot :

  • Halètement excessif
  • Difficulté à respirer , respiration rapide et superficielle
  • Langue et gencives foncées
  • Vomissement, diarrhée
  • Déshydratation, choc (gencives collantes, salive épaisse, pli cutané persistant)
  • Salivation excessive
  • Rythme cardiaque élevé
  • Agitation ou léthargie, incapacité à se lever
  • État mental altéré, confusion, incoordination
  • Gencives bleutées, collapse, convulsions, tremblements, coma et mort
  • Température rectale supérieure à 40°C

Coup de chaleur chat

Hydratez-le

Après l’avoir mis à l’ombre à l’endroit le plus calme possible, couchez-le et enveloppez-le dans une serviette mouillée (au niveau de la tête, du coup, des pattes et de l’abdomen). Changer les serviettes pour quelles restent fraîches. Attention à ne jamais le baigner ou l’arroser trop fortement car les changements trop brusques de température sont dangereux.

Les chiens se refroidissent naturellement en s’allongeant sur le ventre les pattes arrières écartées pour être collées au sol. La raison est simple deux artères passent à l’intérieur de leurs cuisses arrières, si ces artères se refroidissent, elles refroidissent tout le corps de votre animal. Si vous en avez la possibilité, trouver de la glace ou des sacs congelés (type petits pois ou autre) et appliquez les en même temps à l’intérieur de chaque cuisse de l’animal. Pour trouver cela n’hésitez pas à toquer aux portes des voisins ou à aller dans le bar le plus proche.

Donnez-lui de l’eau fraîche mais ne le forcez pas à boire.
Appelez un vétérinaire dans la foulée et emmenez l’animal pour une consultation même s’il semble aller mieux. Les coups de chaleurs peuvent provoquer des dommages irrémédiables. Le vétérinaire peut déceler des dommages internes que vous ne pouvez voir.

Restez aux côtés de l’animal jusqu’à l’arrivée des forces de l’ordre à qui vous expliquerez les circonstances du sauvetage grâce à vos témoins.

Voici une vidéo qui récapitule les gestes à faire

J’espère que cet article vous permettra de gérer un coup de chaleur et de sauver une vie.

Suite à cet article, avez-vous des techniques/astuces en cas de coup de chaleur ? N’hésitez pas à commenter en bas de cet article.

Mise en avant

Plages autorisées aux chiens – Décryptage

En été on cherche souvent des plages où nos amis chiens sont autorisés pour profiter avec eux de la période estivale.

Découvrez comment trouver les plages autorisant les chiens.

En été on cherche souvent des plages où nos amis chiens sont autorisés pour profiter avec eux de la période estivale.

Ce n’est pas si simple de savoir où aller et il faut vraiment se renseigner à l’avance pour que nos plans de baignades ne tombent pas à l’eau (je suis assez fière de cette tournure de phrase je l’avoue).

 

En été

En effet ce sera difficile de trouver des plages acceptants nos compagnons, mais ce n’est pas mission impossible.

Le site très bien fait de 30 millions d’amis, qui s’appelle Animaux sur la plage, recense pour vous toutes les plages de France qui acceptent Médor.

Si durant les trois mois estivaux (juin, juillet et août) la réglementation pour les chiens est en vigueur sur les heures de surveillance des plages, en dehors de celles-ci vous pouvez normalement emmener votre compagnon tenus en laisse. C’est à dire en début ou en fin de journée avant 9h généralement et après 19h.

Dans les stations balnéaires les chiens ne sont pas admis mais certaines plages privées les acceptent.

Si vous amenez votre animal, pensez bien à l’hydrater et à lui offrir une possibilité de se rafraîchir et de se mettre à l’ombre pour éviter tout coup de chaleur.

 

En hiver

En hiver les plages sont plus accueillantes pour les chiens qui ont généralement admis partout s’ils sont tenus en laisse. Normalement vous pourrez le lâcher un peu pour qu’il se défoule et se fasse plaisir. On sait tous que nos loulous adorent s’en donner à cœur joie dans le sable.

 

Les précautions après la plage

Après la plage pensez bien à laver les coussinets de vos compagnons à l’eau fraîche et claire et à vérifier qu’ils ne soient pas abîmés.

En effet le sable et le sel ne font pas bon ménage avec les petites papattes fragiles de vos animaux.

 

Chien à la plage

En cas d’infraction, vous vous exposez à une amende de 11 euros.

Faites aussi attention à ne pas laissez de déjection sur la plage et à bien ramasser les éventuels soulagements de votre chien.

Si on veut que de plus en plus de plages soient autorisées pour nos compagnons il faut que nous la laissions aussi propre (voir plus propre) que nous l’avons trouvé.

 

Des conseils plage à nous donner ? Répondez en commentaire.

 

Happyment vôtre ♥

 

 

 

Mise en avant

La liste de voyage du chat en vacances

Découvrez la liste de voyage adaptée à votre chat, pour qu’il se sente comme à la maison!

Dans un article similaire j’ai indiqué ce qu’il faudrait mettre dans la valise de M. ou Mme Chien.ne, aujourd’hui on s’intéresse aux matous !

Pour ceux qui ont lu l’introduction pour la check liste du chien désolée mais il va y avoir beaucoup de similarité (notamment dans l’introduction), regardez directement la liste des choses à emmener avec vous !

C’est les vacances ! Vous avez presque envie de chanter la chanson insupportable ….

Résultat de recherche d'images pour "note de musique"Libéré.e, délivrééééééééééééé.e, je ne travaillerai plus jamais Résultat de recherche d'images pour "note de musique"
(certes j’ai peut-être un peu modifié les paroles..)

Et le mieux dans ces vacances c’est que votre fidèle compagnon part avec vous ! De quoi prévoir de grands moments de complicité et des souvenirs inoubliables.

Mais qui dit vacances dit préparation. Alors que faut-il mettre dans la valise de votre chien ?

passeport chien

Préparation au voyage

N’hésitez pas à consulter un vétérinaire qui saura vous conseiller. Si vous prenez l’avion ou la voiture et que votre chien est anxieu, il pourra par exemple vous donnez des calmants ou des anti-vomitif (pour les estomac fragiles).

Votre animal doit nécessairement être identifié (pucé ou tatoué).
En fonction du pays où vous allez il peut y avoir des vaccins à faire ou une attestation de bonne santé du chat. Vérifiez que ses vaccins et ses anti-parasitaires soient à jour.
Vous pourrez aussi avoir besoin d’un passeport qui est à faire à l’avance.

Pensez aussi à bien mettre à jour votre adresse et votre numéro de téléphone en cas de perte de votre animal.

Chat en vacances - Voyager avec son animal

Dans ma valise j’ai…

Côté identité

  • Passeport UE avec les preuves de vaccinations et autres certificats (ICAD)
  • Carnet de santé/ de vaccination

Côté déplacements

  • Cage de transport avec un petit coussin (pensons confort!)
  • Gamelle de transport, eau
  • Trousse 1e urgence
  • Harnais et laisse (s’il a l’habitude de se promener en laisse)

Côté nourriture

  • Ses gamelles
  • Sa nourriture habituelle (les changements de nourriture pertubent le chat et peuvent nuire à sa santé)
  • Ses médicaments s’il y en a

Côté repos

  • Son panier ou une couverture pour dormir
  • Un ou des jouets familiers (afin de l’occuper lors de vos sorties)
  • Un griffoir (c’est mieux d’éviter qu’il ne fasse ses griffes sur le lit ou pire…)
  • Un bac à litière et de la litière
  • Éventuellement un spray décontractant pour qu’il s’habitue à son nouvel environnement (type Feliway)

Et voila, vous êtes prêts à partir, je n’ai plus qu’à vous souhaiter de bonne vacances !

Chat en vacances - Voyage

Vous avez d’autres choses à ajouter à la valise de votre chat ? N’hésitez pas à nous le dire en commentaire.

 

Happyment votre ♥

Mise en avant

Forte chaleur – 10 techniques pour protéger son animal

Dans cet article découvrez comment prendre soin de vos animaux lorsqu’il fait chaud.

En ces périodes de forte chaleur les animaux souffrent silencieusement des pics de température.

Et même si techniquement ils ne peuvent pas se plaindre il est important de pouvoir leur offrir un environnement confortable.

De manière générale les animaux souffrent plus de la chaleur que nous.

Les oiseaux la vive plutôt bien, les chats sont relativement adaptés mais les chiens et les nacs en ont plus de mal.

Chez le chat cela va se traduire par le fait de beaucoup plus dormir et chercher des coins d’ombre. Chez le chien par le fait de haleter.

 

Dans cet article découvrez comment prendre soin de vos animaux lorsqu’il fait chaud.

 

1 – Préparez l’été

Les animaux présentant des surcharges pondérales auront beaucoup plus de mal à supporter les fortes températures. Essayez avant l’été de le mettre un peu à la diet.

Attention ne vous y prenez pas n’importe comment et ne réduisez pas de moitié ses croquettes. Il faut que votre animal puisse se nourrir.

Parfois il suffit juste d’un changement de croquettes (croquettes type diet ou satiété) pour que cela s’arrange. En tous les cas n’hésitez pas à aller voir votre vétérinaire pour plus de conseils.

 

 

2 – Revoyez votre programme de balades

Ne sortez pas votre chien en plein soleil aux heures chaudes. Préférez des heures plus fraîches en début et en fin de journée. Cela évitera les coups de chaleur mais aussi les risques de brûlure des coussinets.

Essayez autant que faire se peut de marcher à l’ombre, la température du bitume pouvant atteindre 50 C° au sol.

Évitez aussi les gros efforts ou les grandes parties de jeux en plein cagnard. C’est plutôt le moment des siestes et des câlins !

 

3 – De l’eau, de l’eau, de l’eau

Votre animal doit absolument s’hydrater. Il faut qu’il ait constamment à disposition une gamelle d’eau fraîche mais pas glacée.

Vous pourrez par exemple ajouter des glaçons à sa gamelle, ou encore du jus de boite de thon pour inciter les plus récalcitrant (les chats surtout) à boire.

La fontaine à eau peut-être un bon compromis car elle propose un système de pompe qui oxygène l’eau afin qu’elle reste la plus fraîche possible et d’un filtre pour éliminer le calcaire et parfois la mauvaise odeur et le mauvais goût.

 

4 –  Aérer le pelage

Non il ne faut surtout pas raser un animal. Son pelage lui permet d’être protégé des UV et de thermoréguler la température.

Par contre brosser régulièrement votre animal lui sera bénéfique. Cela aérera son pelage, enlèvera les peaux mortes ainsi que les boules de poils.

Et puis ça fera moins de poils qui tombent sur le canapé !

 

 

5 –  Un espace ventilé et frais

Faites que votre/sa maison soit agréable pour votre animal.

Fermer les volets pour garder la fraîcheur, mettez un ventilateur ou un brumisateur en route. Offrez-lui toujours un coin d’ombre dans le jardin.

Pour les nacs, vous pouvez par exemple mettre une bouteille d’eau congelée recouverte d’une serviette dans leur cage. S’ils ont chaud ils pourront se rafraîchir en allant dessus.

 

 

6 – Des endroits raffraichissant

Vous pouvez investir dans un tapis fraîcheur qui lui permettra de baisser sa température corporelle.

Sinon installez une serviette humide sur un étendoir, l’animal aura tendance à s’installer dessous.

Les pièces carrelées sont aussi appréciées des animaux car elles sont fraîches.

 

7 – Pas trop d’écarts de température

La climatisation oui, mais pas trop forte. Il ne faut pas qu’il y ait trop de différence de température avec l’extérieur sinon cela peut être néfaste à votre animal et créer un choc thermique.

Alors climatisons mais avec modération !

 

8 – Les papattes au frais

Faites baisser leur température corporelle en rafraîchissant en priorité leur tête et leurs pattes.

Tout ceci à l’aide d’un gant de toilette mouillé sur le pelage, les coussinets et le ventre.

En rentrant de balade vous pouvez aussi tamponner les coussinets de votre chien avec une serviette mouillée.

chien eau

9 – A l’eau !

Si vous le pouvez arrosez votre chien au tuyau d’arrosage ou invitez-le à se mouiller dans un lac, dans la mer, ou tout autre point d’eau à votre portée.

Attention cependant à l’hydrocution ! Mouillez d’abord votre chien au niveau de la nuque et de la tête avant de le laisser sauter à l’eau.

 

10 – Une nourriture humide

Les croquettes classiques pour vos animaux sont sèches ce qui veut dire que c’est de la nourriture déshydratée qui aura pour effet de donner soif à votre animal.

Le but étant en été de l’hydrater. Il sera donc bien en été de remplacer une partie des croquettes par de la nourriture humide comme du pâté en boîte ou en sachet.

Sinon vous pouvez humidifier ses croquettes, le nourrir avec des aliments frais (courgettes, concombres, carottes) ou même lui fabriquer des glaces !

 

J’espère que tous ces conseils vous auront aidés, si vous en avez d’autres n’hésitez pas à les ajouter en commentaires !

Pour conclure cet article je vous propose une vidéo bien faite de 30 millions d’amis concernant des solutions pour rafraîchir nos compagnons.

 

 

Happyment vôtre ♥

Mise en avant

8 astuces pour protéger les coussinets de votre chien en été

Votre chien sautille sur place en balade? Il couine?
Regardez ses coussinets ! Il essaye peut-être de vous faire comprendre que ça le brûle.
Pour découvrir comment mieux protéger les papattes de nos compagnons, lisez cet article !

Votre chien sautille sur place en balade mais n’a pas l’air d’avoir particulièrement envie de jouer ? Il couine mais vous ne savez pas pourquoi ?

Regardez ses coussinets ! Il essaye peut-être de vous faire comprendre que ça le brûle.

Avec nos chaussures (ou plutôt nos tongs pour la période estivale) on oublie trop souvent que nos amis à quatre pattes ne peuvent pas se protéger des brûlures aux coussinets.

Pour découvrir comment mieux protéger les papattes de nos compagnons, lisez cet article !

Chaleur et coussinet de chien

9 astuces pour protéger ses coussinets

1. Adaptez votre planning de sorties

Évitez au maximum de sortir aux heures où le soleil pointe haut dans le ciel et où les températures sont à leurs apogées.

Préférez les balades matinales ou bien en début de soirée pour que le sol ne soit pas trop chaud.

2. Endurcir les coussinets

Tout comme les doigts d’un guitariste durcissent et font de la corne plus ils se promènent sur les cordes, les coussinets de votre chien durcissent et deviennent plus résistants au fur et à mesure des sorties.

Promenez-le sur le bitume pendant les heures fraîches pour qu’il fasse de la corne et résiste mieux en cas de chaleur.

3. Bien choisir les surfaces de promenade

Certaines surfaces captent plus la chaleur que d’autres.

Le bitume et le sable sont des surfaces qui auront tendance à être chaude, choisissez plutôt de marcher sur l’herbe ou sur la terre d’un sentier.

Laissez aussi votre chien choisir l’endroit le plus propice en lui donnant un peu plus de mou.

4. Utiliser de la cire pour sortir

Avant d’aller en promenade appliquez sur ses coussinets une cire protectrice qui aura l’effet d’un film et le protégera de la chaleur et des brûlures.

5. Essayez par vous-même

Si vous avez un doute et que vous hésitez à le sortir tout de suite mettez votre main à plat pour voir si le béton n’est pas trop chaud.

Pressez le dos de votre main sur le bitume pendant sept à dix secondes pour voir s’il est suffisamment confortable pour que votre chien puisse marcher dessus. Si la surface est trop chaude pour votre main, elle l’est pour les coussinets de votre chien.

6. Mettez lui des chaussettes

Si M. Chien à les pieds trop fragiles ou à déjà été brûlé achetez des chaussettes spéciales chien pour qu’il se sente à l’aise en toute circonstance. Bon au début il sera sûrement un peu surpris et pourra avoir une démarche mal assurée … Une perspective de sortir votre caméra et filmer cet instant comique !

7. Nettoyez les pattes de votre chien après la plage

Le sel de l’eau de mer et le sable sont un cocktail dangereux pour les coussinets. Dès que vous rentrez de la plage n’hésitez pas à bien rincer ses papattes à l’eau clair et fraîche.

8. Auscultez ses coussinets régulièrement

Quotidiennement regarder s’il n’y a pas de brûlure, d’épines, de salissure qui se seraient coincées entre les doigts de votre chien.

9. Hydrater les pattes

Haaaaa la sensation agréable de la crème sur nos mains sèches… Les chiens aussi ont parfois besoin de ressentir la douceur de la crème sur leurs coussinets secs.

Car un coussinet bien hydraté est un coussinet protégé et efficace !

En cas de brûlure

  • Portez le chien dans un endroit sans danger et frais
  • Rincez ses coussinets à l’eau fraîche
  • Appliquez une crème/un liquide antibactérien doux
  • Empêchez-le de se lécher les coussinets.
  • Si les brûlures sont superficielles, désinfectez avec un gel antibactérien puis appliquez un bandage.
  • Si les brûlures sont plus graves, consultez immédiatement votre vétérinaire.

J’espère que cet article vous permettra de mieux protéger votre chien de la chaleur des routes.

Et vous, avez-vous des astuces pour protéger les coussinets de votre chien ? Dites-le nous en commentaire.

Happyment vôtre ♥

Mise en avant

La liste de voyage du chien en vacances

C’est les vacances !
Mais qui dit vacances dit préparation. Alors que faut-il mettre dans la valise de votre chien ?

C’est les vacances ! Vous avez presque envie de chanter la chanson insupportable ….

Résultat de recherche d'images pour "note de musique"Libéré.e, délivrééééééééééééé.e, je ne travaillerai plus jamais Résultat de recherche d'images pour "note de musique"
(certes j’ai peut-être un peu modifié les paroles..)

Et le mieux dans ces vacances c’est que votre fidèle compagnon part avec vous ! De quoi prévoir de grands moments de complicité et des souvenirs inoubliables.

Mais qui dit vacances dit préparation. Alors que faut-il mettre dans la valise de votre chien ?

passeport chien

Préparation au voyage

N’hésitez pas à consulter un vétérinaire qui saura vous conseiller. Si vous prenez l’avion ou la voiture et que votre chien est anxieu, il pourra par exemple vous donnez des calmants ou des anti-vomitif (pour les estomac fragiles).

Votre animal doit nécessairement être identifié (pucé ou tatoué).
En fonction du pays où vous allez il peut y avoir des vaccins à faire ou une attestation de bonne santé du chien. Vérifiez que ses vaccins et ses anti-parasitaires soient à jour.
Vous pourrez aussi avoir besoin d’un passeport qui est à faire à l’avance.

Pensez aussi à bien mettre à jour votre adresse et votre numéro de téléphone en cas de perte de votre animal.

Départ en vacances chien

Dans ma valise j’ai…

Côté identité

  • Passeport UE avec les preuves de vaccinations et autres certificats (ICAD)
  • Carnet de santé/ de vaccination

Côté déplacements

  • Collier ou harnais (avec une médaille et vos coordonnées), laisse
  • Muselière (certains endroits ne lui seront pas accessibles sans ça)
  • Sacs pour ramasser ses déjections
  • Gamelle de transport, eau
  • Trousse 1e urgence

Côté nourriture

  • Ses gamelles
  • Sa nourriture habituelle (les changements de nourriture pertube le chien et peuvent nuire à sa santé)
  • Ses médicaments s’il y en a

Côté repos

  • Son panier
  • Un ou des jouets familliers (parfois votre chien à un doudou qu’il aime emmener partout et qui le rassure, n’hésitez pas à le prendre)

Et voila, vous êtes prêts à partir, je n’ai plus qu’à vous souhaiter de bonne vacances !

Vacances chien

Vous avez d’autres choses à ajouter à la valise de votre chien ? N’hésitez pas à nous le dire en commentaire.

Happyment votre ♥

Mise en avant

Un voyage en voiture presque parfait avec son animal

Les animaux sont de la partie, les vacances se passeront avec la famille au complet.

Pour les humains, les voyages en voiture se passent plutôt bien dans l’ensemble (oui on se souvient tous d’une personne toujours avec son sac à vomis prêt à l’emploi), mais pour les animaux ce n’est pas la même chose.

Les trajets en voiture sont souvent source de stress.

Dans cet article je vais vous donner quelques clefs pour que cela se passe au mieux !

Préparer le départ

Quelques jours/mois avant le départ

Un animal habitué à la voiture sera plus à l’aise et bien moins stressé. Essayez de l’emmener régulièrement pour des petits trajets « positifs » en voiture.

Quand je dis positif, j’insinue qu’à la sortie de la voiture l’animal en tire quelque chose. Pour le chien un petit voyage positif sera de se retrouver au parc à la sortie de la voiture, pour un chat ou un nacs, de se retrouver dans un grand espace vert.

Si vous savez que votre animal est vraiment très stressé et malade en voiture n’hésitez pas à aller chez votre vétérinaire pour qu’il vous prescrive un anti-vomitif et/ou un calmant. Cela va un peu « shooter » votre animal mais ne paniquez pas, cela lui permettra de ne pas vivre un calvaire pendant des heures.

Quelques heures avant le départ

Pour éviter les petits désagréments comme les vomis surprises je vous conseille de mettre votre animal à jeun.

Si vous partez le matin donnez-lui son dernier repas le soir d’avant, ne lui laissez ensuite que de l’eau à disposition. Si vous partez dans la journée ne le nourrissez plus 4h avant le départ pour qu’il ait le ventre vide.

Quelques minutes avant le départ

Préparez la voiture, rangez en avance les bagages et aménagez le tout pour que tout le monde puisse être à l’aise. Ne laissez pas votre animal dans sa cage ou en laisse devant la voiture pendant que vous rangez, cela risquerait d’augmenter son stress.

Rendez la zone où votre animal va être, la plus confortable possible. Pensez à mettre des surfaces agréables comme un coussin ou une couverture pour qu’il s’allonge. Je vous conseille aussi de mettre une bâche (il existe des bâches spécifiques pour animaux pour les voitures) pour protéger votre véhicule d’éventuels petits accidents.

Faites attention à ce que la température dans la voiture soit assez fraîche.

Pour les chats, vous pouvez mettre des phéromones dans sa cage quelques minutes avant, cela pourra le rassurer. Pour les chiens et les nacs on privilégiera des traitements de phytothérapie, à base de plantes et naturels.

Sécuriser l’animal

Le site de l’APPR rappel qu’un animal en liberté dans la voiture est un potentiel danger en cas de freinage brusque ou d’accident. Un chien de 10 kg se transforme en projectile de 250 kg  dans un choc à seulement 50km/h, imaginez donc l’impact sur une autoroute où la vitesse peut atteindre 130 km/h.

Pour un chat/un nac

Laissez l’animal dans un panier fermé ou mieux une cage (c’est ce qui permet de protéger l’animal au maximum). Déposez-le ensuite sur le plancher, dans le coffre (et jamais sur la plage arrière!) ou sur la banquette. Si vous le mettez sur la banquette pensez à l’attacher.

Pour un chien

Plusieurs solutions s’offrent à vous. Elles sont à choisir en fonction de la taille et de la préférence de votre chien.

Vous pouvez faire voyager votre animal dans votre coffre, pensez à enlever la plage arrière pour ne pas qu’il se sente étouffé et à mettre un filet ou une grille de protection.

Si votre chien est habitué vous pouvez le mettre dans une cage de transport aérée et placée dans le coffre. C’est la solution la plus sécuritaire (si on choisi une bonne caisse de transport) mais c’est assez contraignant.

Vous pouvez aussi le mettre sur la banquette arrière grâce à un harnais (jamais un collier car en cas d’accident votre animal serait littéralement étranglé) et à une ceinture de sécurité pour chien (ceinture qui s’accroche au même endroit que pour les humains).

Des sièges auto pour petits chiens existent aussi et sont comme le harnais, à fixer à la ceinture de sécurité.

Pour ma part mon chat est dans le coffre dans sa cage de transport et mon chien aussi mais en « liberté ». Cela rassure mes bébés poilus d’être côte à côte.

Ne jamais laisser son animal dans la voiture

Sous aucun prétexte ne laissez votre animal dans la voiture. Même si la température extérieure n’est pas trop élevée, quelques minutes suffisent pour que votre habitacle se transforme en four. Si, à l’extérieur, il ne fait que 20°C, au bout d’une quinzaine de minutes la température peut vite monter à 40-50°C.

Les animaux supportent moins bien la chaleur que nous, cela peut leur provoquer de graves séquelles, voire la mort.

Voyager en voiture avec son animal

Faire des pauses

Tout comme nous, nos animaux ont parfois besoin d’une pause pour respirer de l’air frais, faire un petit pipi, boire un peu d’eau ou juste pouvoir faire un gros câlin à son humain.

Ces petits moments de détente les rassurent et leur permettent de repartir de plus belle.

Il est conseillé (pour vous faire une idée) de s’arrêter toutes les deux heures environ. Et puis, cela permettra au conducteur de se reposer aussi.

Donnez lui à boire, mouillez-le légèrement s’il a chaud, félicitez-le pour sa patience. Passez un petit moment complice. Attention surtout à bien l’attacher quand vous le sortez, votre animal ne sait pas où il est, si vous êtes en bord de route il pourrait paniquer facilement.

Pour nos copains félins, laissez-le explorer la voiture sous surveillance et porte fermée, ou alors achetez-lui un harnais pour lui montrer l’extérieur (s’il n’est pas habitué à sortir en harnais je vous le déconseille car ça ne ferais qu’augmenter son stress).

L’article est long, les conseils sont denses. Ne vous en faites pas, c’est simple à mettre en place et cela vous permettra à tous de passer un agréable voyage et de mieux aborder ces vacances.

Chien en voiture

Une astuce pour un voyage réussi? Dites-le nous en commentaire.

Happyment vôtre ♥

Mise en avant

Les sites de garde pour animaux

Ne vous perdez plus dans la jungle des sites de garde d’animaux. Je les aient décryptés pour vous!

Pour trouver la personne idéale pendant votre départ en vacances, voici un article recensant la majorité des sites de garde pour animaux.

Il vaut mieux privilégier les sites spécialisés en garde pour animaux que les sites généralistes qui proposent entre-autre du pet-sitting, c’est la raison pour laquelle il n’y a que des sites spécifiques.

Gardicanin

Le site : Un site bien conçu de garde d’animaux (chiens, chats).

Vous remplissez le formulaire de devis directement pour avoir une estimation. Vous pourrez alors choisir entre 3 options : Etre rappelé.e par un conseillé pour poser vos questions, pré-réserver (maximum 48h) ou réserver tout de suite.

Les + : Le site vous garanti une famille d’accueil à moins de 50km de chez vous, si la famille d’accueil ne vous convient pas vous pourrez en trouver une autre gratuitement. Une assurance vétérinaire est incluse et vous avez à votre disposition un service d’assistance.

Les – :  C’est en moyenne135 € une garde de chien pour une semaine et 105 € une semaine de visites de chat au domicile. Le site ne propose pas les nacs.

Holidog

Le site :  Garde à votre domicile, garde au domicile du pet-sitteur et visites.

Vous pourrez chercher sur le site la famille d’accueil de vos rêve avec vos dates, vous pourrez voir leurs profils et discuter avec elles pour en savoir plus.

(pour les frais de mise en relation, assurance et assistance).

Les + : En moyenne compter entre 8€ et 10€. Vous avez un service spécial pour trouver un petsitteur en urgence (disponible 24h/24 et 7j/7). Le site se charge des mises en relation, de l’assurance et de l’assistance. Des solutions clefs en main !

Les – : Pour pouvoir réserver il faut payer. Soit un abonnement (à partir de 6€/mois) soit à chaque réservation. Il ne font pas non plus les nacs.

Animaute

Le site : Garde de chien, de chats et de nacs et visites à domicile.

Un site qui vous permet de trouver votre petsitteur idéal et de le rencontrer. Vous devrez payer une partie au site (pour la mise en relation) et une partie au petsitteur.

Les + :  Le service client est très réactif et en termes de sécurité vous avez l’assurance et l’assistance vétérinaire incluses. Les petsitteur sont sélectionnés par des vétérinaires, seulement 50 % des candidatures sont validées.

Les – : Un tarif un peu plus cher que les autre site (Entre 13 et 16  € la journée en famille d’accueil.)

Dogvacances

Le site :  Des petsitteurs pour chiens et chats.

Vous indiquez les critères de votre recherche via le formulaire puis entrez en contact avec le petsitteur potentiel. Le paiement s’effectue la veille de la garde.

Les + : Une communauté de passionnés d’animaux, un site 100% gratuit, des prix abordables (10 à 12 € pour un chien et 6 à 8 € pour un chat). L’assurance est comprise dans ce montant. Vous recevrez aussi des photos quotidienne de votre animal.

Les – : Les petsitteurs ne sont pas forcément des professionnels.

Yoopies

Le site : Gardes à domicile, visites, promenades, accueils chez le petsitter.

Les annonces des petsitteurs autour de vous apparaîtrons après avoir rentré le nom de votre ville.

Les + :  Des profils vraiment détaillés avec un système pour relier les compte à Facebook et savoir quel ami à fait appel à quel membre.

Les – : Il faudra payer un abonnement pour réserver votre petsitteur et vous n’avez qu’un message offert pour la contacter.

 Dogbuddy

Le site : Un site de garde d’animaux spécialisé pour les chiens. Certains dogsitteur acceptent aussi les chats.

Trouver un dog-sitteur et réservez en ligne (vous pourrez envoyer un message avant)

Les + : Un site hyper adapté pour trouver le passionné de toutous. Seuls 10 % des candidats sont retenus. Assurance et assistance incluses dans les prix.

Les – : 15 % du montant total de la réservation revient au site. C’est compliqué de trouver quelqu’un pour garder un chat et un nacs.

FamiHero.com

Le site : Un site destiné à vous aider concernant votre cercle familiale (séniors, enfants, animaux)

Pour trouver la perle rare l’inscription est nécessaire mais gratuite.

Les + : Vous pouvez voir les profils détaillés avec des références. Vous avez aussi le site sous forme d’application mobile avec un service d’urgence (SOS héros).

Les – : Un site multi-usage donc pas hyper spécialisé pour les animaux.

Homesitting

Le site : Des seniors viennent à votre domicile pour garder votre maison et vos animaux.

Vous contactez l’agence de votre région et un couple de seniors sélectionné par Homesitting vous sera proposé.

Les + : Votre maison est gardée, pas besoin de confier vos plantes à la voisine, et vos animaux à un petsitteur.

Les – : Vous payez pour confier votre maison alors qu’en soit les seniors en profitent aussi pour découvrir une nouvelle région..

Mr-animo.com

Le site : Pet-sitting ou échange de garde gratuite, à vous de choisir.

Contactez la famille d’accueil qui vous correspond et rencontrez-la, vous pourrez choisir entre un échange de garde ou du pet-sitting classique.

Les + : Pouvoir entrer la fourchette de prix que l’on veut. Choisir entre de l’échange ou du pet-sitting. Les fiches sont détaillées.

Les – : Pas d’avis sur les pet-sitteurs.

Animal-futé

Le site :  Ce site ne propose pas de prestations payantes mais des échanges de gardes  d’animaux (chiens, chats, cheval, nacs).

Vous cherchez un propriétaire qui ne part pas et lorsque lui partira en vacances vous garderez son animal en échange.

Les + : Vous économisez beaucoup et pourrez rencontrer de nouvelles personnes avec qui échanger.

Les – : Il n’y a pas de garanties ou d’assurances. L’inscription au site est payante (30€/an pour les chien, chat, cheval et 5€/an pour les NACs (lapin, oiseau, cochon d’inde, furet, rongeur….).

J’espère que cet article vous à aidé à vous repérer dans la jungle des sites de garde d’animaux.

Vous avez un site de garde d’animaux spécialisé à ajouter? Répondez en commentaire.

Happyment vôtre ♥

Mise en avant

Départ en vacances – 6 solutions pour faire garder son animal

Cliquez ici pour découvrir
6 solutions pour faire garder votre animal pendant vos vacances et partir en toute sérénité !

Les vacances sont là et avec elles la joie du départ et l’excitation du voyage.

Seul bémol (et de taille) Médor et Félix (vos fidèles compagnons) ne peuvent pas se joindre à vous. Les emmener en avion coûte trop cher, ça serait trop compliqué, vous allez faire trop de route, les hôtels que vous avez réservés ne les acceptent pas…

Pas de panique, des solutions existent !

Rien ne saurait justifier de les abandonner pour les vacances. Pour rappel ce sont des milliers d’animaux abandonnés qui viennent surcharger les refuges. D’après la loi, l’abandon est d’ailleurs un délit passible de 2 ans de prison et de 30.000 euros d’amende.

Dans cet article vous aller découvrir 6 solutions pour faire garder votre animal pendant vos vacances. De la solution la moins cher, à la plus onéreuse.

Echange de garde d'animaux - Départ en vacances

1. L’échange de garde gratuite

Votre voisin.e de pallier, votre collègue de bureau, votre famille… N’hésitez pas à demander autour de vous si quelqu’un de confiance peut garder vos petites boules de poils et proposez en échange de garder la sienne quant elle partira en vacances.

Cette solution est très pratique et gratuite. Si vous n’avez personne de votre entourage qui le peut, rendez-vous sur des sites comme Animal Keepers ou Mr Animo et rencontrez de nouveaux passionnés comme vous !

Les + : Entièrement gratuit, vous connaissez la personne (si c’est votre entourage) ou vous découvrez de nouveaux maîtres pas loin de chez vous.

Les – : Vous êtes « redevable », l’animal change d’environnement.

association-animaux- garde

2. Les associations

Certaines associations proposent de garder votre animal lorsque vous partez en vacances pour éviter les abandons. Certaines demanderont une rétribution financière (qui servira à sauver plus d’animaux), d’autres non. En tous les cas il faudra amener le nécessaire pour la durée (croquettes, litière…).

Si vous êtes famille d’accueil pour une association n’hésitez pas à vous rapprochez d’elle et à lui donner vos dates de vacances bien à l’avance pour qu’elle puisse s’organiser. Elle gardera le chat/chien gratuitement et vous pourrez le récupérer à votre retour.

Les + : Gratuit la plupart du temps, ou alors l’argent va pour une association et la soutient. LA solution si vous êtes FA.

Les – : Peu d’associations le font, l’animal change d’environnement.

Pet-sitting - Garde d'animaux

3. La garde ou la visite à votre domicile

Aussi appelé : Pet-sitting. Vous pouvez demander à un pet-sitteur de garder votre animal à votre domicile. Vous pourrez choisir un profil qui vous convient, le tarif (à discuter avec le pet-sitteur), le nombre de visites à effectuer (par jour, par semaine…). Si vous le préférez le pet-sitteur peut aussi rester chez vous 24h/24 pour garder au mieux votre animal en votre absence.

Je vous conseille d’organiser une première rencontre avec la personne avant la garde pour vous rassurer et voir si ça match !

Pour en trouver rendez-vous sur des sites comme Holidog, Animaute, Yoopies ou encore Dog Vacances.

Les + : Votre animal reste sur son territoire et ça c’est rassurant pour lui, vous choisissez la personne et la fréquence (c’est vous le chef).

Les – : Il faut laisser ses clefs à une personne qu’on ne connait pas forcément, ce n’est pas gratuit (ça reste abordable).

Famille d'accueil

4. Les familles d’accueil

Tout comme le pet-sitting à votre domicile vous pourrez trouver des personnes pour garder votre animal à leur domicile. Les sites sont les mêmes que dans la rubrique plus haut. Vous pourrez trouver des professionnels comme des amateurs, cela ne veut pas dire que les amateurs ne vous satisferont pas autant (voir plus) que les confirmés !

Dans la majorité des cas vous aurez à fournir la nourriture (et la litière en fonction de l’animal).

Essayez du coup d’aller rendre visite au pet-sitteur au préalable pour voir si le domicile convient à vos exigences et rencontrer la personne.

Les + : Votre bébé poilu ne sera pas seul à votre domicile et sera tout le temps avec le pet-sitteur. Vous choisissez la personne qui le garde.

Les – : Ce n’est pas gratuit (ça reste abordable), il faut bien choisir le pet-sitteur.

Pension pour chatPension pour chat - Garde d'animaux

5. La pension ou le chenil

Les pensions sont des endroits conçus et aménagés pour garder vos animaux. Les personnes qui tiennent ces établissements sont agréées par l’état. On appel ça des chenils pour les chiens et des pensions pour les chats.

La nourriture est comprise dans le prix de la pension (or nourriture spécifique).

Vous aurez souvent la possibilité de laissé votre animal dans un box isolé (seul) s’il a du mal à s’entendre avec ses congénères ou a une maladie transmissible (FIV par exemple) ou de le mettre en communauté dans des espaces plus grands avec d’autres copains poilus.

Les + : Vous le laissez entre les mains de professionnels, il pourra aussi se sociabiliser avec d’autres congénères (en fonction du type de box).

Les – : C’est un peu cher et pas toujours à côté de chez vous.

Hotel pour chienHotel pour chat

 6. Les hôtels

LA solution de luxe. Il y en a cependant peu en France pour le moment.

Imaginez en fait un hôtel pour humain adapté aux animaux : chambre idividuelle, surveillance vidéo, croquettes de marques. Si vous en voulez encore plus demandez une séance photo ou un massage !

Voici quelques hôtels pour animaux en France : l’Actuel Dogs Hôtel – Vincennes (94), l’Aristide Hôtel – 9ème arrondissement de Paris, ou encore au Jardin des chats – Marseille et à Aubais.

Les + : Des vacances de luxe, avec une attention particulière. Vous pourrez le surveiller de chez vous via la webcam.

Les – : Onéreux et peu répandu.

Voila, vous avez toutes les clefs en main pour trouver quelqu’un pour garder votre loulou, alors je n’ai plus qu’à vous souhaiter bonne vacances !

Et vous, quelles sont vos astuces/bon plan lorsque vous ne pouvez pas emmener votre animal en vacances avec vous ? Répondez en commentaire.

Mise en avant

Tout savoir sur les animaux à l’hôtel

De plus en plus d’hôtels acceptent les animaux, conscients de la demande croissante des vacanciers de ne pas quitter leurs compagnons.

Cependant il est bon de savoir quelques petites choses avant d’emmener votre animal.

De plus en plus d’hôtels acceptent les animaux, conscients de la demande croissante des vacanciers de ne pas quitter leurs compagnons.

Cependant il est bon de savoir quelques petites choses avant d’emmener votre animal.

Toujours prévenir l’hôtel

Comme dit en introduction, de plus en plus d’hôtels acceptent les animaux, certes, mais de plus en plus ça ne veut pas dire tous.

Les établissements sont libres d’accepter ou non.

Pour ne pas vous retrouver à la rue avec votre animal je vous conseille donc de les contacter avant. Parfois vous pourrez trouver l’information sur le site internet de l’hôtel mais mieux vaut appeler.

Animaux-Online nous indique que les «animaux de compagnie traditionnels de petite taille sont généralement acceptés», indique-t-on à la direction des hôtels du groupe Accor (Ibis Mega Brand, Mercure, Hôtel F1, Novotel/ Suite Hôtel). Le groupe Louvre Hôtels (Campanile, Première Classe, Kyriad) quant à lui ne met pas de restriction à l’accueil des animaux, mais il « revient aux directeurs d’hôtel d’autoriser in fine la venue d’un animal de compagnie. » En ce qui concerne «l’ensemble des établissements B&B Hôtels, souligne le service de communication de l’enseigne, les animaux de compagnie sont volontiers accueillis.»

De plus si vous avez plusieurs animaux avec vous ou des animaux « spéciaux » (or chien et chat, ceux qui ne sont pas « habituellement » emmenés en voyage) cela peut-être plus compliqué.

Mieux vaut prévenir que guérir comme on dit!

Préparez-vous à payer plus

Ce n’est pas une règle officielle et à vrai dire chaque hôtel choisit d’appliquer des coûts supplémentaires ou non, mais généralement vous aurez un supplément à payer.

Vous m’entendez déjà vous dire… Appelez l’établissement pour savoir.

Les frais sont généralement entre 4 et 15€ par nuit et par animal. Un petit budget à prendre en compte si vous avez prévu une semaine entière de vacances avec 3 animaux !

Ces frais s’explique par le fait que le nettoyage peut être un peu plus complexe à votre départ et cela prend donc plus de temps. N’y a t-il pas un vieux dicton qui dit que le temps c’est de l’argent?

Les règles de l’établissement

Si vous avez prévenu l’hôtel que vous venez avec un compagnon, l’hôtel aura tendance à vous donner une chambre adaptée (au rez-de-chaussée pour faciliter les balades du matin avec un chien, un peu excentrée pour ne pas faire trop de bruit…)

Pour ce qui est de monter sur le lit (question qui revient souvent) demandez à l’avance (encore et toujours), certains hôtels l’acceptent parce qu’il peut être compliqué d’interdire à un animal de monter s’il est habitué à le faire; et d’autre ne l’acceptent pas.

En effet un animal sur un lit implique un lavage poussé des draps pour éviter que le client d’après fasse une allergie. Si c’est interdit (et que votre compagnon est quand même monté) et qu’il y a des poils, vous risquez de devoir payer une partie de la caution.

Autre point important, certains endroits sont interdits aux animaux. S’il y a une piscine par exemple, je doute que votre boule de poils puisse venir. Pareil pour les restaurant (bien que dans certains cas ce soit autorisé).

Chat à l'h

Normalement emmener votre animal (ou vos animaux) n’est pas un soucis, que ce soit un chien, un chat, un nacs n’hésitez pas à appeler ou à prendre contact avec l’hôtel en avance pour que l’établissement et vous puissiez vous adapter.

Cela peut aussi permettre à l’hôtel d’accueillir comme il se doit votre animal. Certains mettront à disposition des couvertures, paniers, gamelles spécifiques.

D’autres choses à prendre en compte avant d’aller à l’hôtel avec son chien ? Répondez en commentaire.

Happyment vôtre ♥

Mise en avant

L’antispécisme – Décryptage

L’Antispécisme, un débat et un terme dont on entend souvent parler. Mais qu’est ce que l’antispécisme ? Décryptage ici !

D’après Wikipédia « Le spécisme est la considération que des membres d’une certaine espèce ont des droits moraux plus étendus ou supérieurs à ceux accordés à d’autres espèces, notamment la considération morale supérieure que les humains accordent à leur propre espèce, dans un contexte lié à l’éthique et à la philosophie des droits des animaux. Ce concept est surtout utilisé par les tenants de l’antispécisme.

Par extension, le spécisme renvoie aussi à l’idée que les humains accorderaient une considération morale plus ou moins importante aux individus des autres espèces animales en fonction de celle-ci : les animaux de compagnie et les animaux dont l’espèce est en danger d’extinction verraient par exemple leurs intérêts davantage pris en compte que les animaux d’élevage, ceux destinés à l’expérimentation ou encore considérés comme nuisibles. »

Nous savons ce qu’est le spécisme, mais qu’est donc l’antispécisme ?

Spécisme - Antispécisme

 

Les origines

En 1970, grâce à Richard D. Ryder, universitaire britanique à Oxford et psychologue britannique auteur de l’ouvrage Victims of Science, que le mot antispéciste naît. Publié dans un ouvrage pour dénoncé les animaux, le terme à des racines qui sonnent comme pour racisme ou sexisme. En effet, il vise à dénoncer une discrimination.

En 1971 il écrit un nouveau livre Animals, Men and Morals, où il fait un parallèle avec l’histoire : « La discrimination sur la base de la race, bien que tolérée presque universellement il y a deux siècles, est maintenant largement condamnée, écrit-il. De la même façon, il se pourrait qu’un jour les esprits éclairés abhorreront le spécisme comme ils détestent aujourd’hui le racisme ».

Il est utilisé Peter Singer, défenseur reconnu des animaux le reprends en 1975 et le vulgarise dans son livre, La Libération animale. Peter Singer nous dit dans son livre que : « Les racistes violent le principe d’égalité en donnant un plus grand poids aux intérêts des membres de leur propre race quand un conflit existe entre ces intérêts et ceux de membres d’une autre race. Les sexistes violent le principe d’égalité en privilégiant les intérêts des membres de leur propre sexe. De façon similaire, les spécistes permettent aux intérêts des membres de leur propre espèce de prévaloir sur les intérêts supérieurs des membres d’autres espèces ».

Ce n’est qu’en 1993 que le livre de Peter Singer est traduit en France, ce n’est qu’alors que le débat est arrivé.

En 2010 le terme spécisme arrive dans les dictionnaires français. Depuis quelques années des associations de protections animale et notamment L214 a mis en lumière le spécisme et donc l’antispécisme.

Chez nous Aymeric Caron, végétarien et auteur de No Steak (2013) est l’un des nombreux porte-voix de cette cause, en 2016 il écrit même un essai nommé Antispéciste où il souhaite l’essor d’un humanisme nouveaux qui prendrait en compte les animaux.

Une journée mondiale contre le specisme a même été créée, elle a lieu le 27 août.

Spécisme - Antispécisme - Anthropocentrisme

L’idéologie

L’antispécisme refuse la notion même d’espèce et les critères injustes déterminés par les hommes qui sont à liés à l’appartenance à une espèce.

Le but est de lutter contre la domination et la supériorité humaine et le droit de vie ou de mort de l’être humain sur l’animal. Les animaux sont des êtres conscients et sentients qui ont la volonté de vivre et à ce titre au moins ils sont égaux aux humains.

Les antispécistes sont conscients qu’une égalité entre les espèces est impossible mais veulent stopper les maltraitances et accorder plus de droits aux animaux.

Richard D. Ryder rappel que Charles Darwin, inventeur de la théorie de l’évolution, dit qu’il n’existe qu’une différence de degré entre les animaux non humains et les animaux humains. « Depuis Darwin, les scientifiques admettent qu’il n’y a aucune différence essentielle « magique » entre les humains et les autres animaux, biologiquement parlant, écrit Richard D. Ryder. Pourquoi, dès lors, faisons-nous moralement une distinction radicale ? »

Spécisme - Anti-spécisme - Choix

Son combat

Pour les antispécistes le spécisme est la troisième horreur de l’humanité (racisme, sexisme et specisme). Le racisme est le fait de hiérarchiser les être humains, le sexisme à discriminer par le sexe et le specisme à refuser des droits essentiels en fonction de l’espèce.

L’antispéciste est contre l’anthropocentrisme et l’idée que l’humanité est supérieure aux autres espèces.

Faire valoir le fait que chaque individu toute espèce confondue, aspire à être libre et d’avoir le droit de disposer de sa propre vie.

Aucune espèce n’a envie d’être un objet, un bien, une marchandise, un steak. Il y a donc une volonté de fermer les abattoirs, les laiteries, les sites de pêche, d’interdire toutes les expérimentations animales et les tortures…

Les classifications arbitraires ne doivent pas permettre une hiérarchisation. Choisir de caresser un chien ou un chat et de manger les cochons est spéciste. Cette hiérarchisation n’est créée que pour le plaisir des humains.

Jamais violent le combat antispéciste se veut respectueux des animaux humains et non humains.

 

 

Je vous laisse vous faire votre propre idée sur ce débat et la nécessité des questions qu’il pose. Pouvons-nous continuer sans scrupules, à exploiter les animaux, les faire naître et mourir à notre guise ?

Voici quelques citations qui pourront vous informer un peu plus.

« Quand il s’agit de la violation des droits fondamentaux des humains, nous sommes absolutistes. Personne ne propose de rendre l’esclavage, la pédophilie, le viol, le meurtre etc. plus « humains ». Quand il s’agit de la violation des droits fondamentaux des animaux, nous parlons de tout sauf d’absolutisme. Au contraire, nous nous concentrons sur le fait de rendre plus « humaine » la violation de leurs droits fondamentaux. Nous traitons les interêts fondamentaux des humains et non-humains différemment. Tel est le spécisme.«  Gary L. Francione.

“Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres.” George Orwell

« On me demande parfois : Pourquoi dépensez-vous autant de votre temps et d’argent à parler de la bonté envers les animaux quand il y a tant de cruauté faite aux Hommes? Je réponds : Je travaille à ses racines. » George T. Angell

« Les animaux ne nous appartiennent pas. Quels qu’ils soient, n’avons pas le droit d’en disposer, que ce soit pour notre alimentation, notre habillement, nos loisirs ou nos expériences scientifiques. » Association PETA

« Quand les humains sont oppressés, c’est une tragédie. Quand les animaux sont oppressés, c’est la tradition. » Association Vegan France

 

Et vous, que pensez-vous du spécisme ? Donnez-nous votre avis en commentaire !

Mise en avant

La stérilisation des chats – La solution

Avec plus de 12 millions de chats errants en France, la stérilisation n’est plus une option, c’est une obligation !

De nos jours la France compte plus de 12 millions de chats errants. Des chats vivants dans des conditions atroces et qui meurent de manière précoces par manque de soins et d’attention.

Les chats sont des animaux qui se reproduisent extrêmement vite, un couple de chat peut en 4 ans engendrés 20 000 chats qui finiront à leur tour à la rue, tués ou (rarement) adoptés.

La stérilisation obligatoire pourrait empêcher les euthanasies systématiques et sauver de nombreuses vies de la misère.

Non ce n’est pas réduire votre chat que de le stériliser, vous lui offrez même une vie plus longue et en meilleure santé !

Stérilisation des chats

Pour lutter contre l’abandon

Pourquoi laisser son félin se reproduire alors que tant de chats attendent une famille dans les refuges ?

Les associations de protection animale sont seules et démunies face à la prolifération des chats. Alors que tout ceci pourrait être endigué par les propriétaires et le soutient de l’état.

Le nombre des chats errants ne cesse de croître, les familles d’accueil et les refuges sont au complet pour prendre tous les chats errants en charge. Ces chats sont livrés à eux-mêmes, ils n’ont également pas accès aux rations de nourriture et d’eau quotidiennes nécessaires à leur bien-être. La stérilisation apparaît donc comme le meilleur moyen de palier à cette souffrance, endurée chaque année par un très grand nombre d’entre eux.

Aujourd’hui, en moyenne, 70% des chats placés en fourrière sont tués (Source SACPA). Les conséquences dramatiques de la non stérilisation sont (en plus de la prolifération des chats), le développement de maladies infectieuses (FIV, Coryza, Leucose, Typhus) qui peuvent toucher nos chats domestiques. Les animaux errants n’étant pas vaccinés ils représentent donc un risque sanitaire pour nos amis chats.

L’adoption ou l’achat d’un animal, sans réfléchir aux coûts et au temps nécessaires pour s’en occuper, aboutit très fréquemment à son abandon. Les grandes associations estiment qu’en France 100.000 animaux sont abandonnés par an avec un pic l’été de 60.000. Début d’été 2017, nous avons observé une augmentation de 25% par rapport à l’année dernière.

La Belgique et d’autres pays voisins ont déjà voté la loi de stérilisation obligatoire pour le respect des animaux et leur bien-être. Il devrait en être de même de la France.

Le statut de chat libre est un premier pas dans la défense animal, il permet de faire procéder à la capture de chats errants non identifiés afin de les faire stériliser et identifier, avant de les relâcher à l’endroit où ils ont été capturés.

Il est donc de votre devoir et de votre responsabilité de stopper cette prolifération et de contribuer à aider nos amis félins.

En faisant naître davantage de chatons vous vous rendez complice et coupable de la saturation dans les refuges et les fourrières et donc des euthanasies.

Stérilisation des chats

De nombreux intérêts pour votre chat et vous

Une étude prouve que la durée de vie moyenne des chats a montré qu’elle varie de 14 à 18 ans pour les chats stérilisés contre 6 à 10 ans seulement pour les chats non stérilisés.
Si pour vous cet argument est déjà de taille attendez de lire la suite.
Les humeurs de votre chat seront plus stables, il sera plus docile, moins enclin à la chasse et à l’envie de fuguer, le chat stérilisé réduit forcément ses risques de blessures, de morsures par d’autres mâles dominants ou d’accidents graves.

Pour la chatte

La stérilisation augmente non seulement l’espérance de vie des chats mais elle leur permet aussi de vivre mieux. Elle réduit le stress et le malaise de la chatte en période de chaleur, élimine le danger du cancer de l’utérus et des mamelles.

Pour le chat

La castration permet de diminuer considérablement l’agressivité et les combats avec d’autres mâles. Cela ne veut pas dire pour attends qu’il n’aura plus de caractère et qu’il sera soumis aux autres non ! Il ne cherchera plus la bagarre mais cela ne l’empêchera pas de se défendre et de défendre son territoire.

Cela réduit aussi les risques de cancer des testicules, le marquage, les miaulements intempestifs et les fugues. 

Ô joie pour vous, c’est la fin des urines malodorantes et fortes !

stérilisation obligatoire des chats

Comment et quand le stériliser

La stérilisation est habituellement pratiquée avant l’âge de la puberté (6-7 mois), mais elle peut être réalisée à n’importe quel âge.

La stérilisation d’un mâle consiste en l’ablation des testicules et vous revient chez un vétérinaire entre 75 et 90€.

Pour une femelle ce sera une stérilisation avec enlèvement des ovaires pour un prix allant de 120 à 150€.

Lorsque vous adoptez un animal dans un refuge, la stérilisation est incluse dans les frais d’adoption que vous avez payés, vous n’aurez donc pas d’argent à ajouter.

Pour les personnes ayant de très faibles revenus vous pourrez vous rapprocher des dispensaires SPA qui pourront stériliser vos animaux pour 30 à 50% moins cher qu’un vétérinaire classique.

La stérilisation induit en effet un coût mais c’est un acte responsable. Si on ne se sent pas capable d’assumer cela autant ne pas adopter d’animaux.

chat stérilisé

La vie de votre chat stérilisé

Ne vous méprenez pas après la stérilisation Félix ne sera pas un nouveau chat, il sera le même avec tous les avantages cités plus haut et quelques petits inconvénients.

Il faudra bien surveiller le poids de votre animal, une obésité avérée peut avoir des conséquences graves sur sa santé.

Chez le chat castré ou stérilisé, le risque d’obésité est plus élevé car il a tendance à manger davantage alors que ses besoins énergétiques diminuent de plus de 30 %.

Il est donc fondamental de choisir un aliment qui aide à prévenir les risques de surpoids grâce à un apport calorique ajusté. Élaborés avec moins de matières grasses et moins de glucides qui stimulent l’appétit, ces aliments spécifiques permettent de maintenir la masse musculaire grâce à une teneur élevée en protéines de haute valeur biologique.

Des croquettes pour chats stérilisés existent et vous permettront de contrôler son poids.

N’hésitez pas à vous rapprocher de votre vétérinaire pour plus de conseils concernant son alimentation. Il saura apporter des réponses à vos questions.

Vous l’aurez compris la stérilisation des chats n’est pas une option, c’est nécessaire pour la protection de nos amis félins.

C’est à nous de faire le nécessaire de notre côté et d’essayer de saisir les pouvoirs publics pour qu’une législation en faveur de la stérilisation voit le jour.

Et vous, pour ou contre la stérilisation ? Répondez en commentaire.

Mise en avant

La zoothérapie – L’extraordinaire pouvoir des animaux

Un peu d’histoire

La zoothérapie à connu ses débuts avec les patients souffrant de troubles psychiatriques. Les infirmières se servaient des animaux de ferme pour les aider. Florence Nightingale, fût l’une des pionnière. Elle utilisait une tortue lors de la guerre de Crimée (1854-1856) pour réconforter les gens à l’hôpital.

C’est avec le psychiatre américain Boris M. Levinson que la zoothérapie est née dans les années 50. Un petit garçon déclaré autiste, Johnny est ammené au Docteur Levinson pour une consultation, ce dernier avait par hasard amené son chien Jingles au cabinet. Johnny ne parlait pas, mais l’animal va à sa rencontre et le petit garçon sort de sa bulle et caresse l’animal. Lorsque la séance se termine il demande même à revoir le chien, au grand étonnement de ses parents. Boris M. Levinson se rend alors compte du pouvoir extraordinaire des animaux et décide de les intégrer dans ses séances.

u cours des années 1950, il fut l’un des premiers à rapporter le bien-fondé de l’utilisation d’animaux de compagnie dans le traitement des troubles psychiatriques. De nos jours, la zoothérapie ainsi que les activités incluant la présence d’un animal se retrouvent dans une variété de cadres thérapeutiques.

Depuis l’intérêt pour la zoothérapie ne cesse de croître et les animaux ne cessent de gagner les cœurs des patients.

Zoothérapie

 

Qu’est ce que la Zoothérapie ?

La zoothérapie, aussi appelée thérapie assistée par l’animal, est un programme d’interventions incluant des animaux.  Le but est de soigner des personnes souffrants de troubles physiques, cognitifs, psychologiques ou sociaux.

Il existe deux types d’interventions incluant des animaux : Les activités assistées par l’animal (Ou AAA) qui ont pour but d’éduquer et divertir des gens, et la zoothérapie qui a réellement un but thérapeutique.

En zoothérapie on utilise le pouvoir des animaux, un pouvoir qui nous fait nous sentir aimé, qui augmente notre estime de nous, qui rempli un vide émotionnel. Avec un animal on se sent utile, on sent l’innocence et la pureté de l’être avec nous. Par exemple réussir à faire faire un tour à un animal nous permet de nous sentir fière, caresser un chat nous apaise. Les animaux peuvent permettre à certains d’apaiser un souffrance comme la perte d’un être cher, ou de réussir à sortir de l’isolement et à communiquer avec l’animal. Un animal ne juge pas, un animal ne prend pas, un animal donne.

Tous les animaux peuvent être utilisés (vache, cochon, cheval, tortue, chat, oiseaux, lapin, poisson…) mais c’est souvent le chien qui est choisit car il est plus facile à éduquer, transporter et généralement plus obéissant.

Des bienfaits extraordinaires

Favoriser l’interaction

La présence d’un animal peut offrir un sujet de conversation simple et évident, cela peut augmenter les échanges entre participant et aider à plus de facilité dans la prise de parole. Une étude montre qu la présence d’un animal de compagnie dans une famille rapproche les membres.

Une action déstressante

Qui n’a pas ressenti le calme et l’apaisement que la caresse d’un chat procure? Les animaux permettent de réconforter, d’apaiser. Cela procure des effets physiques et mentaux avec une baisse du stress, de la pression artérielle et du rythme cardiaque.

Accompagner les personnes agées

Nos amis animaux aide les personnes âgées à lutter contre les symptômes dépressifs, l’anxiété et à améliorer la qualité de vie et l’humeur des participants. Cela les aide à lutter contre la solitude et l’ennui des maisons de retraite par exemple.

Aider les personnes hospitalisées

La zoothérapie permet de réduire les douleurs, d’améliorer la connexion corps-esprit et permet ainsi une convalescence plus rapide et dans de meilleures conditions.

Soutenir les personnes atteintes de démence ou de maladie d’Alzheimer

La zoothérapie pourrait contribuer à réduire l’agitation de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, cela ne ferais plus effet si l’animal ne vient plus rendre visite à la personne. Cela aide aussi à une prise de poids et une amélioration du morale des patients.

 

Alors la zoothérapie ? Un avis ?

Mise en avant

Fiche de lecture – Profession : Animal de laboratoire de Audrey Jougla

12 million d’animaux sont torturés et tués chaque année pour l’expérimentation seulement dans l’UE. Malgré les test c’est 18 000 personnes chaque année qui décèdent des effets secondaires des médicaments.
Un livre qui nous questionne sur la relation que nous avons avec les animaux et la « nécessité » des tests sur les animaux.

En résumé : Pendant plus d’un an, Audrey Jougla a enquêté en caméra cachée dans les laboratoires publics et privés français pour comprendre la réalité de l’expérimentation animale. Quels sont les tests pratiqués aujourd’hui ? Dans quel but ? En Europe, plus de 11, 5 millions d’animaux subissent chaque année des tests, qui ne concernent pas seulement les rongeurs mais de nombreuses espèces familières comme les chats, les chiens, les chevaux ou les singes. En poussant les portes de ces lieux interdits au grand public, où personne n’a encore pu accéder sans effraction, Audrey Jougla nous embarque dans le récit de son aventure aux côtés des militants de la cause animale. Une enquête inédite et un récit saisissant sur la souffrance infligée aux animaux, qui interroge notre humanité face à l’absurdité de la violence.

Audrey Jougla

L’auteur : Audrey Jougla est un écrivain français, elle est née le 27 mars 1985. Diplômée de Sciences Po Paris, elle a été expatriée trois ans en Argentine, à Buenos Aires puis à Mendoza. Elle travaille en tant que journaliste et s’intéresse aux enjeux agroalimentaires et écologiques avant d’assister en 2008 à la crise agricole argentine. Elle co-écrit « Nourrir les hommes, Un dictionnaire » (Atlande, 2009).
Passionnée d’éthique animale, elle reprend ses études de philosophie, et obtient les félicitations du jury pour son mémoire de recherche sur la question de l’expérimentation animale comme mal nécessaire.
« Profession : animal de laboratoire » est récompensé en 2016 par le Prix Roger Bordet, décerné par le Groupement des Écrivains Médecins. Le livre rencontre un large écho médiatique, en France comme à l’étranger et relance le débat sur l’expérimentation animale. Elle fonde l’association Animal Testing pour poursuivre les enquêtes dans les laboratoires. Elle enseigne la philosophie au lycée.

Expérimentation animale

Les arguments à retenir : 12 million d’animaux sont torturés et tués chaque année pour l’expérimentation seulement dans l’UE. Malgré les test c’est 18 000 personnes chaque année (en UE) qui décèdent des effets secondaires des médicaments. L’organisme des animaux n’est pas comparable au nôtre, par exemple 300 solutions contre la maladie d’Alzheimer ont fonctionné sur les animaux mais aucune n’a marché sur les humains. On perd du temps dans l’avancée de la science avec les tests sur les animaux au lieu de trouver des solutions de test efficace. Par ailleurs trois types de solutions dont l’efficacité a été prouvée et qui ne nécessite pas le sacrifice d’animaux sentients. Avant on faisait les tests sur des humains jugés comme inférieurs à nous (Sur les juifs ou tziganes, sur des personnes noires, des criminelles, des prostituées, des orphelins ou encore des handicapés), finalement l’expérimentation est une question de domination.

« Méfiez-vous du mal qu’on justifie » – Citation d’un philosophe inconnu.

Expérimentation animale 2

 

Mon avis : Un sujet traité avec une grande justesse et une grande sensibilité. Une étude rondement menée avec des informations précieuses et des questionnements essentiels.
Je vous recommande fortement ce livre qui n’est jamais dans le jugement mais toujours dans la recherche de compréhension et dans la volonté du respect de l’animal.

Livre en vente sur Amazon

Mise en avant

6 Arguments contre les delphinariums

Attaquons-nous aujourd’hui au delphinarium. 
Il est important de montrer aux gens la réalité sur ces endroits qui sont loin d’être des paradis pour les animaux qui y vivent.

Attaquons-nous aujourd’hui aux delphinariums.

Beaucoup de pays ont choisit de mettre fin au calvaire des dauphins, orques, et autres compagnons compagnons d’infortune, mais l’Europe et la France cautionnent leurs existences.  En 2018, 31 cétacés sont maintenus en captivité dans des cirques aquatiques :

  • Marineland (06600 Antibes), avec 15 cétacés, le plus grand parc aquatique d’Europe.
  • Parc Astérix (60128 Plailly), avec 8 cétacés.
  • Planète Sauvage (44710 Port-Saint-Père), avec 8 cétacés.

Il est important de montrer aux gens la réalité sur ces endroits qui sont loin d’être des paradis pour les animaux qui y vivent.

1. Les animaux font les pitres pour le plaisir.

Les dauphins sont nourris pour leurs tours. En temps normal ils mangent environ 25kg de poissons par jour, or on ne leur donne qu’un poisson par tour… Pensez-vous vraiment que cela va les nourrir ? Ils n’obéissent que pour avoir un peu à manger..

2. Les dauphins sont plus heureux en captivité que dans la nature.

A l’état sauvage les dauphins peuvent vivre 40 à 50 ans. En captivité le stress et les privations sensorielles et sociales les font mourir plus vite, ils s’auto-mutilent voire se suicident. Ils ne vivent pas au delà des 25 ans. Ces animaux sont fait pour vivre en groupe et pour parcourir des centaines de kilomètres par jour… Vous pensez qu’ils sont mieux dans un petit bassin chloré ?

3. On ne capture plus de dauphins ou orques sauvages c’est fini.

La reproduction est difficile, les petits ont une espérance de vie faible. Les enlèvements ne sont pas des pratiques extraordinaires mais relativement courantes. Ces captures tuent de nombreux dauphins ou orques du groupe et détruits le lien qui les unissaient. Ces animaux très sociaux sont ravagés par la perte des membres de leur groupe.

Ces demandes des delphinariums entretiennent les massacres, notamment ceux du Japon. Les dauphins destinés aux parcs d’attractions peuvent être vendus jusqu’à 150 000$, les autres seront massacrés et vendus sur des marchés.

4. Aller dans un parc aquatique permet d’éduquer les enfants.

Montrer des animaux malades, stressés, enfermés, privés de leurs droits et obligés d’effectuer des tours ridicules ce n’est pas éduquer. C’est véhiculer l’image de l’homme tout puissant. C’est apprendre que l’homme a l’ascendant sur la nature et que c’est comme ça que ça doit se passer. C’est faux. Une image erroné de la réalité. Pour les éduquer, montrez-leur des documentaires sur les dauphins libres. En allant dans un parc utilisant des dauphins ou des orques, vous les financez et vous montrez qu’il y a une demande pour ce genre de spectacles.

5. J’aime les cétacés, je veux juste les admirer.

On ne peut pas aimer et accepter de voir ceux que l’on aime souffrir. On ne peut pas financer leur souffrance et leurs bourreaux. L’amour, c’est le respect. Aimez-les comme il se doit et pas égoïstement

6. Si on ne les mets pas dans des delphinariums, que faire des cétacés ?

La réhabilitation pour la vie sauvage est tout à fait possible, sinon ces animaux pourront aller dans des sanctuaires. Tout sauf une vie d’ennui et de solitude !

Vous avez d’autres arguments pour les protéger ? Partagez-les avec nous !

Pour aller plus loin

Blog et association de protection des dauphins : https://www.ladolphinconnection.com/

Association de protection des dauphins : https://www.dauphinlibre.be/

Mise en avant

Les labels cruelty free

Cliquez ici pour en découvrir plus sur les labels Cruelty free qui protègent nos amis les animaux.

Décryptage des labels Cruelty free

Dans un précédent article (Les entreprises cosmétiques qui ne font pas de test) j’ai recensé toutes les entreprises de cosmétique qui ne testent pas sur les animaux.

Aujourd’hui je vous propose d’en savoir plus sur ces labels qui ont pour but de mieux protéger nos amis les animaux et de consommer responsable.

Tests sur les animaux

Liste des principaux labels Cruelty Free

Label ECEAE - Cruelty free

Label ECEAE
(Coalition européenne pour mettre fin à l’Expérimentation Animale)

Ce label européen labellise le producteur et non les produits.
Il garanti que l’entreprise ne doit réalise aucun test sur les animaux et n’y participe pas, les fournisseurs doivent aussi être sélectionnés pour ne pas tester sur les animaux.
La vérification du respect des règles est effectuée tous les 2 ans.

label LEAPING BUNNY - Cruelty free

  Label LEAPING BUNNY

Pour avoir le Leaping Bunny la société ne doit pas effectuer de test sur les animaux et doit avoir des fournisseurs qui n’en font pas non plus. L’entreprise devra aussi mettre en place un système de surveillance des fournisseurs.

Lable One Voice - Cruelty free

Label One Voice Orange

Ce label garanti le fait qu’un produit ou ses composants n’ont pas été testés sur des animaux.

Labels One Voice orange et bleu avec chevron

Labels One Voice orange et bleu avec chevron

Ce label garanti (tout comme le précédent) le fait qu’un produit ou ses composants n’ont pas été testés sur des animaux, mais cela garanti aussi qu’il n’y a aucun ingrédient à base d’exploitation animale.
C’est donc non testé sur animaux, bio et vegan.

Label Vegan society - Cruelty freeLabel Vegan society

La marque n’est pas dans l’obligation de ne produire que du vegan. La labellisation peut se faire sur certain produit qui n’auront pas nécessité de tests sur animaux et qui ne contiennent pas de composants d’origine animale.

Label cruelty free

Label cruelty free de Peta

Ce label garanti que les marque dans leur totalité n’effectuent pas de tests sur les animaux, pour leurs ingrédients, formulations ou produits finis.

label cruelty free and vegan peta

Label cruelty free and vegan de Peta

Tout comme le label du dessus, ce label garanti que les marque dans leur totalité n’effectuent pas de tests sur les animaux, pour leurs ingrédients, formulations ou produits finis. Cela garanti en plus qu’il n’y a pas de composants d’origine animale dans le produit.

Label Choose Cruelty Free

Label Choose Cruelty Free

Ce label certifie que la marque dans sa totalité n’effectue pas de tests sur les animaux (à tous stades de fabrication).
C’est un label international et indépendant.

Je n’ai pas mis tous les labels que l’ont peut trouver mais les principaux et les plus fiables.

Tous les labels « Cruelty free » ne sont pas forcément vegan, en revanche tous les labels vegan sont forcément « Cruelty free ».

Certaines marques affirment ne pas tester sur les animaux mais n’ont pas de label pour en attester ce qui pour ma part n’est pas rassurant, je préfère donc éviter.

Il faut savoir que beaucoup de labels sont gratuit, les entreprises désireuses d’apposer ces labels doivent donc investir surtout du temps pour prouver que leurs produits sont conformes.

Voici un petit tableau pour résumer tout ce que je vous ai écris

labels-logo-animaux-cruelty-free-vegan1

Maintenant que vous avez toutes les clefs en main à vous de consommer responsable !

Test sur les animaux

Pour plus d’informations je vous invite à vous rendre sur le site d’Expertise Vegan Europe qui est très bien fait.

Et vous, vous avez d’autres labels à ajouter à la liste? N’hésitez pas à répondre en commentaire !

Mise en avant

Ré-adopter après la perte de son meilleur ami à quatre pattes

Cliquez ici pour savoir comment et quand adopter après avoir perdu son meilleur ami à quatre pattes

Bonne ou mauvaise idée ? A partir de combien de temps peut-on ré-adopter ? Y a-t-il des règles à respecter ?
Nous avons tous croisé cette personne qui nous dit qu’il vaut mieux attendre, que c’est encore trop récent, que reprendre un petit animal aussi vite c’est oublier celui qu’on a perdu..

Dans cet article j’espère vous aider à savoir quand vous serez enfin prêt à ré ouvrir votre coeur.

Se sentir vraiment prêt(e).

Il est en effet très important de se poser un bon nombre de questions et de les formaliser. Adopter trop rapidement sans que le deuil ne soit passé n’est bon ni pour vous ni pour le nouvel arrivant.
Il est certain qu’après avoir perdu son compagnon de vie le foyer n’est plus le même. Nous avions construit une certaine routine qui s’est brisée lorsqu’il est parti, des petites habitudes qui avaient finalement une grande place dans notre vie. Tout cela créer un vide terrible dans nos cœurs et dans nos maisons.
C’est ce vide qui devient notre plus grand ennemi, qui nous déprime et qu’il ne faut surtout pas combler en adoptant un autre animal. Si vous êtes encore en période de deuil et que vous ne savez pas comment le surmonter je vous conseille de lire mon article : (Sur)Vivre la mort de son meilleur ami.
Je ne vous dit pas de ne pas adopter mais de ne pas le faire tant que votre blessure est encore ouverte.
Peut-être que cette liste de questions vous aidera :

  • Suis-je prêt(e) ?
  • Ai-je passé toutes les phases théoriques du deuil ?
  • Pourquoi est-ce que je veux adopter ?
  • Est-ce parce que je m’ennuie ?
  • Parce que je me sens seul(e) ?
  • Parce que je veux recréer ces petites habitudes ?
  • Est-ce que je veux donner une nouvelle chance à un autre petit être ?
  • Pourquoi le voulez-vous exactement ?
  • Quels sont vos critères d’adoption ? (S’ils sont trop en adéquation avec votre ancien animal réfléchissez bien)
  • Tout le monde à la maison est-il prêt?
  • Suis-je prêt(e) à me réengager pour de longues et merveilleuses années?
  • Ai-je encore les finances pour l’assumer? (pour savoir connaitre le budget moyen d’un chat, n’hésitez pas à lire mon article)

Pourquoi il ne faut pas se presser.

Combler ce fameux vide avec un autre animal serait de l’utiliser pour oublier le précédent et ce n’est jamais bon. Vous risquez le comparer sans cesse au précédent en lui reprochant inconsciemment tout ce qu’il n’est pas et tout ce qu’il a de différent et par ce fait de développer chez lui des troubles comportementaux qui rendront plus difficile encore l’acceptation du nouveau membre de la famille. Vous serez frustré de voir qu’il n’est pas « à la hauteur » parce que vous ne le prenez pas tel qu’il est, et par la même occasion vous ne donnerez pas tout l’amour que mérite ce petit cœur. Il ne doit pas avoir le rôle du remplaçant il doit avoir une véritable place dans votre cœur.
Il ne faut pas non plus une fois l’adoption faites se sentir coupable d’avoir remplacé notre ancien ami, et regretter d’avoir un nouveau compagnon.

Une fois que vous êtes rétabli comment adopter.

Faites un peu de ménage, jeter certaines affaires qui vous rappel trop votre ancien compagnon et faites de la place pour le nouvel arrivant. Créer lui un espace bien douillet et ouvrez votre cœur pour cette boule de poils. Fabriquez quelques nouveaux jouets ou achetez en. Choisissez votre animal au feeling en évitant de baser vos critères sur votre ancien animal. Une fois à la maison, laissez-le venir vers vous et se faire à son nouveau chez lui. Créez vous de nouveaux souvenirs, de nouvelles habitudes, une nouvelle vie avec lui.

Il n’est jamais simple de perdre un être cher, il a été unique et le sera à jamais. Aucun autre animal ne pourra le remplacer. Mais un autre pourra vous apporter lui aussi son lot de bonheur et devenir votre compagnon de vie. Il est important de savoir quand on est prêt pour lui laisser sa chance et ne pas lui infliger de vivre dans le souvenir d’un amour perdu.

Et vous quand vous êtes-vous senti prêt à adopter à nouveau ?
Comment avez-vous fait ?

J’espère que cet article vous a aidé à y voir plus clair, n’hésitez pas à liker, commenter, partager, me poser vos questions ou bien me dire ce que vous en pensez!

Happyment votre ♥

Mise en avant

Fiche de lecture – Désobéir pour les animaux des désobéissants

Découvrez le livre Désobéir pour les animaux. Une mini-bombe d’informations de 60 pages.

Désobéir pour les animauxEn résumé : Chaque jour en France, 3 millions d’animaux terrestres sont mis à mort pour leur chair, et bien plus de poissons encore. L’industrie de la viande organise l’enfermement, la mutilation, le gavage et l’abattage à la chaîne d’êtres sensibles. La loi permet de les manger, mais aussi de les traquer dans les bois ou de les torturer dans des arènes.

Pourtant la science et le simple bon sens montrent que les animaux sont des êtres conscients, intelligents, capables de relations complexes et dotés de personnalités singulières.

Face aux intérêts financiers liés à l’exploitation des animaux, il est urgent de désobéir pour faire cesser la domination extrêmement violente que les humains exercent sur les autres animaux et promouvoir ensemble des relations de solidarité, de partage et de respect.

Le mot des auteurs : L’exploitation des animaux n’a pas toujours été, loin s’en faut, aussi totale et brutale que de nos jours. Aujourd’hui, les animaux sont soumis à toutes sortes de mauvais traitements : élevage intensif, vivisection, mutilations, gavage.
Chaque jour en France, 3 millions d’animaux sont mis à mort. Alors que la production de viande gaspille l’eau, les céréales et les terres cultivables, la loi permet encore que l’on mutile, sépare, gave et enferme des êtres vivants.
Des êtres vivants que l’on peut aussi soumettre à des traitements cruels et dégradants qualifiés d’expériences scientifiques, traquer dans les bois par plaisir, torturer dans des arènes au nom du business touristique, etc.
Pourtant la science et le simple bon sens montrent chaque jour davantage à quel point les animaux sont non seulement indispensables aux équilibres des écosystèmes, donc à la survie de l’espèce humaine, mais qu’ils sont par ailleurs des créatures conscientes, intelligentes, capables de relations complexes et de personnalités uniques, de langage, voire de culture.

Face aux intérêts financiers liés à l’exploitation des animaux, il est urgent de désobéir pour susciter des modes de coexistence entre les espèces basés sur la coopération plutôt que la prédation. Partout dans le monde, les militants de la libération animale déploient des trésors d’imagination, et prennent tous les risques non violents pour venir en aide aux plus vulnérables que nous.

Les Désobéissants sont un collectif qui entend promouvoir et former à l’action directe non-violente et la désobéissance civile. Xavier Renou en est l’un des membres fondateurs. Né en 1973, diplômé de Sciences Po Paris, il est ancien chargé de campagne à Greenpeace France. Il est l’auteur de La privatisation de la violence (Agone, 2006), et le directeur de la collection Désobéir aux éditions le passager clandestin (16 titres sortis depuis 2009).
Karine, Elodie, Pierre, Brigitte et Clem sont les principaux rédacteurs de cet ouvrage. Il sont membres actifs d’association de défense des animaux, notamment L214.

Les arguments à retenir : Tous les chiffres et les études données sont des arguments en puissance.

Désobéir pour les animaux

Mon avis : Une mini-bombe. Ce livre est petit (60 pages) mais puissants, il permet en quelques pages de balayer la problématique animale et d’avoir des chiffres et des faits pour mieux comprendre. Je vous recommande de le lire car il est très complet.

Livre en vente sur Fnac.com et Amazon

Mise en avant

Gâteau d’anniversaire chien – Facile !

Envie de cuisiner un bon petit gâteau pour les chiens ? Voici une petite recette facile pour faire plaisir à votre boule de poil. Testé et approuvé par Meïko pour ses 1 an !

Envie de cuisiner un bon petit gâteau pour les chiens ? Voici une petite recette facile pour faire plaisir à votre boule de poil. Attention à ne pas en faire trop souvent, ce sont quand même des plats riches. Adaptez sa ration journalière pour cette occasion spéciale.

Testé et approuvé par Meïko pour ses 1 an !

Gateau d'anniversaire chien

Temps de préparation : 40 minutes

Ingrédients :
-300 g de viande hachée.
– 90 g de ricotta.
– 1 œuf.
– 1 c à café de persil haché.
– 1 barquette de 150 g de terrine pour chien.
– 100 g de blanc de poulet en petits dés.
– 1 pot de ricotta (250 g).
– Une vingtaine de biscuits pour chiens en forme d’os.

Préparation :
1. Préchauffez le four à th 7 (210 °C).
2. Mélangezla viande hachée, l’œuf, la ricotta  (n’utilisez pas tout il en fut pour la décoration), et ajoutez le persil haché.
3. Remuez jusqu’à obtenir une préparation homogène.
4. Versez la moitié de la préparation dans un moule huilé d’environ 15 cm de diamètre.
5. Étalez la farce en une seule couche.
6. Recouvrez le tout avec le reste de la préparation.
7. Mettez le plat au four pour environ 20 minutes.
8. Dès qu’il est cuit, laissez refroidir le gâteau et démoulez-le.
9. Décorez-le dessus de ricotta
10. Placez les petits os tout autour en position verticale pour maintenir les bords.

Pour un résultat encore plus mignon et sans danger vous pouvez ajouter un gâteau au centre en guise de bougie (ou plusieurs en fonction de son âge). Pour écrire son prénom ou « Joyeux anniversaire » écrasez des biscuit et mettez-les en forme !

Chien heureux garanti !

Votre chien à aimer ? Vous avez une autre recette ? Dîtes-nous tout !

Happyment vôtre ♥

Mise en avant

Fêtez l’anniversaire de votre chien !

Vous avez peur de passez pour une personne bizarre à fêter un événement dont votre chien n’a probablement rien à faire ? Détrompez-vous, cette initiative pourrait avoir des effets surprenants !

Vous avez peur de passez pour une personne bizarre à fêter un événement dont votre chien n’a probablement rien à faire ? Détrompez-vous, cette initiative pourrait avoir des effets surprenants !

Bonheur - Anniversaire chien

C’est bon pour le moral

Et si ça vous rend heureux pourquoi pas ? Pourquoi vous priver d’un petit bonheur simple. On aime tous fêter les anniversaires, alors pourquoi pas celui de son chien.

La vie peut parfois être morose, on peut avoir des petits coups de mou et cela impacte nos animaux. Quand on ressent un coup de blues, la première chose que l’on fait généralement c’est un groooos calins à nos boules d’amour. Ils savent nous remonter le moral. Par leur tendresse, leur amour, leurs bêtises, ou simplement leurs petites bouilles trop mignones. Alors imaginez une journée dédiée à votre animal.

Si c’est une chose positive pour vous, ça l’est forcément pour votre chien. La chose qu’il souhaite plus que tout c’est de voir son humain comblé de bonheur !

Les chiens sont des éponges à émotion et ne demandent qu’a être aimés et à ce qu’on s’occupe d’eux.

Alors foncez, organisez un petit événement, ça vous fera du bien à tous les deux !

Anniversaire chien - complicité

Renforcer la complicité chien/maître

Tout ce que réclame votre loulou c’est d’avoir votre attention, alors quoi de mieux que d’être le petit roi d’un jour ?

Beaucoup de comportementalistes recommandent par exemple, lorsque votre chien fait des bêtises, de sortir longuement en promenade avec lui ou de lui dégager du temps.

A votre avis pourquoi ? Tout simplement parce que, comme les enfants, les chiens aiment qu’on s’occupe d’eux. Et si on ne leur accorde pas assez d’attention, ils cherchent à la capter par tous les moyens. Même si cela implique de se faire gronder.

Il faut que leur jauge d’amour soit remplie. Offrez donc toute votre attention et un moment privilégié à votre chien. Il saura vous le rendre au centuple !

Lorsque j’ai fêté les 1 an de Meïko, j’ai proposé à une amie qui avait un chien de faire une grande balade. La première étape était donc de lui offrir une bonne sortie, de l’air frais, et une copine avec qui jouer. Ensuite nous sommes rentrés et je lui ai fais un « gâteau d’anniversaire » version chien qu’ils ont dévorés. La journée s’est terminée par une grande séance de papouilles. Rien d’extraordinaire donc, mais un chien heureux, qui a bien dormi. Cœur et ventre remplis.

Pour ses deux ans je lui ai donné son pâté préféré le matin et je me suis levée plus tôt pour qu’il se dégourdisse bien les papattes avant que je parte au travail. Il était surpris de voir sa balade matinale durer, et est rentré content à la maison (alors que j’ai souvent du mal pour le rappel du matin). Le midi même chose, j’ai pris moins de temps pour manger, et plus pour le promener. Le soir groooooosse promenade. On a été au parc à chiens et il a pu joyeusement s’ébrouer entre amis. Puis on a pris la voiture, direction Maxizoo, pour qu’il choisisse [A COMPLETER EN FONCTION DE LA SOIREE]. Bon petit pâté encore le soir et grosse séance de papouille.

Une journée relativement banale, mais où j’ai maximisé mon temps avec lui. J’ai vraiment vu une différence. J’étais satisfaite d’avoir marqué le coup, et lui d’avoir pu passer plein de temps avec moi.

Anniversaire chien - Heureux

Quelle journée d’anniversaire pour votre chien ?

Voici quelques petites choses que vous pouvez faire pour faire plaisir à votre chien ou tout simplement pour marquer le coup.

  • Une grande promenade >> Plus longue que d’habitude.
  • Explorez un nouvel endroit >> Changez de parcours et montrez-lui de nouveaux lieux avec de nouvelles odeurs.
  • Respectez son rythme >> Laissez-le flairer, offrez-lui plus de liberté de mouvement et ne le pressez pas.
  • Emmenez-le voir des copains >> Les chiens sont des animaux sociables, laissez-le jouer entre amis.
  • Donnez-lui ce qu’il aime >> Pourquoi ne pas lui faire plaisir en lui cuisinant son petit plat préféré, lui donner du pâté au lieu des croquettes ou autre. C’est exceptionnel, faites une mini entorse à son alimentation classique. Pas de substances à risque évidemment.
  • Faites-lui un gâteau >> Pas très compliqué à réaliser et effet garanti. Votre chien sera content et vous aurez une belle photo souvenir.
  • Offrez-lui un nouveau joujou >> Emmenez-le dans un magasin pour chien et laissez-le « choisir » ou commandez un petit cadeaux sur internet. Nouveaux panier, joujou, collier plus confortable. Vous trouverez forcément de quoi lui faire plaisir.
  • Théâtralisez ça >> Décorez, s’il est à l’aise mettez-lui un chapeau, etc..
  • Invitez ses copains >> Pourquoi pas une journée entière entre chiens !
  • Emmenez-le au dog spa >> Offrez-lui un super massage professionnel.
  • Une grande séance de papouilles >> Rien de mieux que les caresses de son humain !

Ca vous donne envie de fêter l’anniversaire de votre chien ? Des idées pour lui faire plaisir ?  Donnez-nous votre avis !

Happyment vôtre ♥

Mise en avant

Fiche de lecture – L’animal est-il un homme comme les autres ?

Depuis 2015, les animaux ne sont plus considérés comme des « bien meubles », mais comme des « êtres vivants doués de sensibilité ». Peut-on aller plus loin, et quel serait un droit des animaux ?

L'animal est-il un homme comme les autresEn résumé : Charles Darwin avait révolutionné l’idée que nous nous faisions de notre place dans la nature. Aujourd’hui, la science découvre peu à peu que les animaux pensent, apprennent, transmettent et qu’ils sont des êtres sensibles, déclenchant une véritable révolution philosophique et éthique. C’est ainsi que depuis 2015, ils ne sont plus considérés comme des « bien meubles », mais comme des « êtres vivants doués de sensibilité ». Peut-on aller plus loin, et quel serait un droit des animaux ?
Entre passion et réalisme, Louis Schweitzer, président de la fondation « Droit animal, éthique et science », et Aurélien Barrau, philosophe et astrophysicien, militant pour le respect des animaux, tentent de répondre à cette question qui remet profondément en cause nos choix de société.

schweitzer-louis

Louis Schweitzer : Louis Schweitzer fut Directeur de cabinet de Laurent Fabius de 1981 à 1986, DG puis PDG de Renault de 1986 à 2005, président de la HALDE jusqu’en 2010 et ancien président du conseil de surveillance du journal Le Monde.

Aurélien Barreau

 

Aurélien Barrau : Professeur à l’Université Joseph Fourier, chercheur laboratoire de physique subatomique et de cosmologie du CNRS, membre de l’Institut Universitaire de France

Mon avis : Un livre intéressant, des échanges de points de vue dépassionnés et assez terre à terre. S’en est presque perturbant. J’ai eu quand même du mal à le lire, je ne m’attendais pas à ça en lisant la quatrième de couverture. Le fait que ce soit un débat est un peu perturbant mais apporte une autre vision de la cause animale.

Livre en vente sur la Fnac.com ou  Amazon

Mise en avant

Education – Apprendre le rappel à son chien

Le rappel est un ordre de base très pratique lorsque vous voulez offrir un peu plus de liberté à votre chien tout en gardant le contrôle. Découvrez ici comment lui apprendre.

Le rappel est un ordre de base très pratique lorsque vous voulez offrir un peu plus de liberté à votre chien tout en gardant le contrôle. Découvrez ici comment lui apprendre.

Comment lui apprendre le rappel ?

Dans un espace clos pour commencer, laissez votre chien agir à sa guise. Appelez-le ensuite par son prénom suivi de l’ordre « viens » et ouvrez les bras pour l’inciter à venir vers vous. S’il viens vers vous félicitez-le très fort et donnez lui des friandises. Renouvelez l’exercice en le laissant aller de plus en plus loin et en le félicitant à chaque fois.

S’il ne vient pas malgré vos invitations joyeuses à vous rejoindre, éloignez-vous en sens inverse en faisant semblant de ne pas le voir et en vous désintéressant de lui. Il viendra de peur que vous partiez sans lui.

A ne surtout pas faire !

Surtout ne hurlez pas ou ne vous fâchez pas quand il arrive vers vous même s’il a prit du temps à venir (ce qui peut, entre nous, être totalement exaspérant!), il faut qu’il comprenne que être avec vous c’est bien. Pas qu’il prenne peur et qu’il n’ose plus venir.

S’il ne revient pas, ne courrez pas derrière pour le rattraper. Il prendra cela comme un jeu et s’échappera avec grand plaisir.

Ne le rentrer pas directement après l’avoir rappelé, sinon il associera ça à la fin de la balade et ne reviendra qu’avec difficulté.
Baladez-vous encore un peu, en lui demandant de rester au pied.

Votre chien répond bien au rappel ? Au contraire il ne répond pas ? Dîtes-nous tout !

Mise en avant

Le grand pouvoir des balades

Prendre l’air, partager un moment avec son chien, lutter contre les maladies, se faire du bien… Les balades sont des moments simples et pourtant très utiles dont on ne soupçonnent pas assez l’efficacité !

Prendre l’air, partager un moment avec son chien, lutter contre les maladies, se faire du bien… Les balades sont des moments simples et pourtant très utiles dont on ne soupçonnent pas assez l’efficacité !

Les bénéfices pour vous

Une belle promenade vous permettra tout d’abord de vous déconnecté du quotidien et de relâcher la pression. La vie moderne est pleine d’avantage mais est aussi une grande source de stress et d’anxiété. Vous pourrez ainsi prendre un bon bol d’air frais, marcher à votre rythme, prendre enfin votre temps et profiter de la beauté de la nature qui vous entoure.

C’est prouvé, cela améliore votre santé, réduit l’anxiété et les maladies cardio-vasculaires. Un moment bénéfique pour faire un retour sur soi.

Nous avons une vie sédentaire et un travail qui, pour la plupart nous oblige a rester assis face à un écran toute la journée. Ce moment pour vous et votre boule de poils vous permettra de vous relaxer et de faire un peu de sport, de délier vos jambes et de prendre un peu de vitamines D !

Les bénéfices pour votre chien

La balade permet à votre chien en premier lieu de faire ses besoins. Il est important en effet pour ces raisons de le sortir au minimum 5x/jour.

Elle lui permet aussi de se dégourdir les pattes et de faire un peu d’exercice, il va pouvoir courir, jouer, sentir pleins de bonnes odeurs, suivre des pistes, rencontrer des copains poilus, se sociabiliser. C’est nécessaire à son équilibre. Si les balades ne peuvent pas toujours être longues dû à votre emploi du temps, il est bien de consacrer dans la journée un peu plus de temps à une balade qui lui permettra de se dépenser.

Un chien qui se promène souvent et qui sort de chez lui est un chien bien dans ses papattes et donc un chien heureux qui écoutera mieux.

Quel est votre endroit préféré de balade ? Dîtes-nous tout !

Mise en avant

Chien dominant – Tout savoir

Vous ne pouvez plus le lâcher au parc parce qu’il attaque les autres chiens sans raisons apparentes. Ça vous rend triste et en plus il ne peut pas se dépenser en toute liberté. Que faire ?

Vous ne pouvez plus le lâcher au parc parce qu’il attaque les autres chiens sans raisons apparentes. Ça vous rend triste et en plus il ne peut pas se dépenser en toute liberté. Que faire ?

Qu’est-ce qu’un chien dominant ?

Un chien dominant est un chien qui s’impose face à tous individus. Il va chez vous, dormir où il le souhaite, quémander fortement, s’interposer dès que quelqu’un rentre ou lors de contacts physiques. Il va aussi face à ses congénères poilus chercher à être au milieu des conflit et dominer les autres en leurs montant dessus (attention à ne pas confondre avec un comportement sexuel), ou en leur mettant la patte dessus lors des jeux. Il prend lui-même les décisions et ce n’est pas sain.

Il est donc compliqué de lui mettre des règles, de lui donner des ordres ou de toucher à ses affaires. Il peut vite devenir agressif et donc dangereux. C’est un problème à ne pas prendre à la légère si vous souhaitez une relation saine et respectueuse mais aussi sécuritaire.

Pourquoi est-il dominant ?

Le comportement dominant peut s’installer parce que le chien manque de cadre éducatif ou de sociabilisation. Pour compenser le chien reprends alors ses instincts de meute pour trouver sa place. Un chien dominant avec ses autres congénères ne l’est pas forcément dans son foyer et inversement.

La dominance est donc le reflet de troubles de la sociabilisation, votre chien réagis mal parce qu’il ne comprend pas ce que vous attendez de lui et considère son comportement comme normal.

Pas de panique rien n’est réversible, l’éducation et l’amour sont les clés !

Que faire ?

N’hésitez surtout pas à vous faire aider. Les comportementalistes et éducateurs canins sont vos meilleurs alliés. Ils sauront vous expliquer pourquoi et vous donner des exercices pour travailler votre chien et améliorer votre relation et la relation de votre chien avec les autres.

Si vous voulez vous entraîner seul, je vous conseille de reprendre le « contrôle ». Je m’explique. Il faut que vous expliquiez à votre chien que vous êtes le décisionnaire et qu’il faut qu’il attende votre aval.

Mon chien Meïko est devenu agressif avec ses partenaires poilus. Je le baladais tout le temps sans laisse avant (il a un très bon rappel) et je dois recommencer à lui mettre une laisse. Cela m’attriste et j’ai décidé de prendre les choses en mains. A la maison il est génial et le comportementaliste m’a dit que pour qu’il n’attaque plus ses congénères je devais l’autoriser à aller vers eux, ce n’était pas lui qui décidais s’il y allait ou pas mais moi. On retravaille doucement mais surement. Je l’autorise parfois avec ma longue laisse a y aller. Dès qu’il est sage je le lâche et à la fin de l’échange avec le chien je le félicite avec une friandise. Petit à petit son comportement s’est amélioré et je peux à nouveau le balader en liberté avec un cadre plus stricte et une surveillance accrue.

Votre chien est dominant ? Dîtes-nous tout !

Mise en avant

Education – Apprendre à son chien à se coucher

Un petit article aujourd’hui pour apprendre simplement à son chien à se coucher.

Pourquoi lui apprendre ?

« Coucher » fait partie des ordres de base à apprendre à son chien. Cela permet de le canaliser et de l’utiliser pour qu’il reste tranquille dans son panier ou encore en voiture. Cela permet de rendre votre chien moins impressionnant si besoin. Par exemple dans le métro ou avec des invités pour qu’il n’effraie pas les gens. C’est aussi une marque de soumission et peut vous aider si vous avez besoin de le recadrer.

Comment lui apprendre ?

Aller, plus de surprise. On va encore utiliser la méthode positive ! On prends donc des bonbons et toute sa patience et son amour et on se lance.

Première règle; on fait des petites séances de 10 minutes maximum. Sinon votre chien va se lasser et ne jouera pas le jeux. On respecte le rythme de son chien et on ne saute pas d’étape ! Faites preuve de patience, il n’apprendra pas forcément en 1 jour mais ce n’est pas grave.

Présentez un bonbon à terre devant les pattes de votre loulou quand il est assis ou debout. Il va directement baisser la tête pour essayer de l’attraper. A ce moment vous éloignez votre main toujours au ras du sol. Il va d’instinct suivre votre friandise et adapter la position coucher. Dès qu’il se positionne bien dites-lui « couché ». Récompensez-le dès qu’il est couché avec des caresses et la friandise. Répétez l’opération plusieurs fois pour qu’il comprenne bien.

Vous avez testé cette technique ? Qu’en pensez-vous ?

Mise en avant

La jalousie chez le chien – Mythe ou réalité ?

Nous avons parfois tendance à attribuer des émotions humaines aux animaux. Anthropomorphisme ou pas ? Quels sont les problèmes qui peuvent en découler ? On vous dit tout !

Nous avons parfois tendance à attribuer des émotions humaines aux animaux. Anthropomorphisme ou pas ? Quels sont les problèmes qui peuvent en découler ? On vous dit tout !

Alors jalousie ou pas ?

Il y a deux écoles qui s’opposent. La première pense que c’est un anthropomorphisme, autrement dit, le fait d’associé un comportement ou sentiment purement humain à un animal, de penser que le chien est jaloux. La raison est qu’ils n’ont pas le schéma mental leur permettant d’être jaloux. Selon eux, les chiens pourraient en fait avoir un comportement de protection de leurs ressources (jouets, nourriture, humain) ou des réactions de frustration ou d’agressivité mais pas de jalousie.

Pour d’autres le chien ressentirait réellement de la jalousie comme nous. En juillet 2014, une étude américaine a été publiée dans la revue Plus One. Des psychologues de l’université de Californie à San Diego on observés 36 chiens. Chacun des chiens regardait son maître jouer avec 3 objets différents : un faux chien, une lanterne d’Halloween et un livre musical. En examinant les réactions des chiens, il a été établi que 78% d’entre eux ont poussé leur maître lorsqu’il s’amusait avec leur faux congénère, contre seulement 40% pour la lanterne en forme de citrouille et 22%pour le livre musical. Le fait que le chien cherche dans ce cas à attirer l’attention serait alors une réaction de jalousie.


« On peut spéculer que si plusieurs espèces sociales sont capables de de ressentir la jalousie, les chiens peuvent être la seule espèce -en-dessous des humains- chez laquelle cette émotion peut être évoquée face à un membre d’une autre espèce. Peut-être que c’est dû à leur lien émotionnel avec les humains, ainsi qu’à leur volonté et capacité à capter le regard et l’attention des hommes »

– Christine Harris, psychologue à l’université de Californie à San Diego


Comment réagir ?

Un chien jaloux va changer de comportement. Pour attirer votre attention et donc la détourner de l’objet de sa jalousie, il va aboyer, grogner, bouder ou encore vous proposer de jouer avec lui. Il peut aussi finir par se montrer agressif et donc devenir dangereux.

Quelque soit le nom donné à ce sentiment que ressent le chien vous devez agir. Vous pouvez consulter un vétérinaire, comportementaliste ou encore éducateur qui vous aidera.

Rassurez-le. Il faut lui montrer que vous l’aimer aussi, mais ne soyez pas excessif pour ne pas qu’il utilise ça à son avantages et que son comportement s’aggrave. Faites-lui comprendre qu’il n’a pas l’exclusivité de votre attention mais ne le priver pas de votre amour. Habituez-le doucement à accepter l’autre et félicitez-le quand il le fait.

Votre chien est jaloux ? Comment réagit-il ? Dîtes-nous tout !

Mise en avant

L’agility, le cours de sport version chien

Envie de vous essayer à ce sport canin en vogue ? Voici quelques infos importantes pour bien commencer.

Envie de vous essayer à ce sport canin en vogue ? Voici quelques infos importantes pour bien commencer.

Qu’est-ce que l’agility ?

L’agility est une discipline consistant à travailler la relation homme-chien. Le but est de terminer tout le parcours avec le moins de fautes possibles et en un minimum de temps.

Le parcours est constitué d’obstacles à franchir tels que des sauts, des slaloms, des tunnels ou encore des ponts.

Les intérêts de l’agility

Il y a 4 grands intérêts à l’agility :

  • Activité physique : C’est avant tout un sport qui permet à votre chien de se dépenser physiquement, de se défouler en se faisant plaisir. Il a été constaté qu’une activité physique régulière du chien aide à la réduction des problèmes de comportements. Cela permet aussi au maître qui doit guider son chien de faire du sport. En effet il faudra accompagner le chien et lui indiquer les obstacles à franchir, vous allez donc devoir courir !
  • Activité mentale : Cela sollicite beaucoup le chien qui doit se concentrer sur vos demandes, vous allez donc mettre ses capacités cognitives à l’épreuve et lui demander parfois de dépasser ses craintes. Souvent les obstacles de type tunnels peuvent l’effrayer de prime à bord.
  • Travail de la relation maître-chien : L’agility est un sport d’équilibre où le maître est véritable partenaire. Il va falloir de votre côté apprendre à vous faire comprendre au mieux, et du sien apprendre à être à l’écoute et à être vif. C’est donc un travail d’obéissance mais aussi un plaisir et un vrai moment de partage pour vous deux.
  • Sociabilisation : Outre le sport en lui même et l’exercice mental, vous allez rencontrer de nouvelles personnes passionnées avec qui échanger des conseils et astuces. Votre chien va aussi rencontrer de nouveaux copains et apprendre à partager son espace.

Comment bien pratiquer l’agility

Comme tout sport il y a certaine règle à respecter pour que tout se passe bien. Pensez par exemple à faire des pauses régulières pour que votre chien puisse souffler et récupérer. Faites le boire souvent par petites gorgées et sans qu’il se jette sur la gamelle d’eau. Faites attention à la chaleur environnante et mettez-le à l’ombre pendant les pauses s’il fait chaud.

Adaptez bien sur les exercices en fonction de votre chien, cela doit être un plaisir pour lui et pour vous donc on ne le gronde pas et on marche au bonbons ou au joujou !

Pensez à l’échauffer en le faisant marcher avant et à le laisser récupérer doucement après avant de rentrer.

N’hésitez pas à consulter un vétérinaire pour savoir si votre chien est apte. La condition physique du chien est primordiale, on ne travaillera pas en effet un chien trop vieux ou malade ni un chien trop jeune qui n’a pas fini sa croissance.

Vous pratiquez l’agility ? Qu’en pensez-vous ?

Mise en avant

L’intelligence du chien

Qu’est-ce que l’intelligence ? Les chiens sont-ils intelligents ? De quelles manière ? Ces questions vous interpellent ? Nous avons décortiqué pour vous l’intelligence des chiens.

Qu’est-ce que l’intelligence ? Les chiens sont-ils intelligents ? De quelle manière ?

Ces questions vous interpellent ? Nous avons décortiqué pour vous l’intelligence des chiens.

L’intelligence

D’après plusieurs définitions, l’intelligence serait :

La faculté de connaître, de comprendre ; qualité de l’esprit qui comprend et s’adapte facilement.

L’ensemble des fonctions mentales ayant pour objet la connaissance rationnelle (opposé à sensation et à intuition)

L’aptitude d’un être humain à s’adapter à une situation, à choisir des moyens d’action en fonction des circonstances


Cependant Albert Einstein dit :

Tout le monde est un génie. Mais si on juge un poisson sur sa capacité à monter à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide.

Nous allons donc expliquer en quoi le chien est intelligent d’après des critères propres à sa condition. Je suis intimement convaincue que chaque être sur cette terre est intelligent.

Si vous avez quand même besoin de comparer le chien à l’humain sachez que, comparativement, le chien a en moyenne l’âge mental d’un enfant de 2 ans et demi d’après Stanley Coren, professeur de psychologie à la British Columbia.

Les formes d’intelligence du chien

L’intelligence émotionnelle

C’est la capacité à reconnaître, comprendre et maîtriser ses propres émotions et adapter son comportement en fonction des émotions des autres. Encore une fois comparativement à une analyse humaine.

Les chiens ont évidemment une grande intelligence émotionnelle. Ils ressentent notre tristesse ou notre joie. Ce sont de véritables éponges à émotions. Ils s’adaptent énormément en fonction de nous.

S’ils ne semblent pas en mesure de comprendre leurs émotions, ils savent les adapter par rapport à nous et à leurs congénères.

L’intelligence corporelle

C’est la capacité à utiliser son corps et ses facultés physiques.
Le chien se rend compte de son corps et de l’endroit où il se trouve. Pour entraîner ce type d’intelligence vous pouvez pratiquer de l’agility ou encore l’obé-rythmée.

L’intelligence pratique

C’est la capacité à résoudre des problèmes par l’action. Le chien sait par exemple, qu’il faudra qu’il ouvre une boite pour accéder à sa nourriture si vous l’avez caché. On peut donc lui attribuer une intelligence pratique qui, comme la précédente peut être développée avec de l’entrainement. Vous pourrez lui apprendre à utiliser son flair pour trouver de la nourriture ou à ouvrir une porte pour accéder à sa gamelle.

L’intelligence spatiale

C’est la capacité à se rendre compte de l’espace qui l’entoure. Le chien sait se rendre à un endroit en utilisant divers chemins. Il sait comment se mouvoir en fonction de l’espace autour de lui et se rend compte de ce qui l’entoure.

L’intelligence linguistique

C’est la capacité à comprendre des mots ou des nuances de sens. Les chiens communiquent essentiellement de manière corporelle. Ils comprennent donc à votre posture ce que vous souhaitez leur indiquer. Ils comprennent aussi de nombreux mots. C’est à vous de développer le ‘vocabulaire’ de votre chien en l’entraînant et en lui expliquant. Au son de votre voix il saura si vous êtes en colère, joyeux ou triste, et réagira en fonction. Il est aussi capable d’associer un son à une chose ou un événement. S’il entend le bruit de la laisse il y a de grande chance qu’il se poste devant la porte en vous attendant pour la promenade. S’il entend le bruit des croquettes, il vous attendra surement devant la gamelle.

L’intelligence logico-mathématique

C’est la capacité de manipuler les nombres et à résoudre des problèmes logiques. Une intelligence que le chien possède à sa manière. Il ne sait pas nécessairement compter mais il sait quand vous aviez 4 friandises dans la main et qu’il n’y en a plus que 3. Il va alors chercher la friandise manquante. Une mère ne partira pas sans que tous ses petits soit présents.

L’intelligence du coeur

Si elle n’est pas calculable, je tenais à mettre en avant l’empathie dont font preuve les chiens et leur grande intelligence du cœur. Ils savent décrypter les émotions et nous donner le meilleur d’eux-même sans condition. Ils savent pardonner, être patient. Ils sont une grande leçon d’humilité et d’amour.

Une petite anecdote sur votre chien qui vous confirme qu’il est intelligent ? Partagez-là avec nous !

Mise en avant

Education – Stop aux chiens qui tirent en laisse

L’heure de la balade arrive et la boule commence à s’installer dans votre ventre.Votre loulou est un amour mais il ne fait que tirer en extérieur et vous ne savez plus quoi faire.Qu’est-ce que vous enviez toutes ces personnes qui se baladent tranquillement avec leur chien bien sage .. Si seulement la promenade n’était plus un combat mais un moment de détente…

L’heure de la balade arrive et la boule commence à s’installer dans votre ventre.

Votre loulou est un amour mais il ne fait que tirer en extérieur et vous ne savez plus quoi faire.

Qu’est-ce que vous enviez toutes ces personnes qui se baladent tranquillement avec leur chien bien sage .. Si seulement la promenade n’était plus un combat mais un moment de détente…

Pourquoi il tire ?

Si votre chien tire c’est parce qu’avec 220 millions de récepteurs olfactifs (1 000 à 100 000 fois mieux que l’humain qui n’en a que 5 millions environ), le monde qui nous entoure recèle d’odeurs qui l’attire et qu’il veut rejoindre.

Il est aussi possible qu’il ait vu un congénère à qui il a trèèèèès envie de dire bonjour. Mettez vous à sa place, nous communiquons toute la journée avec nos congénères humains, mais le chien, animal très sociable, n’a que la balade pour pouvoir se sociabiliser et croiser d’autres poilus à quatre pattes !

Autre raison, il a vu quelque chose se déplacer et son instinct de prédateur ou de joueur invétéré lui dit de foncer. Ou alors il a simplement envie de se dépenser de toute l’énergie qu’il a emmagasiné en attendant cette balade.

Bref, vous l’aurez compris il y a de nombreuses raisons qui font qu’il peut tirer mais aucune n’est contre vous.

Comment lui apprendre à arrêter ?

On va encore une fois utiliser la méthode positive. Prenez des friandises et c’est parti.

Dès que vous sortez de chez vous, que votre chien est en laisse la ‘leçon’ commence. Si votre chien ne tire pas vous le félicitez, le but est que la laisse ne soit pas tendue et qu’il le comprenne. Il doit se tenir le plus près possible de votre pied.

Dès que votre chien tire vous vous arrêtez, dès qu’il se remet à côté de vous vous le récompensez puis vous vous remettez à marcher. Répétez l’opération jusqu’à ce qu’il comprenne. Il faut s’armer de calme et de patience et récompenser souvent pour qu’il associe la laisse détendue au positif et aux bonbons.

Si votre chien tire souvent c’est peut-être aussi qu’il a besoin de beaucoup d’exercice physique et qu’il ne se dépense pas assez. Proposez-lui des jouets pour qu’il se dépense à la maison. Travaillez régulièrement des petits exercices avec lui pour le fatiguer mentalement et l’entraîner à l’obéissance. Laissez-le aussi assouvir ses impératifs naturels, laissez-le marquer si besoin, renifler un peu partout, lâchez-le dans des parcs réservés aux chiens. Promenez le plus souvent. Essayez de vous mettre à sa place, il a aussi très envie de profiter de sa sortie au maximum. A vous de la rendre la plus agréable possible sans vous laisser avoir !

Votre chien tire en laisse et vous avez résolu le problème ? Donnez-nous votre astuce !

Mise en avant

Auto-apprentissage : L’importance de l’éducation positive

L’éducation positive, la clef de voûte d’un apprentissage efficace et respectueux de l’animal. Découvrez tous ses secrets ici !

Cet article participe à l’Evénement “l’auto-apprentissage” du blog Chien Ludique dont j’apprécie beaucoup cet article.

Aujourd’hui j’aimerais vous parler de l’éducation positive, la clef de voûte d’un apprentissage efficace et respectueux de l’animal.

Si certains préféreront se faire aider d’un professionnel pour éduquer leur chien, d’autres choisiront de l’éduquer eux-mêmes (auto-éducation). Je ne saurais vous conseiller l’un plutôt que l’autre, les deux pouvant aussi se combiner à merveille. Chacun fait en fonction de lui et de son chien.

En tous les cas, je ne saurais combien vous recommander l’éducation positive qui est purement et simplement bénéfique en tous points pour votre chien.

Qu’est-ce que l’auto-éducation ?

L’auto-éducation c’est le fait d’éduquer son chien soit-même. Pour se faire, vous pouvez utiliser de nombreuses sources d’informations à votre disposition :

  • Les blogs d’animaux,
  • Les tutoriels Youtube,
  • Les livres spécialisés,
  • Demander des conseils à des professionnels,
  • Demander des conseils à d’autres maîtres.

L’intérêt de l’auto-éducation est le fait que ce soit applicable partout et à tout moment, vous décidez quand et où travailler votre chien. C’est aussi à la portée de tous, tout le monde peut le faire (en fonction des exercices à apprendre c’est plus ou moins facile bien sûr). Et en plus c’est complètement gratuit. Je rajoute un point positif à cela ? Aller, ça vous permet de passer du temps avec votre chien et de renforcer votre lien !

Plus d’excuses pour zapper un petit entrainement de rappel ou pour lui apprendre de nouveaux tours donc !

Qu’est-ce que l’éducation positive ?

L’éducation positive est une philosophie. Une technique qui ne s’applique pas seulement lorsque vous lui apprenez quelque chose mais tout le temps. Elle permet à la construction d’une relation de confiance entre vous et votre chien. Une relation saine qui vous permettra des progrès et des résultats spectaculaires.

L’éducation positive c’est le fait de renforcer les bons comportements du chien et d’ignorer les mauvais. Fini les colliers électriques et autres outils de torture et de contrainte. Privilégiez les friandises, les caresses et les félicitations. Le but n’est donc pas que le chien obéisse par crainte mais parce qu’il en a envie.

Alors non, vous n’êtes pas obligé.e de donner de la nourriture à votre chien pour le féliciter. Le but n’est pas qu’il finisse obèse ou qu’il ne réponde que si vous avez quelque chose à donner, vous pouvez simplement le féliciter par la voix, les caresses ou les jouets.

Comment bien pratiquer l’éducation positive ?

Bon, vous voyez comment faire de l’auto-éducation, vous savez ce qu’est l’éducation positive, mais concrètement comment l’appliquer ?

Tout d’abord il faut vous armer de patience. Rien ne sert de s’énerver ou même d’être énervé.e. N’oubliez pas, les chiens sont des éponges à émotions et ressentent très bien ce qu’on ne dit pas, ils parlent aussi très bien le langage corporel, donc restez zeeeeeeen (plus facile à dire qu’à faire parfois on est d’accord). Bienveillance et calme sont les maîtres mots.

Ensuite ne soyez pas radins sur les félicitations et les caresses, c’est gratuit, ça fait du bien et ça marche vraiment ! Dès que votre chien fait quelque chose de bien félicitez-le chaleureusement avec votre voix la plus enjouée et caressez-le. Il faut qu’il intègre que ce comportement est bien et qu’il doit continuer comme ça. Vous pouvez aussi lui donner des friandises pour le féliciter (choisissez des friandises peu caloriques et appétantes pour du résultat mais pas de gras !)

Ne vous énervez pas si votre chien ne comprends pas pendant une session éducation, faites des séances courtes de 10/15 minutes pour commencer et allez-y par étapes. S’il vous désobéi ou qu’il a un comportement mauvais ne lui hurlez pas dessus. Ignorez-le totalement ou mettez-le dans l’inconfort (à ne pas confondre avec la contrainte). Je m’explique; si votre chien tire en laisse, n’avancez plus dès qu’il tire et félicitez-le dès qu’il marche la laisse détendue. S’il se bat avec d’autres chiens, mettez fin à la balade et ne le laissez plus en liberté, gardez-le en laisse. Dès qu’il a un comportement positif avec un autre chien (ignorance, bonjour furtif ou jeux) félicitez-le fortement.

L’éducation positive prend un peu plus de temps que l’éducation classique mais est bien plus bénéfique pour votre relation avec votre chien. Elle lui permet aussi de mieux intégrer et garder un bon comportement ou des ordres appris.

Et vous, pratiquez-vous l’éducation positive ou l’auto-éducation ? Dîtes-nous tout !

Mise en avant

Pourquoi travailler son chien régulièrement ?

Entraîner son chien régulièrement peut paraître, de prime à bord, relativement pénible. Pourtant, vous et votre chien, pourriez en tirer de nombreux bénéfices. En plus c’est un moment de complicité et d’amusement garanti pour vous deux !

Entraîner son chien régulièrement peut paraître, de prime à bord, relativement pénible. Pourtant, vous et votre chien, pourriez en tirer de nombreux bénéfices. En plus c’est un moment de complicité et d’amusement garanti pour vous deux !

Renforcer votre complicité

Qui dit ‘entraîner son chien’, dit ‘passer du temps avec son chien’. En effet lorsque vous l’exercer, vous lui offrez du temps rien que pour vous deux. Un temps précieux et qualitatif qui permet de resserrer vos liens, de créer de la confiance et de la complicité.

Au-delà du coté ‘scolaire’ de l’entrainement, il y a donc une grande dimension affective. Il aura donc un temps spécifique rien que pour lui et son humain. Pour que le travail soit le plus efficace possible et pour créer une relation de confiance, n’oubliez pas de toujours travailler en méthode positive qui privilégie la récompense à la sanction.

Essayez de trouver un créneau régulier pour travailler quelques petits exercices. Pas besoin d’une heure, les séances de 10/15 minutes sont à privilégier. Vous aurez ainsi toute son attention sans le fatiguer. Si votre créneau est le même chaque jour, vous verrez que c’est votre chien qui viendra vous chercher pour ne pas louper son entrainement !

Apprendre de nouveaux tours

En travaillant régulièrement, vous pourrez, à chaque séance, prendre quelques minutes pour réviser ce que vous avez appris précédemment. Il est important de retravailler souvent ce que vous lui avez montré. Plusieurs bénéfices à cela : votre chien réalisera de plus en plus vite les tours parce qu’il sera en confiance par rapport à ses connaissances, il ne les oubliera pas, il aura donc plus de récompenses parce qu’il y arrivera et vous serez fier.e de voir qu’il progresse.

Une fois les révisions terminées, vous pourrez passer à l’apprentissage de nouveaux exercices. Tant qu’un tour n’est pas maîtrisé, ne lui en apprenez pas un autre. Cela risquerait de vous énerver parce qu’il n’y arrive pas et que vous ne comprenez pas comment lui expliquer. Cela risque donc de casser tous les bénéfices d’un entrainement régulier.

Patience et bienveillance doivent être les maîtres mots de vos séances ! Votre chien ne demande qu’à vous faire plaisir, allez-y par étape. Comme dit précédemment, pas de séances trop longues, vous allez perdre l’attention de votre chien. Je vous recommande de ne pas excéder les 30 minutes. Le temps idéal pour un débutant étant de 10/15 minutes et pour un confirmé de 20 minutes.

Quoi de plus grisant en plus, que de faire une petite démo à vos ami.e.s ou à votre famille des nouveaux tours apprisà votre boule de poils !

Améliorer son éducation

Plus efficace qu’il n’y parait, les petits entraînements conditionnent votre chien à être plus attentif à vous. Il va aussi mieux vous comprendre parce qu’il aura souvent travaillé les ordres demandés.

Sa rapidité d’exécution et son attention seront alors améliorés et donc son éducation de manière générale. Vous allez remarquer au fil de vos sorties et de vos entraînements qu’il sera plus à votre écoute et qu’il répondra de mieux en mieux à vos diverses demandes.

Vous êtes adepte du travail régulier ou tout l’inverse ? Dîtes-nous tout !

Mise en avant

Cavalcade des blogs #54 – A travers ses yeux

Imaginez-vous à la place d’un animal et dites-nous tout ! Cette fois-ci la plume est à vous, lancez-vous !

Ce mois-ci j’ai l’immense honneur de rejoindre l’aventure Cavalcade des blogs et d’accueillir le défi !

Qu’est ce que la Cavalcade des blogs ?

La Cavalcade des Blogs est un festival d’articles. Chaque mois un hôte propose une thématique et de nombreux bloggueurs se prêtent à l’exercice.

Un très beau concept créé en décembre 2013 par Gaëlle, du blog Cheval-Facile.
La Cavalcade des blogs est en recherche constante d’organisateurs. Si vous avez des idées de thèmes et que vous voulez rejoindre l’aventure contactez Gaëlle juste ici.

Le thème de cette édition : ‘A travers ses yeux’

Pour l’événement de ce moi je vous propose le thème : « A travers ses yeux ».

Ça vous parait un peu flou ? Je vous explique tout de suite.

Lors de la Cavalcade des blogs #51, sur la thématique « Magie, magie es tu là? » proposée par Clotilde du blog Flâneries Mystiques, Françoise du blog La Poule Philosophe, nous avait proposé un article magnifique intitulé « De Halloween à Noël ». On y découvrait une femme et une poule qui ont échangé leurs places l’espace de quelques semaines.

Très inspirée par le fait de découvrir – d’imaginer plutôt – comment les animaux voient le monde, comment ils le ressentent, je propose aujourd’hui cette thématique.

Le but est aussi, à travers ces articles (qui j’espère seront nombreux !), d’essayer de se mettre un peu plus à leurs places pour mieux les comprendre et en conséquence, mieux vivre avec eux.

Laissez parler votre imagination, partez dans l’extraordinaire, le comique, ou utilisez une démarche scientifique et rigoureuse. Délirez complètement ou restez sérieux. Vous pouvez aussi aller dans l’effrayant en vous mettant par exemple à la place d’un animal destiné à l’abattoir. Que vous souhaitiez délivrer un message fort ou rester sur un thème léger, faites-vous surtout plaisir !

Voici quelques pistes si jamais vous avez besoin d’un petit coup de pouce :

  • Mettez-vous dans la peau d’un animal,
  • Imaginez ce que penserait un animal s’il devenait humain,
  • Décrivez ce que ressent ou pense votre animal lorsque vous êtes avec lui,
  • Racontez les mémoires d’un animal,
  • Imaginez les blagues que pourraient faire les animaux entre eux,
  • Comment ils interagissent entre eux,
  • Racontez moi la routine qu’il aime,
  • Comment il vit vos départs ou vos arrivées,
  • Bref devenez animal le temps d’un article !

Les règles du jeu

Pour être accepté, un article soumis doit être :

  • De nature non commerciale,
  • Original (il ne doit pas avoir été publié sur d’autres blogs, en d’autres termes : pas de « copier coller », car cela n’intéresse personne !),
  • De qualité,
  • Nouveau (publié pendant l’événement, et pas avant),
  • Dans le sujet du thème annoncé,
  • Doit contenir au minimum 400 mots et être rédigé en français (si possible, par pitié, sans faute d’orthographe !),
  • Vous pouvez y inclure 2 liens vers votre blog ou site,
  • Vous devez y inclure, un lien vers l’article de lancement du blog hôte, un lien vers cette page (La Cavalcade des Blogs), et un lien vers le blog de l’organisateur (le mien du coup !)
  • Publié dans les dates données par l’organisateur : entre le 1er et le 30 avril 2019,
  • Une fois votre participation publiée sur votre blog, site ou sur les réseaux sociaux, commentez cet article avec le lien vers votre publication. (Si vous n’avez pas de support de partage, vous pouvez m’envoyer votre texte et vos photos par mail, je me ferai un plaisir de partager le contenu sur mon blog.)
  • Vous pouvez également ajouter à votre article le logo de la Cavalcade, dessiné par Amaya du blog Vision Équine et que vous trouverez ci-dessous !

Une fois la Cavalcade clôturée, je publierais un article récapitulatif et un Livre blanc téléchargeable d’ici la première semaine de mai.

Et la précédente édition ?

La précédente édition a été accueilli par Françoise d’Animal mon compagnon. Le thème était Il est unique.

Voila voila, vous savez tout. J’espère vous avoir inspiré.e.s et j’ai hâte de lire vos articles !

Mise en avant

Recette – Velouté poires, endives

Un velouté gourmand qui change de l’ordinaire. Attention, vous risquez de devenir accros !

Un velouté gourmand qui change de l’ordinaire. Attention, vous risquez de devenir accros !

Ingrédients

  • 650g d’endives
  • 190g de beurre (demi-sel c’est plus gourmand!)
  • 100g de cerneaux de noix
  • 2 poires
  • 4 brins de persil
  • 20 de cassonade
  • 20 cl de bouillon de légumes
  • 30 cl de crème végétale (soja) liquide
  • 15 cl de jus de poire
  • 13 cl de vin blanc (plutôt sec)
  • Sel et poivre

Recette

  1. Bella como la endiva : Gardez les 4 plus belles feuilles d’endives pour la décoration et le croquant final, et émincez le reste.
  2. Snif : Émincez finement les échalotes aussi (sans pleurer si possible!) et mettez-les à feu moyen avec 100g de beurre.
  3. Glouglou : Une fois que les échalotes sont devenues translucides, ajoutez les endives, laissez cuire 5 minutes environ et ajoutez le vin blanc. Mettez le tout une minute à ébullition le temps que ça boive (aglouaglou).
  4. Jacuzzi : Ajoutez le sucre, le jus de poire, la crème et le bouillon. Mélangez tout. Portez à ébullition puis laissez mijoter tranquillement une petite quinzaine de minutes.
  5. Faites l’expert : Mixez la préparation, salez, poivrez, goûtez et ajouter un peu de crème si vous souhaitez obtenir une texture plus onctueuse.
  6. Les noix s’échauffent : Faites revenir les cerneaux de noix à la poêle, puis concassez-les une fois refroidies.
  7. Au tour des poires : Lavez les poires, enlevez les petits pépins (pas super agréables au goût) et tranchez les en lamelles assez fines. Faites revenir les lamelles de poires à la poêle avec le reste de beurre jusqu’à ce que cela dore. (N’oubliez pas de dorer les deux côtés !)
  8. Dégustez ! Versez votre douce mixture dans un bol, ajoutez une feuille d’endive par bol, les cerneaux de noix et la poire. Vous êtes prêts à déguster !

Qu’en pensez-vous ? Laissez-nous votre avis !

Mise en avant

Recette – Velouté de Butternut

Un classique qui réchauffe le coeur et le corps ! Une petite recette facile et éthique pour se faire plaisir avec des légumes de saison.

Un classique qui réchauffe le coeur et le corps ! 

Une petite recette facile et éthique pour se faire plaisir avec des légumes de saison.

Ingrédients

  • 1 courge butternut (800 g)
  • 1 oignon
  • 1 cube de bouillon de légume
  • 2 cuillères à soupe de crème fraîche végétale (soja)
  • Huile d’olive
  • Sel
  • poivre
  • curry

Recette

  1. Coupez ! Epluchez et coupez l’oignon et la courge. Faites les revenir dans une casserole environ 5 minutes avec l’huile d’olive.
  2. Au feu ! Couvrez d’eau à hauteur et ajoutez le bouillon de légume. Laissez mijoter en couvrant environ 25 minutes.
  3. Comme un DJ : Mixez le tout, ajoutez la crème, le sel, le poivre et le curry. Voilà c’est prêt!

Pour accompagner tout ça je vous conseille d’ajouter sur le dessus quelques pignons de pin, graines de courges ou des pousses germées.

Une variante du velouté Butternut à proposer ? Dîtes-nous tout !

Mise en avant

Recette – Lasagnes blanches aux épinards

Vous n’avez jamais réussi à apprécier les épinards ? Je vous assure que cette recette gourmande va vous réconcilier avec ces pauvres petites feuilles vertes !

Vous n’avez jamais réussi à apprécier les épinards ? Je vous assure que cette recette gourmande va vous réconcilier avec ces pauvres petites feuilles vertes !

Ingrédients

  • 500g d’épinards frais
  • Une vingtaine de feuille de lasagne sans oeufs (sans pré-cuisson)
  • 100ml de sauce pesto de basilic
  • 100g environ de graine de tournesol
  • Quelques feuilles de basilic
  • 200g de parmesan ou parmesan végétal
  • 500ml de lait de soja
  • 3 cuillère à soupe de farine
  • 1 cuillère à soupe de levure maltée
  • de la noix de muscade
  • Sel et poivre

Recette

  1. La béchamel : Mettez 3 cuillères à soupe d’huile d’olive et 3 cuillères à soupe de farine. Mélangez bien le tout à feu doux jusqu’à ce que cela épaississe. Ajoutez ensuite les 500ml de lait de soja et portez à ébullition en remuant bien pour éviter les grumeaux. Faites cela jusqu’à ce que cela épaississe (environ 10 min). Assaisonnez ensuite à votre gout avec la noix de muscade, la levure maltée, le sel et le poivre.
  2. Salsa : Mélangez ensuite tout simplement la sauce au pesto et la sauce béchamel. Laissez ça de côté pour la suite de la recette.
  3. Epinardons ! Lavez bien les épinards, enlevez ensuite les tiges et faites les cuire une dizaine de minutes dans de l’eau salée. Égouttez-les et hachez-les finement (attention à ne pas vous bruler ! ) Ajoutez-les ensuite à la sauce que vous avez préparé juste avant.
  4. Montage : Prenez un plat pour le four et versez au fond un peu d’huile d’olive et de sauce. Il faut que la première couche de pâte à lasagne ne soit pas directement en contact avec le plat sinon cela va coller et mal cuire. Une fois que vous avez badigeonné le fond ajoutez une couche de pâtes, puis une couche de sauce et épinards, répétez l’opération jusqu’à ce que vous n’ayez plus d’ingrédients. Recouvrez la dernière couche de lasagnes avec de la sauce, ajoutez le parmesan râpé pour former une croute et enfin les graines de tournesol pour le croquant. Enfournez tout ça 30 minutes à 220°C. Avant de dégustez ajoutez une petite feuille de basilic sur chaque part (effet garanti !)

Vous avez gouté ? Vous avez aimé ? Donnez-nous votre avis !

Mise en avant

Recette – Pates carbonara veggie

Qui a dit qu’en devenant végétarien.ne on devrait renoncer aux délicieuses pâtes carbonara ? Découvrez vite la recette revisitée !

Qui a dit qu’en devenant végétarien.ne on devrait renoncer aux délicieuses pâtes carbonara ? Découvrez vite la recette revisitée !

Ingrédients

  • 500g de linguine ou autre type de pâtes
  • 200g de tofu fumé
  • 2 oignons émincés
  • 25cl de crème de soja
  • 40g de parmesan rapé
  • Muscade moulue
  • Huile d’olive
  • Sel, poivre

Recette

  1. Et que ça saute : Faites revenir les oignons coupé en rondelles dans un peu d’huile d’olive. Faites les cuire environ 5min à feu moyen et ajoutez le tofu préalablement coupé en fines lamelles.
  2. Chaleur : Faites griller le tout, ajoutez ensuite la crème liquide (pour les gourmands, doublez la dose de crème), quelques pincées de muscade, du sel et du poivre et laissez prendre à feu doux.
  3. Pasta : Faites cuire les pates al dente, égouttez les et mélangez les à la sauce. Soupoudrez de parmesan et dégustez ! Pour plus de gourmandise ajoutez un jaune d’oeuf (Elevé en plein air au minimum, les oeufs Poule House sont très bien).

Vous avez gouté ? Vous avez aimé ? Donnez-nous votre avis !

Mise en avant

Il est Unique – Cavalcade des blogs #53

« Vous n’êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n’êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisées et vous n’avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n’était qu’un renard semblable à cent mille autres. Mais j’en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.” – Le Petit Prince

Le petit prince s’en fut revoir les roses.

Vous n’êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n’êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisées et vous n’avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n’était qu’un renard semblable à cent mille autres. Mais j’en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.”

Le Petit Prince d’Antoine de Saint Exupéry

Ce mois-ci, Françoise d’Animal mon compagnon nous propose une magnifique thématique pour la Cavalcade des blogs : décrire un être ou une idée qui est pour nous unique. Je vais donc tâcher d’honorer ce thème en parlant du celui qui m’a apprivoisé et qui m’a aidé à être celle que je suis : Happy.

Il y a des choses dans la vie qui paraissent évidentes. Happy était mon évidence. Amoureuse d’animaux depuis toute petite je souffrais de n’avoir aucun compagnon lorsque je suis partie vivre chez mon père. Après des mois de négociation, mon père accepta que j’ai un animal. Pour moi la question ne se pose pas, j’irais l’adopter dans un refuge.

Je me rends donc joyeusement à la SPA de Gennevilliers en région parisienne. Je venais de Chantilly et j’ai donc dû faire plus de deux heures de trajet en transports en commun pour essayer de trouver mon âme sœur. Mon bonheur retombe une fois les portes du refuge franchi. Tant de petits cœurs brisés, tant d’animaux qui ont été déçus par les hommes, et qui, cependant, ouvrent leurs cœurs et offrent une seconde chance aux bipèdes que nous sommes. J’ai affronté chaque regard un par un, j’ai voulu leur offrir la seule chose que je pouvais offrir en ce moment même; ma présence et mon affection. Malheureusement je ne pouvais pas tous les adopter… J’entre alors dans la chatterie principale. Les cages sont petites, les animaux pleurent pour espérer sortir un jour, les chats se jettent tous sur les barreaux des cages pour espérer une caresse. Je leur offre tous un peu d’amour, j’essaye de faire au mieux.

Je pleure discrètement, je ne veux pas que la bénévole me voit comme cela. A ce moment là, une petite patte attrape une de mes mèches de cheveux. Je me retourne surprise et je croise les billes rondes et jaunes d’un petit Grimlins tout noir. Je suis amusée de voir qu’il est le seul de la chatterie à m’avoir « tendu un piège » et je demande à la bénévole si je peux le caresser. Elle le sort et tout de suite il se met à tenter de me crapahuter dessus. Une évidence, je ne repartirais pas sans ce jeune chat. Il n’avait pas encore de nom, juste des lettres et des chiffres qui se suivent pour l’identifier.

Sur le chemin du retour il miaule beaucoup. Cette pauvre petite boule de poils ne doit en effet pas apprécier tous ces changements et ce bruit.. Je passe alors un doigt à travers la cage de transport, il pose sa patte dessus et cesse de miauler. Tant que nous avions ce contact, il ne bronchait plus.

Une fois à la maison je respecte les consignes d’adaptation (une pièce après l’autre), je lâche donc mon nouveau petit démon tout noir dans ma chambre. Il court partout comme un furibond, en quelques minutes il s’approprie la pièce et en quelques heures tout l’appartement. Je le vois si heureux que je décide de le nommer Happy. Il n’a jamais perdu de sa joie et de son entrain.

Je ne l’ai pas apprivoisé, c’est lui qui m’a apprivoisé. Il a toujours été joyeux, il a toujours su se faire comprendre. Il a toujours su être là quand ça n’allait pas. Il me complétait. Il faisait des âneries quand j’étais triste, venait s’enrouler autour de mes jambes pour me réchauffer quand j’avais froid. Nous étions toujours collés ensemble. Nous étions heureux, il me rendait heureuse. Ce n’était pas seulement un chat, il n’y a aucun chat qui soit seulement un chat, c’était mon meilleur ami, l’âme de mon appartement, mon âme soeur.

Dans mes moments de joies et dans mes moments de tristesse il a toujours été là pour m’aider, une présence réconfortante qui sait être discrète et écouter, donner de l’amour sans rien attendre en retour.

Un jour alors que je m’inquiétais qu’il ne soit toujours pas rentré (lui qui ne sortait qu’une heure maximum dehors si j’étais à la maison) j’ai découvert avec horreur qu’il avait été percuté par une voiture. Il n’avait que 4 ans. Il m’avait voué toute sa vie, donné tout son amour, et je n’ai pas su prendre assez soin de lui…

Dans ma vie de tous les jours j’essaye de l’honorer et de lui montrer que j’applique ce qu’il m’a appris. Une chose simple mais pourtant dur à appliquer parfois : être heureuse simplement. Profiter des chances que nous offre la vie. Je sais au fond de moi qu’il a été heureux, je sais qu’on se reverra, je sais qu’il est mon Unique.

En mémoire d’Happy, qui m’a inspiré ce blog, qui m’inspire pour monter mon refuge et mon restaurant.

Mise en avant

Recette – Tarte courgette, menthe, citron

Une petite recette simple et étonnante. Une tarte qui changent des traditionnelles recettes qu’on voit d’habitude. Laissez-vous surprendre !

Ingrédients

  • 1 pâte brisée (ou faites maison – regardez la fin de la recette de la tarte aux poireaux pour découvrir comment faire)
  • 2 courgettes
  • 2 oeufs de poules élevées en plein air (chez votre voisin.e gentil.le qui ne tuera pas ses poules ou PouleHouse c’est le mieux)
  • 1 citron
  • 10 cl de lait végétal (amande, soja ou riz conviennent très bien)
  • De la menthe
  • 50g de parmesan rapé
  • Sel, poivre

Recette

  1. Le rap de la courgette : Lavez et rappez les courgettes. mélangez les avec les oeufs, le lait végétal, la menthe ciselée et le parmesan rapé.
  2. Sans se presser : Pressez le jus du citron et ajoutez-le à la préparation. Salez poivrez.
  3. Tartons : Mettez la pâte brisée dans un moule à tarte, ajoutez la préparation et faites chauffez le tout au four pour 25min à 180°C.

Une variante ? Un avis ? Dites-nous tout !

Mise en avant

Recette – Pâte à tartiner veggie

Vous ne cautionnez pas l’impact écologique et environnemental du Nutella mais vous adorez la pâte à tartiner ? Pas de soucis, voici une recette gourmande, facile à réaliser, fait maison et complètement éthique !

Vous ne cautionnez pas l’impact écologique et environnemental du Nutella mais vous adorez la pâte à tartiner ? Pas de soucis, voici une recette gourmande, facile à réaliser, fait maison et complètement éthique !

Les ingrédients

  • 1 pot de purée de noisette (environ 350g)
  • 1 peu de purée d’amande (une petite cuillère à café)
  • Du lait de noisette (10 cuillères à soupe)
  • De l’huile de noisettes ou de coco (4 cuillères à soupe)
  • Du chocolat noir (30g environ)
  • Du sirop d’agave (5 cuillères à soupe)
  • Du sucre roux (1 petite cuillère à soupe)

En option : des pralins pour le côté croquant

La recette

  1. Chochochochocolat : Faites fondre doucement le chocolat au bain-marie.
  2. Du gloubiboulga : Dans un saladier, mettez tout votre pot de purée de noisettes, ajoutez le sirop d’agave, l’huile de noisette (si vous utilisez l’huile de coco il faut avant la rendre liquide, pour cela réchauffez-la légèrement), le lait, le chocolat fondu, la purée d’amande, sucrez un petit peu. Mélangez le tout !
  3. Test : Goûtez et ajustez à votre goût ! Si vous avez envie d’un petit côté croquant, ajoutez des pralins.
  4. Validation : Une fois que vous êtes conquis.e par son goût, mettez votre super pâte à tartiner éthique dans un bocal en verre.

N’hésitez pas à faire déguster vos amis pour leur montrer que c’est simple et délicieux ! C’est par le plaisir gustatif qu’on changera les choses, et qu’on consommera mieux.

Vous avez une autre recette ? Confiez-nous votre petit secret en commentaire !

Mise en avant

Recette – Burger veggie

Envie de manger des burgers mais pas envie de contribuer à la souffrance animale ? Ne vous en faites pas, les burgers veggie sont délicious !

Envie de manger des burgers mais pas envie de contribuer à la souffrance animale ? Ne vous en faites pas, les burgers veggie sont tout aussi délicious que les carnés. Voire plus ! Puisqu’aucun animal n’a donné sa vie pour ce petit plaisir gustatif. Allez découvrons la recette !

Les ingrédients

  • Des pains à Burger (le top c’est avec du pavot et du sésame sur le dessus)
  • 2 tomates
  • Quelques feuilles de salade
  • 2 oignons
  • Des steak hachés veggie (facile à trouver en super marché)
  • Du faux-mage ou des tranches de fromages à burger
  • 2 avocats
  • Une paquet d’épices à guacamole
  • Les sauces que vous aimez (mayonnaise vegan, sauce algérienne vegan, ketchup …)

La recette

  1. Ça se prépare : Préparez le guacamole en écrasant les avocats dans un plat et en le mélangeant avec les épices. A côté de cela, coupez les tomates en tranches moyennes. Coupez les oignons en lamelles.
  2. Au travail les oignons ! Mettez les deux oignons dans une poêle à feu moyen avec de l’huile d’olive. Une fois qu’ils sont transparent, ajoutez une cuillère à soupe de sucre et une cuillère à soupe de vinaigre balsamique. Laissez cuire une petite dizaine de minutes.
  3. Au feu : Dans une poêle, faites cuire le steak à feu moyen pendant environ 7 à 10 minutes.
  4. Miam Miam : Mettez les pain à burger au grill pain. Une fois qu’ils sont sortis, étalez la sauce de votre choix, ajoutez le guacamole, la salade, le faux-mage (ou fromage) le steak haché végétal, les oignons confis et enfin le dernier pain.

Vous pourrez accompagner ça d’une salade verte, de frites de patates douces, de frites classiques ou de petits légumes.

Vous avez testé ? Qu’en pensez-vous ?

Mise en avant

Recette – Le burritos veggie

Arrrrrrrrriba ! Attaquons nous à un classique mexicain, j’ai nommé : Les burrrrrritos !

Arrrrrrrrriba ! Attaquons nous à un classique mexicain, j’ai nommé : Les burrrrrritos ! (En lisant cet article pensez à bien rouler les « rrrrr » pour être dans l’ambiance).

Mettez la Macarena (restons dans les clichés) et c’est parti !

Je vais vous donner la recette pour faire la base (cuisiner la viande végétale) et pour faire les accompagnements afin que chacun fasse à sa guise.

Les ingrédients

  • Un kit pour burritos classique (dispo en supermarché). C’est le plus simple, sinon achetez les épices pour la fausse viande, les crêpes spéciales burritos et la sauce tomate piquante.
  • 2 tomates
  • 1 salade
  • 2 oignons
  • 2 poivrons
  • 200g de champignons
  • 2 avocats
  • 1 pot de crème fraîche végétale
  • 1 paquet de fauxmage râpé ou fromage râpé
  • 1 paquet de haché végétal sojasun
  • Une paquet d’épices à guacamole

La recette

Pour la viande à burritos

  1. Ca va chauffer : Dans une poêle, faites chauffer à feu moyen l’huile d’olive et faîtes revenir le haché végétal pendant une dizaine de minutes pour que cela grille légèrement.
  2. Caliente ! Ajoutez le mélange d’épices pour Burritos avec 100ml d’eau. Laissez mijoter le tout à feu doux pendant 10 minutes : remuez de temps en temps. Quand vous pensez que c’est bon ajouter un peu de crème fraîche végétale et une bonne poignée de fauxmage râpé ou fromage râpé.
  3. Chaud devant : Au four à micro-ondes (900W) : faites chauffer les crêpes en perçant le sachet plastique et en le plaçant au micro-ondes pendant 1 minute.

Pour les accompagnements

  1. Laver et coupez les légumes (tomates, champignons, oignons, poivrons, salade).
  2. Faites cuire les champignons, oignons et poivrons séparément et mettez les dans des bols distincts.
  3. Mettez une des tomates et la salade dans 2 bols distincts aussi.
  4. Pour faire le guacamole : écrasez les deux avocats, ajoutez les épices à guacamole et une des deux tomates. Le tour est joué.
  5. Vous avez maintenant tous vos accompagnements de prêts !

Pour finaliser son burritos

Mettez tous les accompagnements autour de la table, chacun va pouvoir créer son burritos unique. Mettez dans votre tortilla (crêpe) ce que vous voulez et pliez-là avant de la déguster avec les doigts.

Et voila, j’espère que cela ravira vos papilles.

Vous avez testé ? Dites-nous tout !

Mise en avant

Pourquoi mon chat boude quand je rentre de vacances ?

Ça y est, vous êtes de retour ! Vous avez hâte de revoir votre chat quand même, il vous a manqué. Malheureusement ça n’a pas l’air réciproque, quand vous le retrouvé il boude voire vous ignore totalement… Pourquoi tant de cruauté ?

Ça y est, vous êtes de retour ! L’escapade a été sympathique mais vous avez hâte de revoir votre chat quand même, il vous a manqué.

Malheureusement ça n’a pas l’air réciproque, quand vous le retrouvé il boude voire vous ignore totalement… Pourquoi tant de cruauté ?

Un inconnu familier est de retour…

Pour vous tout est clair, vous rentrez et votre chat vous a manqué. Dans sa tête à lui, c’est un peu plus complexe… Vous êtes parti et en rentrant il voit une personne qu’il connait mais avec des odeurs étrangères, des objets anxiogènes (les valises ou les sacs), et un comportement étrange (vous n’arrêtez pas de le fixer et vous essayez de l’attraper pour lui faire des câlins). Il lui faut du temps pour analyser la situation.

Il ne vous a pas oublié mais il faut qu’il vous « marque » et qu’il se réapproprie son humain.e. Il vous observe donc de loin pour le moment et une fois l’agitation du retour passée, ne vous en faites pas, il viendra et tout se remettra en place comme avant !

Laissez-le venir vers vous, voire ignorez-le un peu aussi, cela piquera sa curiosité et lui donnera encore plus envie de venir vous voir.

Faire garder son chat

De nombreuses solutions existent pour faire garder son chat.

Pour des périodes courtes (inférieures à 3 jours), il vaut mieux le laisser tranquille à votre domicile pour qu’il soit en territoire connu. Demandez à quelqu’un de passer pour lui remettre de l’eau fraîche, des croquettes, pour jouer avec lui et faire la litière. De nombreux pet-sitteurs sont disponibles via divers sites.

Pour des absences plus longues il vaut mieux qu’il soit avec quelqu’un au quotidien. Là encore vous pourrez opter pour des petsitteurs, le confier à un.e collègue, à de la famille ou encore le mettre en pension. En fonction de ses affinités vous pourrez choisir un lieu avec d’autres animaux pour ne pas qu’il se s’ennuie.

Pour mon chat, Noor, j’opte pour une petsitteur que je connais bien et qui m’envoie des nouvelles régulièrement. Etant très adaptable et adorant la compagnie des autres chat et surtout des gros chiens, je l’emmène là bas dès que je pars plus d’une journée. Il est fan et je pars l’esprit tranquille en n’ayant pas peur qu’il s’ennuie seul sans son chien et ses humains.

Et vous, comment se passe vos retours ? Quelle solution vous préférez pendant vos absences ?

Mise en avant

Pourquoi mon chat m’attaque sans raison ?

« Vlan », encore une agression de votre diabolique félin domestique. Il a bien failli vous avoir, à croire qu’il essaye vraiment de vous attaquer… Mais pourquoi fait-il ça ? Découvrez-le vite !

« Vlan », encore une agression de votre diabolique félin domestique. Il a bien failli vous avoir, à croire qu’il essaye vraiment de vous attaquer… Mais pourquoi fait-il ça ?

Agression de prédation ou agression redirigée ?

Lorsque votre chat vous attaque il y a généralement deux types d’agressions :

  • Une agression de prédation : C’est souvent parce que le chat s’ennuie et veut jouer. Il a besoin de dépenser son énergie et c’est un animal qui aime chasser. Il va donc interpréter tout mouvement comme une opportunité de chasse.
  • Une agression redirigée : Ce n’est pas contre vous, mais c’est vous qui allez subir son courroux.. en gros ! Il suffit que votre matou se soit fait toiser par un autre chat dans la rue qui le nargue, ça l’énerve et hop, il vous attaque parce qu’il ne peut pas attaquer ce fameux chat. Vous êtes donc une victime innocente de sa fureur ! J’exagère un peu mais on ressent quand même une certaine injustice dans ce cas. Vous pouvez aussi subir cela chez le vétérinaire. Il va s’en prendre à vous au lieu d’attaquer la blouse blanche alors que vous n’avez rien fait. Vous êtes juste plus accessible.

Comment arrêter d’être la cible des humeurs du matou

Pour calmer tout cela permettez-lui de se dépenser et d’assouvir ses besoins. Installez un poste d’observation au niveau de la fenêtre pour qu’il voit l’extérieur. Jouer avec lui tous les jours. Cela créera du lien et vous permettra de passer du temps ensemble. Enrichissez son environnement avec des balles ou des plumes pour qu’il joue aussi quand il en a envie.

S’il est trop agressif, isolez-le dans une pièce pour lui laisser le temps de se calmer.

Il faut s’inquiéter si votre chat câlin vous attaque, ce qui peut induire des douleurs ou un mal-être ou si votre chat vous attaque fort et fréquemment malgré les mesures citées plus haut. Dans ces cas n’hésitez pas à consulter.

Et vous, votre chat vous attaque souvent ? Que faites-vous ?

Mise en avant

Pourquoi mon chat se frotte partout ?

La table, la plante, nos jambes… Mais pourquoi nos chats ressentent l’irrésistible besoin de se frotter à quasiment tout ce qu’ils rencontrent ? Réponse ici !

La table, la plante, nos jambes… Mais pourquoi nos chats ressentent l’irrésistible besoin de se frotter à quasiment tout ce qu’ils rencontrent ?

Un marquage de familiarisation

Lorsque les chats se frottent ils balisent en fait leur territoire à l’aide de phéromones faciales provenant d’une glande située entre la commissures des lèvres et les oreilles.

On appelle plus couramment cela, un marquage de familiarisation.

Outre le fait de déterminer leur territoire, cela les apaisent. Lorsqu’ils nous font cela à nous, humains, c’est aussi un signe d’attention et d’attachement. Généralement on va avoir tendance à leur parler et à entrer en interaction avec eux. Certains vont même leur donner à manger (si le chat n’a pas à manger à volonté), pensant qu’ils réclament. Ce n’est pas une bonne chose car vous l’habituer au schéma : Marquage = Nourriture. Il aura donc tendance à venir de plus en plus réclamer.

Lorsque deux chats se marquent, on appelle cela un allomarquage, c’est un signe d’attachement amical entre deux animaux qui s’apprécient.

Et s’il ne le fait plus ?

Si vous constatez que votre chat ne le fait plus cela veut dire qu’il ressent un mal-être. Peut-être qu’il est stressé (nouvel environnement) et qu’il lui faut un peu plus de temps pour commencer à marquer son territoire. Ou peut-être qu’il a un problème physique. Comme à chaque fois, n’hésitez pas à consulter un vétérinaire. Les animaux ne peuvent pas exprimer aussi clairement que nous leurs problèmes. Le moindre changement de comportement peut donc être un signe de maladie ou de problème.

Mise en avant

Recette – Quiche poivrons & Boursin

Une petite recette facile et gourmande pour surprendre votre palais sans passer des heures en cuisine !

Une petite recette facile et gourmande pour surprendre votre palais sans passer des heures en cuisine !

Cette recette est pour 4 personnes.

Ingrédients

  • 1 pâte brisée (ou faites maison – regardez la fin de la recette de la tarte aux poireaux pour découvrir comment faire)
  • 2 poivrons
  • 2 oeufs de poules élevées en plein air
  • 1 Boursin
  • 10 cl de lait végétal (amande, soja ou riz conviennent très bien)
  • Sel, poivre

Recette

  1. Let’s go : Lavez et videz les poivrons. Coupez-les en lamelles.
  2. Fight ! Dans un saladier mélangez les oeufs, le lait végétal et le boursin. Salez et poivrez.
  3. Tous ensemble : Mettez la pâte dans le moule à tarte, ajoutez le mélange fait précédemment dans le saladier et les poivrons.
  4. Ça va chauffer : Enfournez 25 min à 180°C puis dégustez !

Alors ? Vous vous êtes régalés ? Une variante à proposer ?

Mise en avant

Pourquoi mon chat n’aime pas les caresses ?

Outch, encore un coup de griffe. Décidément il n’aime pas être caressé, même dans le sens du poil… Pourtant vous aimez tellement parcourir sa douce fourrure… Que faire ?

Outch, encore un coup de griffe. Décidément il n’aime pas être caressé, même dans le sens du poil… Pourtant vous aimez tellement parcourir sa douce fourrure… Que faire ?

L’apprentissage de la caresse

Le fait qu’un chat apprécie les caresses lui vient d’un apprentissage.

Souvent les chats qui sollicitent le contact sont ceux dont les mères ont été caressées alors qu’elles portaient des petits ou ceux qui ont été habitués dès leur plus jeune âge.

Si les chats aiment qu’on les caresse, c’est parce que cela leur rappelle la toilette de leur maman chat. Un moment qui a été positif pour eux. La toilette libère en effet des hormones de plaisir qui détendent le matou.

Certains chats trop manipulés dans leur jeunesse ou maltraités auront du mal à se laisser aller aux caresses.

Pas de panique donc si votre chat n’apprécie pas de prime à bord vos petites attentions. Ce n’est pas irrémédiable même s’il est adulte !

Les solutions

N’oublions pas qu’un chat reste un chat. Je précise ma pensée; il ne faut pas le forcer à quoi que ce soit. En partant dans cette optique vous n’arriverez à rien.

Faites preuve de patience et de zen’attitude pour montrer à votre matou tous les avantages de ce moment d’amour.

Essayez de la caresser dans des moments calmes, silencieux. Ne le prenez pas par surprise et arrêtez dès que vous voyez qu’il est importuné. Le but est de lui montrer que c’est bon pour lui, pas de le contraindre à accepter.

Vous pouvez essayer de le caresser au moment du repas, pour qu’il associe cela à quelque chose de positif. S’il a peur de la main, utilisez un pinceau doux (type pinceau de maquillage mais sans maquillage bien sur).

Si votre chat est d’habitude câlin et qu’il refuse que vous l’approchiez du jour au lendemain cela peut indiquer qu’il a des douleurs ou qu’il n’est pas bien. N’hésitez pas à consulter un vétérinaire.

J’espère que cet article vous a aidé. Et vous, matou plutôt sauvageon ou câlin ?

Mise en avant

Pourquoi mon chat pétrit mes jambes ?

Aïe Aïe Aïe, il recommence, il pétrit vos genoux.. Vous savez que ce n’est pas méchant mais ce n’est pas agréable.. Pourquoi fait-il ça ? Découvrez-le ici !

Ca y est, ça recommence, vous êtes tranquillement posé.e sur votre canapé et il arrive pour se mettre sur vous.

Jusque là tout va bien, mais à chaque fois c’est pareil. Il se met à sortir et rentrer ses griffes comme s’il tentait de pétrir vos genoux.

Vous ne savez pas quoi faire parce que vous sentez bien qu’il ne veut pas vous faire mal mais c’est quand même pas très agréable …

Une madeleine de Proust

Vous avez bien lu, je ne me suis pas trompée d’article en écrivant ce titre.

Vous êtes sa madeleine de Proust. Son retour à l’enfance.

Un peu confus ? Je m’explique.

C’est un comportement néoténique. C’est à dire la reproduction une fois adulte, d’un comportement de chaton. Lorsque votre chat tète, pétrit vos genoux ou joue une fois adulte c’est une néoténie.

Le fait qu’il fasse ça montre que votre chat est à l’aise qu’il est heureux et dans une situation de confort et de bien-être.

Ce pétrissage des jambes, bien que peu confortable à vivre, montre que votre chat est bien.

Comment mieux vivre ce moment

Vous aimez votre chat mais pas forcément le contact avec ses griffes, c’est normal.

Lorsque votre chat fait ça il faut éviter de le chasser. Il ne comprendrait pas pourquoi vous ne voulez pas de lui et il va s’éloigner de vous et risque de vous fuir.

Pour que ces moments ce passe mieux essayez de lui couper les griffes au moins une fois par mois (si vous ne savez pas faire demandez au vétérinaire de vous montrer une première fois. Il ne faut pas le blesser ou que cette expérience devienne douloureuse pour lui sinon vous aurez du mal à la manipuler à l’avenir).

Vous pouvez aussi vous munir d’une couette ou d’un coussin à mettre sous lui lorsqu’il vient.

Votre chat à déjà pétri vos jambes ? Qu’avez-vous fait ?

Dites-nous tout en commentaire !

Mise en avant

Pourquoi les chats ronronnent ?

Un doux son qui nous apaise. La ronronthérapie n’a pas d’égal pour les amoureux des chats. Mais que signifie donc ce son ? Pourquoi certains chats ne ronronnent pas ? Toutes les réponses ici !

Un doux son qui nous apaise. La ronronthérapie n’a pas d’égal pour les amoureux des chats. Mais que signifie donc ce son ? Pourquoi certains chats ne ronronnent pas ?

Le ronronnement

Le ronronnement est provoqué par les endorphines
(aussi appelées « hormones du bonheur ») qui stimulent l’hypothalamus du chat. D’ailleurs le ronronnement est tout aussi agréable pour le chat que pour l’homme. Les basses fréquences produites par les chats ont un effet apaisant et réparateur. C’est scientifique ! Les médecins ont recours à ces basses fréquences pour favoriser la réparation.

Le chat ne ronronnement pas forcément que lorsqu’il est heureux, les endorphines sont aussi connues pour leurs vertus analgésiques et donc lorsqu’il y a de la douleur.

Plus simplement, le chat va ronronner s’il est heureux, mais aussi s’il a mal, c’est donc des émotions fortes qui provoque le ronronnement. Les animaux agonisant, les femelles qui mettent bas, les animaux qui ont très peur, peuvent ronronner tout autant qu’un chat apaisé par les caresses de son maître.

D’ailleurs, le chat n’est pas le seul à avoir le pouvoir de ronronner. La genette, la civette, le puma, le guépard, le lynx, le cerval et l’ocelot peuvent aussi ronronner.

Les chats qui ne ronronnent pas

L’intensité du ronronnement n’est pas la même chez tous les chats, certains sont plus timides et produisent donc des ronronnement à très basse fréquence qu’on entend pas ou presque pas. Pour être sur.e qu’il ne ronronne pas mettez votre main sur son poitrail. Si ça vibre : il ronronne !

D’autres ne ronronnent pas du tout. Cela s’explique par sa faible socialisation avec l’humain. Le chaton va ronronner avec sa maman pour communiquer, il gardera ensuite ce comportement s’il est habitué et à l’aise avec l’humain.

Apprendre au chat à ronronner

Bon petite précision -même si les catlovers le savent déjà – on ne force jamais un chat (ou quelque animal que ce soit). Il faut qu’il est envie d’être avec vous.

Pour qu’un chat ronronne il faut qu’il soit détendu, heureux, en confiance. Pas qu’il soit contraint, stressé ou énervé. Si vous voulez qu’il vous parle, parlez-lui. Caressez-le souvent, interagissez sans le forcer.

Cela déclenchera le ronronnement à force de patience et d’amour chez certains chats, d’autres pourront ne jamais ronronner mais ça ne veut pas dire qu’il ne vous aime pas ou qu’il n’est pas heureux ! C’est juste qu’il n’a pas appris les code.

Et vous, votre chat ronronne un peu, beaucoup, pas du tout ? Dites-nous tout !

Mise en avant

Pourquoi mon chat ne me laisse pas travailler ?

Pourquoi comme par hasard lorsque vous voulez travailler ou réviser votre boule de poils s’interpose entre vous et votre réussite ? Je vous dis tout ici !

Félin sournois ou félin câlin ?

Pourquoi, comme par hasard lorsque vous voulez travailler ou réviser, votre boule de poils s’interpose entre vous et votre réussite ?

Hey oh je suis là !

Non votre chat ne veut pas nuire à votre carrière ou à vos études, même si de prime à bord c’est l’impression que vous avez.

Il n’ai pas super câlin d’habitude et là il vous empêche de vous concentrer…

En fait votre chat cherche plusieurs choses.

Tout d’abord il a trouvé un endroit calme et serein qui lui permet d’être tranquille.

Ensuite il cherche à attirer votre attention pour passer un moment avec vous. Et oui, comme par hasard il se couche sur le cahier quand vous essayez de réviser ou sur votre dossier.. Il veut savoir ce que vous fixez comme ça et il veut interagir avec vous. Et ça marche puisque vous lui parlez du coup « Félix… ne te mets pas sur ma feuille ».

S’il est sur votre ordinateur il y a deux raisons : la première attirer votre attention (comme dit précédemment) et la seconde être au chaud.

Bref en gros lorsque que votre chat fait ça, ce n’est pas pour vous embêter mais pour être tranquille, passer du temps avec vous et en prime être au chaud.

Comment utiliser sa présence pour mieux réussir

C’est prouvé, les chats et leurs ronronnements aident à mieux se concentrer, à se détendre et à être plus heureux.

Votre chat pourrait en fait être votre super pouvoir pour réussir.

Ce n’est pas pour rien que dans certaines entreprises les chats sont acceptés. Cela permet notamment d’augmenter le bien-être au travail, de réduire le stress, d’aider à la concentration et de favoriser les interactions sociales.

Eh oui, rien que ça !

Alors aménagez un petit coin cocoon et chaud pour votre petit.e compagnon.ne poilu.e et profitez de sa présence douce et discrète (en fonction des chats évidemment) pour augmenter votre productivité !

Et vous, votre chat vous rend visite lorsque vous travaillez ? Cela vous aide ? Partagez vos expériences en commentaire !

Mise en avant

Pourquoi mon chat me réveille la nuit ?

Miaou, miaou, miaou… Votre boule de poils n’arrête pas de miauler…
Que peut donc bien vouloir ce félin râleur ? Dans cet article je vous dit tout !

Miaou, miaou, miaou… Votre boule de poils n’arrête pas de miauler…

Il est pourtant tard, vous avez fait attention à ce que sa gamelle soit bien pleine, sa litière est propre et vous n’avez pas fermé la porte…

Que peut donc bien vouloir ce félin râleur ?

Dans cet article je vous dit tout !

Les chats sont des chasseurs nocturnes

Votre félin domestique ne comprends pas. Ce n’est pas lui qui est bizarre, c’est vous !

Voyons, c’est pourtant l’heure de se lever et d’aller chasser ! Il faut bien remplir le frigo et la gamelle humain…

Vous l’aurez deviné, il y a une incompréhension entre félins et humains. Les rythmes ne sont pas les mêmes.

Alors que les chats profitent de la nuit pour chasser et du jour pour dormir, les humains profitent de la journée pour « vivre » et de la nuit pour dormir.

Il ne veut pas vous réveillé par pur sadisme, il vous indique que c’est le moment d’aller chasser.

Pourquoi la nuit ?

Nos amis les chats sont en effet des animaux qui vivent principalement la nuit.

Ils sont en effet totalement adaptés à la chasse nocturne, prenez pour preuve leurs pupilles qui leurs permet de voir dans le noir.

Pourquoi la nuit ? Ou très tôt le matin ?

Parce que c’est la que leurs cibles préférées sortent pour se restaurer ou pour chanter.

La souris par exemple profite de la baisse de luminosité pour aller chercher à manger.

Les oiseaux profitent du matin tôt car il y a moins de bruits, leurs chants retentissent donc plus.

Tous nos chats, même les chats domestiques ont donc ce pic d’activité une fois la nuit tombée. Mais ne vous inquiétez pas, il y a des solutions pour mieux vivre ensemble !

Que faire ?

Aidez votre chat à s’habituer à votre rythme.

Stimulez-le la journée, faites-le jouer avec vous. Réveillez-le doucement de ses siestes la journée. Il faut le fatiguer un peu pour qu’il profite de la nuit pour dormir.

Au fur et à mesure il va s’habituer à ce rythme et vous n’aurez plus de problèmes de réveils nocturnes.

Pour ma part, Noor (mon chat) s’est habitué tout seul et ne nous réveille jamais la nuit. Pourquoi ? Comment ? Parce que Noor partage son foyer avec deux humains (mon conjoint et moi) et un Meïko (mon chien). Ils jouent tout le temps ensemble et se fatiguent donc naturellement la journée. En plus on s’accorde tout le temps un petit quart d’heure de jeu et une bonne demi-heure de calinage sur le canapé.

Noor a donc une journée bien chargée et il récupère la nuit.

Essayer de calquer votre rythme sur le votre n’est pas une mauvaise chose et ne créer pas de problème de santé chez le chat.

Au contraire, le faire jouer la journée vous permettra de créer plus de lien ensemble, ne pas le gronder la nuit aussi !

Et vous, votre chat miaule beaucoup la nuit ? Cet article vous à aidé à mieux comprendre ? Dites-nous tout !

Mise en avant

Bilan de mon défi – 1 jour 1 article

Découvrez tous les articles écrits pendant le défi du 1 jour = 1 article !

Comme vous le savez, sur le mois de janvier je me suis lancé un défi personnel : Publier 1 article par jours pendant 31 jours.

Voici ici la liste des articles que j’ai écris :

  1. Le steak en quelques chiffres
  2. Steak Machine de Geoffrey Le Guilcher
  3. Interview – Animalier en laboratoire
  4. Aliments toxiques pour chat
  5. Les animaux ne sont pas comestibles de Martin Page
  6. Les personnalités végéta*ennes
  7. D’où vient la corrida
  8. Les supers pouvoirs de l’argile
  9. La magie pure des animaux
  10. 5 arguments anti-fourrure
  11. Sombra le chien renifleur
  12. Apprendre le assis à son chien
  13. Manifeste animaliste de Corrine Peluchon
  14. Comment trouver enfin de bonnes croquettes pour chien
  15. Ma vie toute crue de Mauricio Garcia Perreira
  16. Le steak végétal qui saigne
  17. Liste des aliments dangereux pour chien
  18. La boucherie éthique pour sensibiliser
  19. 14 arguments contre la chasse
  20. Des boissons chaudes pour affronter le froid
  21. L’intelligence des cochons
  22. Remy Gaillard, super héro des animaux
  23. Petit lexique de la cause animale
  24. 9 arguments contre les cirques
  25. Recette de la tarte aux poireaux, chèvre & miel
  26. Les répercussions de l’élevage intensif
  27. Poissons, les grands oubliés des océans
  28. La part du colibri de Pierre Rabhi
  29. Formation premier secours animalier, le bon plan
  30. Ma meilleure astuce pour appliquer mes bonnes résolutions
  31. 10 bonnes résolutions pour mieux vivre avec ses animaux

C’était un mois vraiment intense. En parallèle j’ai eu mes partiels et mon rendu de première partie de mémoire de recherche… Autant vous dire que c’était la course ! Mais j’ai réussi !

Je suis vraiment fière d’y être arrivée. Cette expérience a été très enrichissante pour moi. J’ai beaucoup écris et donc beaucoup cherché d’informations et donc beaucoup appris.

J’espère que vous avez apprécié ce défi. Dans un prochain article je vous dévoile le programme de février !

Mise en avant

Le steak en quelques chiffres

Des hangars immenses, des milliers d’animaux enfermés, jamais de lumière du jour, pas d’exercice, pas d’amour, que de la souffrance. Voilà à quoi ressemblent la vie de l’animal, du cadavre qui est dans votre assiette.
Dans cet article je vais vous faire découvrir en quelques chiffres ce que représente votre steak

Des hangars immenses, des milliers d’animaux enfermés, jamais de lumière du jour, pas d’exercice, pas d’amour, que de la souffrance. Voilà à quoi ressemblent la vie de l’animal, du cadavre qui est dans votre assiette.

Parce que oui, le plaisir gustatif égoïste ne doit pas primer sur la vie. Qui a-t-il de plus beau que la vie ? Qui a-t-il de plus horrible que la mort, la souffrance et la peur ?

Dans cet article je vais vous faire découvrir en quelques chiffres ce que représente un steak :

  • 83% des 800 millions de poulets de chair sont élevés sans accès à l’extérieur (ITAVI, 2016).
  • 69% des 48 millions de poules pondeuses sont élevées en batterie de cages (CNPO, 2016).
  • 99% des 36 millions de lapins sont élevés en batterie de cages (ITAVI, 2006).
  • 95% des 25 millions de cochons sont élevés sur caillebotis en bâtiments.

Elevage intensif

  • Quelques heures à quelques jours, c’est la courte durée où les vaches peuvent profiter de leurs enfants.
  • Les poulets de viande sont tués à 6 semaines alors qu’ils peuvent vivre jusqu’à 8 ans
  • Les dindes sont tuées à 15 semaines alors qu’elles peuvent vivre jusqu’à 10 ans
  • Les cochons sont tués à 6 mois alors qu’ils peuvent vivre jusqu’à 15 ans
  • Les poules pondeuses sont tuées à 16 mois alors qu’elles peuvent vivre jusqu’à 8 ans
  • Les vaches laitières sont tuées à 5 ans alors qu’elles peuvent vivre jusqu’à 20 ans
  • Les canards sont tués à 13 semaines alors qu’ils peuvent vivre jusqu’à 15 ans
  • Les agneaux sont tués vers leurs 5 mois alors qu’ils peuvent vivre jusqu’à 13 ans
  • Les bovins sont tués à 1 ans alors qu’ils peuvent vivre jusqu’à 20 ans
  • Les truies sont tuées à 3 ans alors qu’elles peuvent vivre jusqu’à 15 ans
  • Les veaux  sont tués vers leurs 6 mois alors qu’ils peuvent vivre jusqu’à 20 ans

Age de votre viande

  • 300 œufs par an, ce que les poules pondeuses pondent aujourd’hui (Filières avicoles, 2015) contre une quinzaine lorsqu’elles vivent à l’état sauvage (HSUS, 2014).
  • 27 petits par an, nombre de petits auxquels les truies donnent naissance contre 16 en 1970 (IFIP, 2014).

Elevage intensig

  • Epointage des becs, dégriffage des pattes des poules et des canards, coupe des queues, rognage des dents des cochons, écornage des veaux, castration des porcs, des veaux, des chapons. Toute ces horreurs faites à vif pour produire plus.
  • Plus de 80% des animaux sont élevés en bâtiments fermés, parqués en cage ou sur des caillebotis sans accès à l’extérieur.
  • + de 25% des lapins meurent avant d’avoir atteint l’âge où ils seront tués (ITAVI, 2007, p.60)
  • + de 20% des cochons meurent avant d’avoir atteint l’âge d’être tués dans les élevages porcins (IFIP, 2014).
  • 14.5% de la production de CO2 mondiale est faites par la filière de la viande, la filière la plus polluante devant le secteur des transports (14%)
  • Un végétalien émet 2,5 fois moins de GES par son alimentation qu’un omnivore occidental.
  • Près de 800 millions d’humains souffrent de malnutrition.
  • 2/3 des terres agricoles dans le monde sont consacrées à l’élevage ou à la production d’aliments pour le bétail.
  • L’élevage est responsable de 64% des émissions d’ammoniac, une des principales cause des pluies acides.
  • 1 STEAK = 1500 litres d’eau.

Eau et viande

  • L’élevage est responsable de 8% de la consommation mondiale d’eau.
  • 3 millions d’animaux tués chaque jour en France.
  • Plus de 60 milliards d’animaux tués par an et dans le monde.
  • 294 millions de tonnes de viande produite chaque année.
  • 15.000 litres d’eau pour produire un kilo de viande, un rôti de porc ou un gigot d’agneau, c’est 70 baignoires pleines.
  • 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont jetées ou perdues chaque année, ce qui correspond à 1/3 des aliments produits sur la planète.
  • L’élevage intensif serait responsable de la destruction d’environ 80% de la forêt amazonienne d’après Green Peace.
  • Les animaux d’élevages intensifs prennent systématiquement des médicaments en préventifs, en 2009 un grand détaillant américain a reçu 13 000 tonnes d’antibiotiques soit 80% de ceux consommés dans le pays.
  • Les bactéries s’adaptent et 2014 en France, sur l’étude d’un échantillon de 100 pièces de poulet, ¼ contenait des bactéries Eschérichia coli et 64% de celles-ci étaient résistantes à nos médicaments.
  • En 2012 en France 42 000 personnes ont eu un cancer colorectal principalement à cause de la viande.
  • Manger quotidienne de la viande rouge augmente le risque de mortalité de 13 %, de maladie cardiovasculaire de 18% et le risque de mortalité par cancer de 10%.
  • Pour la viande est transformée (bacon, salami, saucisses…) la mortalité globale qui augmente de 20%, le risque de mourir de problèmes cardiaques de 21 % et le risque de mourir de cancer de 16 %.
  • 75% des terres agricoles du globes pour nourrir les bêtes d’élevage.
  • Les protéines animales ne fournissent que 8% des calories et 18% des protéines que nous mangeons.
  • 1kg de viande = 7kg de céréales.

Pour aller plus loin

https://www.viande.info/

Mise en avant

Fiche de lecture – Steak Machine de Geoffrey Le Guilcher

Steak Machine est le récit d’une infiltration totale de quarante jours dans un abattoir industriel en Bretagne.

En résumé : Un CV imaginaire, une fausse identité, et un crâne rasé. Steak Machine est le récit d’une infiltration totale de quarante jours dans un abattoir industriel en Bretagne. Geoffrey Le Guilcher a partagé le quotidien des ouvriers : les giclées de sang dans les yeux, les doigts qui se bloquent et les défonces nocturnes. Un univers où, selon un collègue de l’abattoir, “si tu te drogues pas, tu tiens pas”. L’usine ciblée par le journaliste abat deux millions d’animaux par an. Une cadence monstrueuse qui mène inéluctablement au traitement indigne des hommes et des animaux.

310x190_geoffrey-guilcher-journaliste-infiltre-40-jours-abattoir-industriel-bretagne-relate-experience-danss-steak-machine-livre-paru-jeudi-2-fevrier-2016L’auteur : Après trois ans passés aux Inrockuptibles, Geoffrey Le Guilcher, 30 ans, est devenu journaliste indépendant. Il collabore avec Mediapart, Le Canard enchaîné, Streetpress et Les Jours. En janvier 2016, il a publié une biographie-enquête non autorisée : Luc Besson, l’homme qui voulait être aimé (Flammarion).

Les arguments à retenir : 1 mise à mort sur 5 est ratée avec un rythme d’1 vache par minute. 16% des vaches et 25% des veaux font des faux anévrismes lors de leurs saigné et sont parfois conscients alors qu’on les découpent. Les faux anévrisme c’est en fait des caillots qui se forment au niveau de la jugulaire qui a été tranchée. C’est des cadences infernales qui permettent la consommation de masse mais ni le respect des animaux ni des humains. Au 18e siècle les autorités créent les abattoirs non seulement pour régler les nuisances sanitaires en centre ville mais aussi et surtout parce que les spectacles de mises à mort rendent les gens violents. Les ouvriers sont exploités, souffrent de douleurs chroniques provoquées par des gestes répétitifs. Le travail les consument à petit feu et ils finissent complètement cassés, parfois handicapés. Les managers sont vindicatifs, les horaires éprouvantes, la cadence horrible et si un employé est cassé par le travail l’abattoir ne le reconnait pas et refuse de mettre ça comme accident du travail.

Mon avis : Un témoignage important qui a besoin d’être entendu. Geoffrey le Guilcher entre dans le vif du sujet des abattoirs et fait face à la maltraitance et à la violence de ce milieu. La souffrance est animale mais aussi humaine. Je dirais qu’à la fin on reste un peu sur sa faim car on n’en sait pas vraiment beaucoup sur la zone d’abattage (zone très dure à introduire).

Livre en vente sur Fnac.com et Amazon

Mise en avant

Interview Métier – Animalier en laboratoire

Il n’est pas question dans cet article d’avoir un débat sur le bien-fondé des tests sur les animaux ou le fait d’abolir ces pratiques, mais bel et bien de mieux comprendre un métier assez secret. Le métier d’animalier en laboratoire.

Les recherches sur les animaux en laboratoire ne font pas l’unanimité. Le secteur de la recherche est opaque et ne permet pas de savoir exactement ce qui se passe derrière les murs des laboratoires.

Il n’est pas question dans cet article d’avoir un débat sur le bien-fondé des tests sur les animaux ou le fait d’abolir ces pratiques, mais bel et bien de mieux comprendre un métier assez secret. Le métier d’animalier en laboratoire.

Je pense qu’il est intéressant d’avoir la vision de quelqu’un qui est dans ce milieu pour comprendre ce qui le motive et donc avoir un autre point de vue.

C’est dans un contexte insolite que j’ai rencontré Dylan, animalier en laboratoire. Quelques jours seulement après avoir lu Profession : Animal de laboratoire d’ Audrey Jougla, une amie me propose de sortir boire un verre sur Montpellier.

C’est là, autour d’un tonneau du Barberousse (un bar atypique de Montpellier) que j’ai donc rencontré Dylan qui a accepté aujourd’hui de partager son histoire.

 

Bonjour Dylan, peux-tu te présenter stp ?

Bonjour, Je m’appelle Dylan et je fais un BAC Professionnel en expérimentation animale. Je suis aujourd’hui animalier pour l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale).

 

Qu’est-ce que c’est que le métier d’animalier en laboratoire ?

Etre animalier c’est tout d’abord s’assurer du bien-être animal en faisant des vérifications matin et soir. Ensuite on va s’assurer que l’environnement soit sain : cages, litière, nourriture, eau, paramètres d’environnement ect..  puis l’entretien des locaux et du matériel. Voila les tâches principale.

Ce métier permet de trouver du travail facilement, il y a beaucoup de demandes dans la France entière. Pour les journées de travail, cela dépend des entreprises mais c’est au minimum 35h semaine.

Pour le salaire cela dépend aussi des entreprises (si c’est privé ou public) mais le salaire est correct.

 

Qu’est ce qui t’a donné envie de travailler en laboratoire ?

C’est de travailler avec les animaux et en même temps aider pour la recherche. Il y a aussi le fait de se dire que peut-être que grâce à moi (j’ai pris soin des animaux), le chercheur va trouver une solution pour guérir une maladie qui touche beaucoup de monde.

 

Comment décrirais-tu les conditions de vie des animaux là-bas ?

Elle est très bien car il y a plusieurs vérifications par jour pour regarder si tout va bien, ensuite il y a une structure bien-être mise en place de façon obligatoire. On est animalier, on aime les animaux donc on s’en charge comme si c’était les nôtres. La durée de vie des animaux dépend des recherches à faire.

 

D’après toi, comment le grand public voit ton travail ?

Le grand public peut le voir de 3 façons:

  • Soit ils ne connaissent pas et n’ont pas trop d’opinion,
  • Soit ils connaissent des gens qui pratiquent ce métier et savent comment cela se passe exactement et ont une opinion favorable,
  • Soit ils sont contre car ils pensent que c’est encore des pratiques anciennes et donc ils ne savent pas vraiment comment ça se passe aujourd’hui. Les techniques de maintenant sont complètement différentes

 

Y a-t-il certaines qualités physiques et/ou intellectuelles à avoir ?

Physiques ET intellectuelles oui. On porte des charges lourdes (cages, sacs d’aliments, litière, ect…), et il faut savoir réfléchir de façon méthodique. Il faut se demander ce que chaque acte va engendrer.

 

Tu ne ressens pas triste de participer aux tests sur les animaux ?

Je ne réponds pas à cette question car je ne suis qu’animalier.

 

Quelles sont tes principales difficultés ?

Le travail d’équipe c’est la base en animalerie, et ma principale difficulté c’est justement ça et la communication.

 

Pour finir, décris-nous ton métier en trois mots.

Travail d’équipe, rigoureux, envie.

 

 

Encore une fois je ne soutient pas dans cet article la recherche animale mais je veux offrir un nouveau point de vue. Parce que les gens qui travaillent en laboratoire sont des humains comme vous et moi et qu’ils sont incompris.

Grâce à l’honnêteté de Dylan vous pourrez vous forger votre opinion.

 

Mise en avant

Liste des aliments dangereux pour chats

La liste des aliments déconseillés ou interdits pour votre chat !

La liste des aliments dangereux

  • Le chocolat
  • Les fruits à pépins et noyaux
  • Les raisin
  • Les cerises
  • L’abricot
  • La pomme
  • Le thon en boite (à donner rarement car contient trop de sel)
  • Les oignons crus
  • L’ail
  • Les échalottes
  • Les pommes de terre
  • Les choux
  • Les navets
  • Les champignons
  • l’avocat
  • Les noix
  • Le lait
  • La crème
  • Le café
  • Les noix de macadamia
  • La nourriture pour chien
  • Les os de poulet et de lapin
  • Les bonbons
  • Les boissons gazeuse
  • L’alcool
  • Les patisseries
  • Les marrons
  • Les chataignes
  • Les amandes
  • Les poissons cru (s’il s’en nourri exclusivement)
  • Le thé
  • Le blanc d’oeuf
  • La noix de muscade
  • L’extrait d’huile de citron
  • La pâte à pain

Aliments dangeureux chats

Que faire en cas d’intoxication alimentaire ?

Contactez au plus vite votre vétérinaire en lui précisant bien la quantité ingérée et la composition du produit. Si besoin est, il vous demandera de venir avec votre animal pour le faire vomir. Surtout ne lui donnez pas à boire et ne tentez rien vous même. Cela pourrait empirer les choses !

Voila, j’espère vous avoir aidé à y voir plus clair. J’espère que cette liste permettra à nos amis félins d’avoir des maîtres connaissant mieux leurs besoins.

Happyment vôtre ♥

Mise en avant

Fiche de lecture – Les animaux ne sont pas comestibles de Martin Page

LE livre qui m’a amené à être végétarienne. Il nous propose de réfléchir sur notre consommation et sur l’impact de celle-ci sur les sans-voix.

En résumé : Le véritable test moral de l’humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu’il échappe à notre regard), ce sont les relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. – Milan Kundera

Récit du parcours de l’auteur vers le véganisme, ce livre navigue entre essai et aventure intime pour présenter la cause animale comme une lutte politique et éthique exigeante mais aussi joyeuse et inventive.
Être végane, c’est avoir la conviction que l’être humain ne doit pas asservir et tuer les animaux pour manger, se vêtir ou se divertir. C’est un chemin passionnant et imparfait, riche en réflexions, débats, rencontres et connaissances.
En racontant son quotidien, en présentant d’autres trajets et motivations (liées à l’écologie, à la santé), en informant sur la nutrition, en montrant que le véganisme est accessible et gourmand, et qu’il n’a rien à voir avec l’ascèse ou la pureté, Martin Page invite chacun, qu’il soit végane, végétarien ou omnivore, à s’interroger sur le regard qu’il pose sur les animaux et sur la place que leur assigne la société.
La lutte pour les animaux est une question de justice sociale. Il est plus que temps d’inventer un monde empathique et égalitaire.

 

martin page

L’auteur : Né en 1975, Martin Page passe sa jeunesse en banlieue sud de Paris. Étudiant dilettante, il ne fait que des premières années : il étudie le droit, la sociologie, la linguistique, la psychologie, la philosophie, l’histoire de l’art et l’anthropologie.

 

 

Les arguments à retenir : Mille milliard d’animaux marins tués chaque année / Soixante milliard d’animaux terrestres.
Les prémices du véganisme datent de l’antiquité suite à cette réflexion : les animaux sont des individus qui désirent vivre.

Ages de mise à mort :

  • Poule bio : 3 mois
  • Cochon bio : Avant 1 an
  • Veaux : Entre 3 et 8 mois
  • Canard à foie gras : 13 semaines (femelles broyées à la naissance car seuls les mâles sont utilisés.)

Arguments par catégories :

  • Poules pondeuses : Les mâles sont systématiquement broyés vivants
  • Lait : Les vaches et les chèvres sont inséminés de force (violés) et immobilisés toute la journée, une fois qu’elles ne peuvent plus faire de lait elles sont amenées à l’abattoir. Les veaux ou chevreaux sont tués et séparés très tôt de leurs parents.
  • La chasse : Des tonnes de plomb et plastique qui se détériore dans la nature et qui va dans les nappes phréatiques.
  • Corrida : Si le taureaux tue le toréador qui l’a tué alors la mère de ce taureau est tuée pour qu’il n’y ait plus de descendance.
  • Laine : Certains moutons ont tellement été modifiés qu’ils mourraient étouffés si on ne les tondait pas.

 

Mon avis : LE livre qui m’a amené à être végétarienne. Son discours, son parcours, sa manière d’amener les choses m’a profondément touchée. Il n’y a aucun jugement, que l’on soit omnivore, végétarien ou végétalien ce livre est intéressant et facile à lire. Il nous propose de réfléchir sur notre consommation et sur l’impact de celle-ci sur les sans-voix (les animaux qui ne peuvent parler pour eux-mêmes).

Livre en vente sur la boutique L214

Martin page - Les animaux ne sont pas comestibles

Mise en avant

Ces personnalités Végéta*iennes

Découvrez la liste de ces personnalités Végétaliennes ou végétariennes qui font du bien à la planète et aux animaux !

Hello, Hello, A travers ce court article je vous propose de découvrir la grande liste des personnalités végétariennes, végétaliennes pour vous rendre compte que ce n’est pas une mode mais bien un phénomène rependu !

Pour rappel les végétariens ne mangent pas de viande ni de poisson mais des produits à base d’animaux (oeufs, lait, fromages, miel), les végétaliens aucun produits issus des animaux (miel, oeufs, lait, fromages, viande, poisson).

 

Personnalités végétariennes

  • Avril Lavigne
  • Billy Idol
  • Bob Dylan
  • Boy George
  • Carlos Santana
  • Chris Martin (Coldplay)
  • Chris Novoselic (Nirvana)
  • Cindy Lauper
  • Common (Lonnie Rashied Lynn)
  • Dave Stewart
  • David Bowie
  • Diane Dufresne
  • Diane Tell
  • Dizzy Gillespie
  • Elli Medeiros
  • Frida (Abba)
  • Garry Glitter
  • George Harrison
  • Hilary Hahn (Violoniste)
  • Jeane Manson
  • Jeanne Mas
  • Jimmy Cliff
  • Jimmy Sommerville (The Communards)
  • Joan Baez
  • Joe Jackson
  • John Lennon
  • Joss Stone
  • Kate Bush
  • LaToya Jackson
  • Lenny Kravitz
  • Léonard Cohen
  • Martin Gore (Depeche Mode)
  • Michael Jackson
  • Michael Stipe (REM)
  • Michel Sardou (et sa femme Anne-Marie)
  • Montserrat Caballé (cantatrice)
  • Morrissey (ancien du groupe Smiths)
  • Mylène Farmer
  • Nadiya (Chanteuse R n’B)
  • Nicole Croisille
  • Nik Kershaw
  • Nina Hagen
  • Olivia Newton John
  • Paul & Linda Mc Cartney
  • Peter Gabriel
  • Phil Collins
  • Pink (Chanteuse R n’ B)
  • Prince
  • Rick Allen (Def Leppard)
  • Rika Zaraï
  • Ringo Starr (et sa femme, Barbara Bach)
  • Robert Smith (The Cure)
  • Shirel
  • Shirley Bassey
  • Steve Vai
  • Stone (de « Stone & Charden »)
  • Susan Vega
  • Tanita Tikaram
  • Tina Turner
  • Vanessa Paradis
  • Whitney Houston
  • Womack and Womack
  • Yazz
  • Yehudi Menuhin
  • Yoko Ono (Veuve de John Lennon)
  • Carl Lewis
  • Gandhi
  • Pytaghore
  • Platon
  • Saint Thomas d’Aquin
  • Saint Augustin
  • Saint François d’Assise

 

Personnalités végétaliennes

  • Bryan Adams
  • Sinead O’Connor
  • Shania Twain
  • Moby
  • Keziah Jones
  • Venus et Serena Williams
  • Beyoncé
  • Dave Scott
  • Bode Miller
  • Martina Navratilova
  • Edwin Moses
  • Oprah Winfrey
  • Pomoe
  • Ziggy Marley
  • Lolita Lempika
  • RZA
  • Pink
  • Ariana Grande
  • Aymeric Caron
  • Stella Mc Cartney
  • Kate Von D
  • Mike Tyson
  • Algore
  • Bill Clinton
  • Jane Goodall
  • Sia
  • Paul Watson
  • Miley Cyrus
  • Gwineth Paltrow
  • Joaquim Phoenix
  • Emily Deschanel
  • James Cameroun
  • Pamela Anderson
  • Jared Leto
  • Forest Whitaker
  • Carrie Ann Moss
  • Tobey Maguire
  • Russel Brand
  • Jessica Chastain
  • Kristen Bell
  • Peter Singer
  • Peter Dinklage
  • Mayim Bialik
  • Nathalie Portman
  • Sam L Jackson
  • Casey Affleck
  • Woody Harrelson
  • Sandra Oh
  • Ellen Page
  • Ellen Degeneres
  • Eric Roberts
  • Michel Pfeiffer

 

Et encore la liste n’est pas exhaustive et tend à grandir encore et encore pour compter parmi nous de nombreux néo-végéta*iens !

Mise en avant

D’où vient la corrida – Une « tradition » honteuse

Qu’est-ce que la corrida ?
D’où ça vient ?
Comment c’est financé ? Découvrez les plus sombres secrets de la corrida

Tous les matins je regarde ma boîte mail et je participe à de nombreuses pétitions qui me touchent pour la protection animale.  Souvent je retombe sur le même sujet de lutte :  La corrida.

Une barbarie justifiée par la volonté de conserver une « tradition » encrée.. Une barbarie point.

Et je me suis dit : Qu’est ce que je sais de la corrida finalement ? D’où ça vient ? Comment les hommes ont pu créer une chose aussi horrible ?

 

Les origines

J’ai donc farfouillé sur internet, dans des bibliothèques et je me suis rendu compte que l’origine de la corrida n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser.

Sur les sites pro-corrida cela vient de la noblesse espagnole qui voulait montrer son « courage », pour les sites anti-corrida l’histoire de la création est plus précise et met en avant un détail (que les autres sites ont certainement préférés oublier), c’est que la corrida que nous connaissons aujourd’hui est née dans les abattoirs.

En effet, une idée injustement répandue prétend que la corrida remonte aux chasse préhistoriques, aux jeux crétois ou aux combats dans les cirques romains. Déjà les pro-corrida ne savent que choisir.. Première illogisme.

Ces deux théories ne sont pas viables car la civilisation crétoise n’avais pas de relations hors de la mer Egée et les arènes romaines ont été soient détruites par les invasions barbares, soient occupées jusqu’au 19e siècle par des habitations. Deuxième illogisme.

En fait la corrida ne serait pas si vieille et serais née entre le 11e et le 13e siècle d’abord avec les jeux torins, chevaleresques ou populaire et que sa forme actuelle s’est formalisée au 16e siècle avec certaines coutumes d’abattoirs.

Quelques employés d’abattoirs à Séville s’amusaient à pourchasser et esquiver les taureaux avant de les tuer. C’est comme cela que ce sont formées les techniques de l’esquive et de l’estocade à pied.
Les premiers toréreaux rémunérés seraient d’anciens employés des abattoirs.

 

Arrivée de la corrida en France

En France la corrida à fait son entrée en 1852 et tout n’a pas été rose depuis !

Une partie des élites (entre autres BYRON, George SAND, Victor HUGO, CLARETIE, BLOY, MIRBEAU, ZOLA, RECLUS, CLEMENCEAU ou encore ROCHEFORT) dénonce ces pratiques barbares. La loi Grammont (qui interdit la maltraitance des animaux en public sous peine d’amande) et la SPA (qui pris fortement partie contre) n’ont pas facilité les chose.

D’après le site No Corrida qui a interviewé Eric Baratay (Professeur d’histoire contemporaine, Histoire des animaux à l’université Lyon 3) lors des trois corridas données en 1853 à Bayonne (première ville à les organiser), les spectateurs désertèrent les gradins dès le second jour. En 1859, l’assistance diminua de moitié lors de la deuxième course et la troisième fut annulée. Même scénario à Mérignac en 1853. Même échec à Nîmes en 1863. Dax oublia les corridas jusqu’en 1878.

Corrida  torture

Déroulement d’une corrida

Avant la corrida les taureaux sont mutilés pour n’avoir aucune chance de gagner.

Leur cornes sont sciées à vifs sur 6 à 10 cm puis reconstituée avec de la résine pour que le public n’y voit que du feu. C’est la même douleur que de se faire scier les dents à vifs. De plus le taureau hésitera à se servir de ses cornes pour repousser le tortionnaire car elles lui font mal, sans parler du fait qu’il avait une image mentale précise de la taille de ses cornes et qui ne le sais plus (ce qui fait qu’il rate l’agresseur).

Des sédatifs ou des anti-inflammatoires (pour mieux lui faire supporter la douleurs) peuvent aussi lui être administrés

Il y a généralement 6 taureaux qui sont torturés puis tués publiquement et trois parties par combat de corrida. Le combat en corrida est aussi appelé lidia.
La première partie c’est le tercio de pique. On fait entrer le taureaux.
Le matador évalue son comportement puis entre en piste pour faire une série de passe à la cape (capote). Puis viennent les picadors, chargés de « tester la bravoure » du taureau avec leur pique munie d’une pointe d’acier appelée puya. Il y a généralement deux ou trois rencontres entre le taureau et le picador, sur des taureaux « faibles » une seule rencontre l’affaibli énormément.

La deuxième partie ou tercio de banderilles.
Les picadors sortent, le matador enchaîne parfois encore quelques passes. S’enchaîne ensuite la pose des banderilles. Celles-ci sont en principe posées par les peones, mais le matador peut également les poser. (Il faut donc 3 types de sadiques pour un pauvre taureau…)

Et la dernière partie, le tercio de mise à mort
Le matador a 15 minutes pour tuer le taureaux à compter de sa première passe.

Le taureaux agonisera finalement une grosse demi-heure sous le regard amusé et stupide de personnes prêtes à payer pour du sang.

 

Et si le taureau gagne?

Il y a eu quelques histoires de taureaux qui ont réussis à tuer leur tortionnaire. Malheureusement ce n’est pas un combat (comme annoncé par les afficionados), c’est juste de la torture où un seul gagnant peu s’en aller : L’humain (ou plutôt l’inhumain).

Un autre toréador est rentré dans l’arène pour terminer le travail… Mais lorsque le taureaux meurt face à un homme on ne fait pas rentrer un autre taureau jusqu’à ce que l’homme meurt? Si?!

Bref vous aurez compris c’est injuste mais cela va encore plus loin, la mère du taureau « assassin » sera envoyée à l’abattoir pour que la lignée de taureaux tueurs s’éteigne avec elle. N’est pas la preuve d’une « tradition » stupide et patriarcale à souhait?

 

Niveau législatif

Les corridas sont interdites par de nombreuses lois :

La loi Grammont : « Seront punis d’une amende de cinq à quinze francs, et pourront l’être d’un à cinq jours de prison, ceux qui auront exercé publiquement et abusivement des mauvais traitements envers les animaux domestiques. »

L’alinéa 7 article 521-1 du code pénal :  » Le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

En cas de condamnation du propriétaire de l’animal ou si le propriétaire est inconnu, le tribunal statue sur le sort de l’animal, qu’il ait été ou non placé au cours de la procédure judiciaire. Le tribunal peut prononcer la confiscation de l’animal et prévoir qu’il sera remis à une fondation ou à une association de protection animale reconnue d’utilité publique ou déclarée, qui pourra librement en disposer.

Les personnes physiques coupables des infractions prévues au présent article encourent également les peines complémentaires d’interdiction, à titre définitif ou non, de détenir un animal et d’exercer, pour une durée de cinq ans au plus, une activité professionnelle ou sociale dès lors que les facilités que procure cette activité ont été sciemment utilisées pour préparer ou commettre l’infraction. »

MAIS c’est autorisé explicitement pour certaines régions par la loi Romery-Sourbet du 24 avril 1951 : Autorisation de la corrida dans les régions où : « une tradition locale ininterrompue peut être invoquée ».

Les corridas sont financées par les collectivités locales et par l’état, ce sont donc nos impôts qui contribue à ça…

Comme le dit si bien le Huffington Post :  » Ce sont des centaines de millions d’euros qui sont versés depuis quelques années par l’Europe à trois de ses États membres (Espagne, Portugal et France) pour soutenir une activité qui est illégale dans les vingt-quatre autres, bien que tous y contribuent. Cet argent -celui de tous les citoyens européens- a pourtant pour vocation initiale de favoriser le développement, la coopération et le respect. Au lieu de cela, il est utilisé pour promouvoir la torture animale comme divertissement, et cela dans le contexte d’une crise sans précédent où d’autres besoins bien plus nécessaires sont insuffisamment soutenus. »

 

Voila vous savez tout de la folie des corridas : Un public d’abrutis applaudissant un psychopathe en collant et paillette lorsqu’il fait saigner à mort un taureau qui ne demande qu’à vivre. Et le pire, ce sont nos impôts qui financent ça !

 

Avez-vous des astuces/idées pour stopper cette folie ? Dites-le nous en commentaire.

 

 

 

 

Mise en avant

Les supers pouvoirs de l’argile pour vos animaux

Envie de connaitre les supers pouvoirs de l’argile ? Vous n’en reviendrez pas !

L’argile, utilisée depuis des millénaires comme agent thérapeutique elle est toujours aussi époustouflante. Arme thérapeutique surpuissante, cette substance va vous surprendre.

Les égyptiens l’utilisaient pour soigner les malades et pour purifier lors de la momification.

L’Abbé Kneip (pionnier de la naturopathie allemande) rendit célèbre un cataplasme à base d’argile et de vinaigre.

Le Mahatma Gandhi l’utilisait aussi régulièrement dans un but de purification.

De nos jours des naturopathes et médecins la propose pour soigner des patients, les spas l’utilisent pour des soins esthétiques ou pour contrer les effets du stress, les vétérinaires pour soigner les animaux.

Dans cet article vous allez en savoir plus sur ce super allié santé et bien-être pour nos compagnons à quatre pattes.

Argile : Définition

L’argile est une terre volcanique naturelle, source de minéraux et d’oligo-éléments (silice, silicates d’aluminium, magnésium, calcium, fer, phosphore, sodium, potassium, cuivre, zinc, sélénium, cobalt, manganèse…) .

Chaque couleurs de l’argile représente une terre argileuse différente avec donc des propriétés différentes.

Par exemple l’argile blanche serait plus recommandée pour un usage interne et la verte pour l’usage externe.

Argile soins aux animaux

Les propriétés de l’argile

L’argile possède un pouvoir absorbant, une action adsorbante (l’argile fixe l’élément indésirable (l’attrape) et l’emmène pour l’éliminer), et des vertus antiseptiques.

C’est un remède « intelligent » qui va identifier le mal et le neutraliser. Le petit plus ? C’est bon marché et abondant !

Ses principales propriétés :

  • Absorbe et draine hors du corps les impuretés, microbes et autres bactéries.
  • Favorise la cicatrisation en accélérant la formation des tissus.
  • Favorise la reconstitution osseuses et comble les carences.
  • Equilibre la flore intestinale, renforce les défenses de l’organisme et fait office de pansement gastrique.
  • Détruit les germes pathogènes, elle consolide les tissus atteints et guérit les plaies et blessures.
  • Stop l’inflammation, attire les matières morbides, putrides, les absorbe et purifie de cette manière les abcès et les ulcérations.
  • Antiseptique intelligent qui détecte les germes dangereux et pathologique pour les éliminer en favorisant la reconstruction cellulaire saine.
  • Adsorbe et élimine certaines bactéries, virus, toxines, déchets mais aussi certains parasites intestinaux.

Ses usages

L’argile en voie externe

L’argile doit faire partie de votre trousse de secours ou pharmacie si vous avez des chats, chien, rongeurs, lapins, poissons, chevaux. 

Vous pourrez l’appliquer tout de suite en cas de douleur, inflammations, morsures, griffures, brûlures, ulcérations diverses, ainsi que toute légion cutanée, eczéma, prurit, pelade, teigne, piqûres, etc…

L’argile verte sera appliquée « à sec » sur des zones irritées, comme des eczémas ou des plaies de léchage. Un saupoudrage deux fois par jour entraîne une amélioration immédiate et une ré-épidermisation rapide.

Si vous êtes face à une plaie (lésion, abcès, furoncle…) : Renouvelez régulièrement le cataplasme (deux heures généralement et toute la journée pour les brûlures) pour avoir un effet bénéfique. Dès que le cataplasme est sec retirez-le, nettoyez la peau à l’eau tiède et claire (surtout pas de savon) et jeter l’argile. L’argile utilisé est pleine de toxines (toxines récupéré sur via le corps de votre animal). Nettoyer le linge entre chaque application.

Pour le cheval on l’utilise pour prévenir ou soigner les tendinites, hématomes, entorses et contusions diverses, ainsi que pour faciliter la maturation des abcès et la cicatrisation des plaies. Douchez votre cheval et ensuite appliquez la pâte à rebrousse poils pour que ça entre bien en contact avec la peau. Essayez de former une couche d’environ un centimètre. Appliquez ensuite un tissus puis une bande de repos.

Une fois desséchée sur le membre, l’argile n’est plus active. On l’élimine par douche, avant une nouvelle application (ne pas rajouter de l’argile sur un ancien emplâtre).

L’argile en voie interne

Pour le cheval on l’administrera en cas de diarrhée.

Vous pouvez l’utiliser comme complément alimentaire en l’ajoutant à la ration alimentaire de vos compagnons (en toute petite dose encore une fois).

Des périodes de cure sont possibles et bénéfiques. pour cel on ajoutera de l’argile dans l’eau de votre animal ( 3 cuillères à café d’argile pour un litre d’eau.), l’eau est à changer tous les jours.

Cette faible ration quotidienne va agir dans son organisme en le drainant et le purifiant. Elle enrichit également un sang anémié et aide à la guérison des problèmes de peau.

Argile sur cheval

Fabriquer son cataplasme 

  1. Munissez vous d’un récipient en verre (pas de métal, ni de plastique)
  2. Versez y de l’argile
  3. Recouvrez d’eau
  4. Laissez reposer un peu sans y toucher
  5. Remuez (avec un ustensile en bois toujours !)
  6. Disposez la pâte argileuse sur un grand linge en toile/coton
  7. Appliquez-le sur la zone à traiter (argile en contact avec la peau) 
  8. Maintenez-le avec un bandage.

Cet article pourrait être bien plus long mais j’ai voulu réunir toutes les informations les plus importantes sur l’argile sans trop entrer dans les détails.

Si vous voulez l’utiliser mais ne savez pas exactement comment faire, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre vétérinaire qui saura vous conseiller précisément.

Et vous, avez-vous déjà utilisé l’argile ? Pourquoi ? Dites-le nous en commentaire.

Happyment vôtre ♥

Mise en avant

La magie pure des animaux

Et si la magie était partout autour de nous ?
Une petite histoire pour nous rappeler le pouvoir des animaux.

Un triste matin d’hivers, alors que la nature dort encore, je me lève toute douloureuse. J’ai mal à la tête, j’ai les gestes maladroits, une allure incertaine. La fatigue ne me lâche pas. Mon corps semble ne pas vouloir jouer le jeu aujourd’hui… Il fait froid, le ciel est sombre, je crois que ce n’est pas vraiment mon jour.

Une amie me propose une balade à cheval. Le cœur n’y est pas mais je me dis que cela peut me faire du bien. A peine sortie de la voiture et arrivée à l’écurie, je sens l’odeur du cheval. Cette odeur douce et typique de ces êtres nobles et admirables. Mon cœur semble danser au fur et à mesure que j’approche de ma monture, de celui avec qui je vais partager ce moment intense.

Le contact de cet être merveilleux me réchauffe, je décide de monter à cru pour ressentir chaque mouvement et ne faire qu’un avec mon cheval. Pendant la sortie nous décidons de nous élancer dans une folle galopade. Crins et cheveux volent ensemble au rythme du vent. Les sabots martèlent le sol et mon cœur martèle ma poitrine.

Je me sens vivre pleinement. Alors que je m’abandonne dans ce moment d’extase j’ai l’impression d’avoir repris le contrôle de mon corps. Cette sortie m’a fait du bien. Je traîne un peu avec mon compagnon à quatre pattes avant de rentrer chez moi.

Une bonne douche me réchauffe et je décide de me mettre en simili-hibernation dans mon lit, avec un bon livre et un chocolat chaud.

Je me sens mieux mais ce n’est pas encore ça, je me sens moins faible grâce à l’énergie du cheval mais j’ai encore des douleurs à la tête.

Comme s’ils semblaient avoir compris, mes petits colocataires poilus s’approchent de moi. Noor (mon chat) se love sur mon ventre et me réchauffe agréablement. Il est encore entrain de m’envoûter avec sa ronronthérapie. Je me laisse faire, je n’ai jamais connu d’aussi bon thérapeute. Meïko (mon chien) se couche fidèlement à côté du lit, un soutien silencieux et discret. Un ami qui me dit : « Hey je suis là, tout va bien, je serais toujours là. »

Je profite de cet instant de pure douceur, et je me rends compte que je n’ai plus mal, que je me sens parfaitement bien. Je n’ai pourtant pris aucun médicaments. Je me surprends à penser que les animaux ont leur magie propre à eux. Une magie silencieuse et complètement désintéressée. Une magie qu’ils partagent avec nous chaque jour sans aucune contrepartie et avec une innocence totale. La magie de nous aimer et de nous donner sans attendre en retour.

Je souris bêtement en me disant que moi aussi j’aimerais être magicienne et pouvoir réparer les gens avec bonté et bienveillance. Alors que je m’endors paisiblement, je me promet à moi-même : « C’est décidée, demain je deviens magicienne ».

Je souhaite dédier cet article à tous les animaux qui m’ont réparée et aidé au fur et à mesure des années : Whitoo, Biscotte, Barnabé, Maitre Corbeau, Thierry, Léo, Caroline, Plume, Tina, Zoé, Calisson, Goumier, Kaiming, Bubulle, Meïko, Noor et bien sûr Happy.

Cet article participe à la Cavalcade des blogs, créé par Gaëlle du blog Cheval facile . Ce Carnaval est organisé ce mois-ci par Clotilde, du blog Flâneries mystiques.

Vous trouverez ici comment participer à la Cavalcade du mois de janvier.

Mise en avant

5 arguments anti-fourrure

Oui on peut aimer la mode et ne pas participer à la mort de nombreux animaux pour autant.
Envie de défendre les animaux ? Lisez cet article !

Commençons par le commencement. Oui on peut aimer la mode et ne pas participer à la mort de nombreux animaux pour autant. Oui on peut aimer la fourrure et le cuir. Ce n’est pas une mauvaise chose. Si c’est de la fausse fourrure et du cuir végétal bien sur !

L’industrie de la fourrure est meurtrière et cruelle. Elle participe à l’exploitation des animaux. Je crois intimement, que si vous êtes un.e habitué.e de mon blog, c’est parce que vous aimez les animaux, et que vous cherchez comment les aider. Alors je vais vous donnez ici de nombreux arguments anti-fourrure. A votre tour vous pourrez ouvrir les yeux des personnes qui portent de la fourrure autour de vous.

Petit conseil supplémentaire : Même si cela vous révolte, prenez-les avec bienveillance, essayez de vous détacher de la situation et de rester factuel.le, sinon la personne risque de se braquer.

 

1. On porte de la fourrure depuis la nuit des temps, regarde l’homme préhistorique.

On a déjà évoqué ce type d’argument. C’est simple, ce ne sont pas des arguments. Un argument ne repose pas sur un usage du passé. « On le faisait avant, pourquoi pas maintenant ? ». Ce n’est pas acceptable. On pratiquait l’esclavagisme avant, on a pourtant arrêté. Le racisme maintenant n’est plus accepté. Bref je pourrais vous donner des exemples à la pelle. Il me semble que nous n’avons plus grand chose en commun avec l’homme préhistorique. Ce dernier devait trouver de quoi se vêtir pour ne pas mourir de froid. Aujourd’hui nous avons de nombreux choix pour nous vêtir. Autre rappel, les hommes préhistoriques chassaient l’animal, le dépeçait et faisaient leurs propre vêtements… Ceux qui portent de la fourrure le fond pour l’esthétique et pas pour un besoin vital : ne pas mourir de froid. Nous avons aussi développé notre intelligence, notre humanité (pour certains ça reste à prouver), notre conscience. Pourquoi rester sourd à la souffrance animal.

 

2. Les animaux sont bien traités, ce n’est pas cruel.

D’après In Defense of Animals, 85% de ces animaux proviennent d’élevages aux conditions insalubres. Ces animaux survivent dans des cages froides, exiguës. Ils sont entassés, maltraités. Les cages entièrement grillagées blessent leurs pattes, ils ne peuvent pas bouger. Cette proximité et ce sur-entassement, ajouté au manque d’hygiène et de soins provoque un stress intense. Cela provoque aussi des blessures et infections en tout genre (morsures, cannibalisme, comportements atypiques, infestation de vers). Beaucoup ne survivent pas jusqu’à l’abattage. Après une vie faite de peur, de stress et de malheur les animaux d’élevages sont tués par asphyxie au monoxyde de carbone, par électrocution ou par empoisonnement. Ces mises à mort cruelles sont souvent mal effectuées. Beaucoup d’animaux dépecés sont encore vivants lorsqu’ils sont jetés sur les cadavres de leurs congénères. Leurs petits cœurs s’éteignent dans une douleur intense. Les animaux sauvages sont tués par piégeages. Ils se prennent dans les pièges et attendent effrayés que leur bourreau arrive… Vous devez avoir en tête les publicité contre Canada Goose, où l’on voit un pauvre coyote dont les yeux supplient pour la liberté. L’homme arrive et sans état d’âme lui ôte son droit légitime, son droit sacré à la vie. En Chine on utilise parfois des chiens et des chats qui sont écorchés vifs pour garantir une plus belle fourrure. Il existe aussi de la fourrure de fœtus d’agneau. Les mères sont éventrées pour qu’on leur prennent leurs bébés aux derniers jours de gestation… Vous avez les larmes aux yeux ? C’est normal, c’est même une bonne chose. Soyez fort pour ceux qui souffrent et n’arrivent pas à se faire entendre, défendez-les de tout votre être.

 

3. Ces animaux n’existeraient pas s’il n’y avait pas de fourrure.

Plus de 56 millions d’animaux sont tués chaque année pour leur fourrure d’après 30 millions d’amis. Pour un manteau, on utilise entre 30 et 70 visons, entre 8 et 12 lynx ou entre 10 et 20 renards, par exemple. Vous pensez vraiment que ces animaux n’existent que pour finir sur un manteau ou une capuche ? Ces animaux seraient bien mieux en liberté. Vu les conditions d’élevage, ne vaut-il mieux pas arrêter l’élevage de ces animaux plutôt que de les faire naître pour une vie de souffrance et de peur ? Aucun individu ne devrait naître pour être sacrifié sur l’autel de la mort

 

4. La fourrure c’est à la mode.

La mode ne justifie pas la maltraitance et l’horreur. Il n’y a rien d’intéressant à porter un symbole de cruauté. Si vous aimez la fourrure portez de la fausse fourrure. Elle n’en est pas moins esthétique. Hyper ressemblante, moins onéreuse et éthique. Que demander de plus ! Oui vous pouvez porter de la fourrure, mais de la fausse, de la fourrure cruelty free ! C’est tout de même peu avant-gardiste de rester bloqué sur l’idée d’un luxe antique.

De plus en plus de créateurs et de magasins arrêtent de vendre de la fourrure. Suivez leur exemple !

 

5. Oui mais moi j’aime la fourrure.

« La liberté des uns, s’arrête là où s’arrête celle des autres ». Vous n’avez pas le droit de justifier le fait de porter de la fourrure par le fait d’aimer ça. Non, vous ne pouvez pas aimer quelque chose qui provoque la mort. Ce n’est plus du ressort du gout personnel et de nos préférences mais de ce qui est humainement acceptable. Un plaisir ne doit pas engendrer la mort.

 

J’espère vous avoir donner des ressources suffisantes pour défendre nos amis les animaux. Tous ensemble nous pouvons changer les choses.

 

Vous avez d’autres arguments contre la fourrure ? N’hésitez pas à nous les partager en commentaire !

 

Pour aller plus loin :

Choisir vos enseignes sans fourrure : mode-sans-fourrure.com

Plus d’informations et d’articles : http://www.fourrure-torture.com/

Agir contre la fourrure sur les capuches : http://www.viretacapuche.com/

Pétitions et informations : https://www.l214.com/balancetafourrure/

 

Mise en avant

Sombra – Le chien renifleur qui dérange

Sombra chien renifleur pour la brigade colombienne anti-stupéfiants est une héroïne au super flair. Et ça lui a attiré des ennemis de taille…

Sombra est une femelle Berger Allemand née en 2012. Elle a été entraînée pour être chien renifleur pour la brigade colombienne anti-stupéfiants. Son super flair lui a attiré des ennemis de taille…

Un flair qui dérange

Cette héroïne à quatre pattes à permit l’arrestation de plus de 245 personnes et la saisit de 9 tonnes de stupéfiants en 5 ans d’activité. Des supers résultats qui ne sont pas du goût de tous le monde puisque l’un des principaux gang de narco-traficants de Colombie formé par des paramilitaires d’extrême droite démobilisés en 2006 a mit sa tête à prix. En effet en 2016, Sombra détecte 2.9 tonnes de cocaïne dans le port d’Uraba (nord-ouest) cachées dans « un conteneur de bananes » à destination d’Anvers, en Belgique. A nouveau en 2017, elle renifle 1,1 tonne de poudre cachée dans de la pulpe de fruits dans un entrepôt. Le chef du clan, Dairo Antonio Usuga, alias «Otoniel» a alors tenté d’acheter un policier pour 7 000 dollars en échange de l’animal, tentative infructueuse de corruption. Merci monsieur !

Le Clan del Golfo offre donc 200 millions de pesos colombiens, soit environ 60 000 euros à quiconque tuera l’animal nommé Sombra.

Sombra au travail

Une nouvelle mission à l’abris

Afin de protéger leur super policière à quatre pattes deux fois médaillée du mérite  policier Major Wilson Quintero, les forces de l’ordre ont décidé de la muter.

«On a pris nos précautions et on l’a transférée, à cause des menaces du Clan del Golfo», explique le colonel Tito Castellanos, sous-directeur de la police anti-drogue.

Sombra a donc été mutée à l’aéroport international de Bogota fin 2017. A son nouveau poste elle n’a pas encore fait de découverte aussi impressionnantes que les précédentes.

Cependant elle passe quand même 8h par jour à renifler des marchandises (avec 2 heures de pause) et occasionnellement à faire des selfies avec ses fans. D’ici 2020 elle pourra rejoindre une maison de retraite pour chien au Nord de Bogota.

«Plus qu’un travail, c’est une relation d’amitié avec le chien, on se tient compagnie, on s’appuie mutuellement», explique José Rojas, le policier qui l’accompagne.

Sombra et son humain

Mise en avant

Education – Assis pour chien

Qui n’a jamais rêver de ne prononcer qu’un mot et de voir le chien s’exécuter gaiement? Grâce à ce tuto éducation vous découvrirez la recette du « assis », et le tout en utilisant une méthode positive!

La position assise est une posture de base du dressage canin, elle vous permet de canaliser votre boule de poils.

Voici donc les grandes lignes de la recette magique du « assis »:

Préambule: On utilise une méthode positive = Pas de contraintes ni d’énervement (oui oui des fois c’est dur mais si on sent qu’on est trop en colère parce qu’on y arrive pas on arrête et on reprend une autre fois). Les séances n’excèdent pas 20 minutes; le chien est comme un enfant, son attention ne peut pas tenir au delà et après ça ne serait plus productif. On n’appuie surtout pas sur l’arrière train de son chien, ça lui fait mal, ça peut le blesser et il ne va pas se concentrer sur l’ordre mais va pousser à l’opposé.

Chaque chien est différent et apprend plus ou moins vite donc ne soyez pas trop exigent et laissez lui le temps d’apprendre. Ça doit être amusant et pour vous et pour lui: double bénéfice!

Ce dont on a besoin:

  • Un chien (logique)
  • Un humain (vous en l’occurrence)
  • Un appât (des bonbons ou son jouet préféré). Si l’appât est une friandise je vous conseille les knackis au poulet coupées en petits morceaux (moins cher et hyper appétant)
  • Un endroit calme, sans distractions

Collier_Etrangleur.jpg

Les étapes:

  1. On prend la friandise dans la main, on lui fait biiien sentir le bonbon pour qu’il comprenne que nous avons le pouvoir entre nos mains (oui ok ce n’est qu’une friandise mais les propriétaires de gloutons comprendront ce que je veux dire par là). Du coup, là où notre main va, le chien la suit.
  2. On lève la main avec la friandise face à son museau. Il va regarder vers le haut et le plus confortable pour lui sera donc de s’asseoir (si votre chien recule placez votre jambe derrière lui, ou faite ça près d’un mur, il ne pourra plus reculer et il va s’asseoir).
  3.  Dès que ses fesses touchent le sol on récompense. (Attention on ne donne la récompense que si son postérieur est bien au sol sinon il ne pourra pas bien intégrer l’ordre)
  4. On recommence cette opération 2 ou 3 fois pour augmenter le temps de réaction et qu’il comprenne bien ce qu’on lui demande.
  5. Maintenant on introduit le mot « assis » (de manière ferme mais gentille), on lui dit en faisant le geste et une fois qu’il est assis on le félicite en donnant la récompense. . On ne répète pas plusieurs fois le mot assis, on ne le dit qu’une fois.
  6. On répète plusieurs fois l’opération en ne donnant pas toujours la friandise mais en félicitant à chaque fois (il ne faut pas qu’il le fasse QUE pour le bonbon) et on essaye de lui faire intégrer le mot vous pouvez associer un geste pour le « assis » (On le guide bien sur de moins en moins avec la friandise).
  7. On va lui demander maintenant de tenir le « assis » tant qu’on n’a pas cessé l’ordre. Le but c’est que le chien reste en place même si on bouge. Pour ça on fait une espèce de petite chorégraphie, un pas à droite > bonbon > un pas à gauche > bonbon > un pas en arrière bonbon, etc… Et tout ça en s’éloignant de plus en plus. Pour tester le chien on le faire s’asseoir et on s’éloigne. Si tout est parfait et qu’il ne bouge pas on lui donne un bonbon. Et on le « libère » de l’ordre en lui disant : « Go ».

Conclusion : Voilà vous avez toutes les clefs en main pour lui apprendre le assis. Encore une fois tout ça doit rester agréable pour le chien, il doit aimer ces séances et en tirer un double bénéfice (Les bonbons + L’attention de son maître) si tu veux qu’il soit réceptif. Donc pas d’énervement et on fait dans les étapes ! Si jamais l’étape 1 n’est pas TOTALEMENT maîtrisée, on ne passe pas à l’étape 2, et ainsi de suite.
Pour qu’un exercice soit vraiment acquis il faut que l’ordre soit tenu dans la durée, à distance et avec des distractions.

Meïko assis
Meïko qui vous fait un magnifique « Assis »

Et vous, avez-vous des petites astuces pour lui apprendre le assis?

J’espère que cet article vous à aidé, n’hésitez pas à liker, commenter, partager, me poser vos questions ou bien me dire ce que vous en pensez!

Happyment votre ♥

Mise en avant

Fiche de lecture – Ma vie toute crue

« Voici mon témoignage. Celui d’une descente aux enfers, suivie d’une lente reconstruction. Mon récit est dur, parfois, mais nécessaire. Nous ne pouvons pas ignorer plus longtemps toute la souffrance que contient notre assiette. »

En résumé : « Ferme ta gueule, baisse la tête, fais ton boulot. Et si tu n’es pas content, dégage ! » Cette phrase, je l’ai entendue des centaines de fois. Elle concentre toute la violence qui règne dans cet espace dérobé aux regards. Les ouvriers souffrent et les animaux ne sont pas traités avec la dignité qu’il faudrait. Après sept années de silence, j’ai pris la décision de témoigner à visage découvert pour dénoncer la misère animale et la détresse humaine. Pour mieux les affronter, j’ai filmé ces images qui me faisaient cauchemarder. Tournées sur mon lieu de travail et confiées à l’association de protection animale L214, elles ont fait le tour du monde. On y voit des dizaines de foetus prêts à naître jetés à la poubelle comme de vulgaires déchets. La plus grande ferme du monde avortée pour des raisons de productivité, au mépris du bon sens et de toute décence. Voici mon témoignage. Celui d’une longue descente aux enfers, suivie d’une lente reconstruction. Mon récit est dur, parfois, mais nécessaire. Nous ne pouvons pas ignorer plus longtemps toute la souffrance que contient notre assiette.  »

Ma vie toute crue

L’auteur : Mauricio Garcia Pereira est né en Allemagne, a grandi dans une ferme de Galice en Espagne, où il a appris à aimer et respecter les animaux. Après avoir exercé plusieurs métiers, il arrive à Limoges où il se fait embaucher dans le plus grand abattoir public de France. Il y reste 7 ans avant de dénoncer à visage découvert l’abattage de vaches gestantes. Avec « Ma vie toute crue », il signe un témoignage choc sur le scandale des mauvaises pratiques des abattoirs au mépris de la souffrance animale.

Mon avis : Un livre simple et fort à la fois. Un récit poignant d’un héros sans cape extrêmement humble. J’ai (excusez-moi de l’expression), dévoré ce livre. Il est vraiment intense, on a l’impression d’entrer dans sa peau. Les faits ne sont pourtant (malheureusement) pas extraordinaires mais vraiment banaux. La cruauté s’est installée comme la routine. Les animaux et les hommes sont victimes de ce système qui broie tout sur son passage. Du productivisme à l’excès. J’oserais même dire de l’esclavagisme moderne. Un livre à lire. On se rend trop peu compte de ce que vivent les employés. Cela n’enlève bien sur en rien la douleur, la peur que ressentent les animaux. Il faut que cette injustice cesse, que l’on ferme les abattoirs. Ce livre est un témoignage qui aide à en voir la nécessité et avancer vers l’abolition de ces enfers sur Terre.

 

Livre en vente sur la Fnac.com

 

Vous avez lu ce livre ? Qu’en pensez-vous ?

 

Happyment vôtre ♥

Mise en avant

Comment trouver (Enfin) de bonnes croquettes pour chien.

Perdu dans l’océan de marques de croquettes ? Choisissez enfin The croquettes pour votre chien !

Dans cette mer interminable de marques de croquettes aux arguments marketing toujours plus développés on ne s’y retrouve plus.

Comment décrypter les sachets ?

Pourquoi est-ce si important de bien le nourrir ?

Toutes les réponses dans cet article !

 

Pourquoi le choix des croquettes est si important ?

On le sait tous, la nourriture c’est la santé. Ce que vous donnez à manger à vos loulous va avoir un impact majeur sur leurs conditions physiques, leurs énergies et même leurs comportements.

Un chien qui mange équilibré c’est un chien équilibré. Jusque là c’est simple.

Si on mange tous les jours McDo on va finir gros et malades. Si nos chiens mangent des croquettes appétantes certes mais très salées et avec peu de nutriments, vitamines et protéines ils risquent de nous coûter cher en vétérinaire à terme..

Bien choisir ses croquettes chien

Non, les bonnes croquettes ne coûtent pas cher !

Voila que la première excuse n’est plus valable : Non ce n’est pas trop cher pour un paquet de croquettes. Oui vous pouvez vous le permettre, et même vous le devez. Chaque paquet de croquettes est un investissement pour son capital santé. Si vous investissez bien vous aurez normalement (d’autres maladies sans rapports peuvent se déclarer avec le temps) un chien qui vous coûtera moins cher en frais vétérinaires.

Si vous investissez mal, vous aurez un chien qui présentera de nombreux problèmes de santé qui vous coûteront plus cher que les paquets de croquettes que vous avez boudés.

Parmi cette liste non exhaustive, une mauvaise alimentation du chien peut provoquer :

  • Obésité
  • Problèmes articulaires (liés au surpoids)
  • Diabète
  • Fatigue
  • Carences
  • Problèmes de digestion
  • Problèmes urinaires
  • Poils ternes

Alors oui, vous devez investir dans une bonne alimentation. De nombreux sites discount vous permettent d’avoir accès à de bonnes marques pour des prix raisonnables. J’achète tous mes paquets sur Bitiba et j’en suis très satisfaite !

 

Les terrifiants ingrédients des croquettes

Les céréales

Bon d’accord un céréale c’est pas vraiment ce qui va vous faire sursauter dans un film d’horreur. Pas hyper terrifiant à proprement parlé donc, mais terrifiant pour la santé de votre chien quand même. Ils font généralement partie des ingrédients principaux. Une fois cuits ils perdent beaucoup de protéines, de lipides et une petite part de glucides. Or les chiens n’ont pas du tout besoin de glucides. Les glucides c’est quoi ? En gros c’est le sucre.. Et du sucre mal digéré et dont les chiens n’ont pas besoin ça fait du gras.. Ou du diabète.

 

Les sous-produits

Il en existe deux types, sous-produits d’origine animale ou d’origine végétale. L’enquête The dark side of recycling de Keith Woods aurait révélé que dans les usines d’équarrissage (qui produisent les sous-produits d’origine animale) il y aurait possiblement des chiens et des chats qui ont été euthanasiés. Dog Food Advisor a fait une liste de ce qui entre dans la composition des sous-produits :

  • Déchets des abattoirs (organes, têtes, sabots, pieds)
  • Rejets de pain et de céréales (épis, tiges, déchets des meuneries)
  • Animaux de ferme mourants, malades ou inaptes
  • Tués sur la route (cerfs, mouffettes et ratons laveurs)
  • Issus de grains contaminés
  • Distillation des déchets de fermentation
  • Aliments de supermarché gâtés
  • Chats et chiens euthanasiés
  • Graisse de restaurant
  • Animaux de zoos morts

La Food and Drug Administrattion, l’American Veterinary Medical Association et la California Veterinary Medical Association confirment cela. Le problème est (outre le fait que c’est du cannibalisme) que les animaux de compagnie euthanasiés contiennent du Pentobarbital (ce qui sert à anesthésier ou euthanasier) qui ne disparaît pas totalement après l’équarrissage. C’est donc ingéré par nos animaux.

Ces informations font vraiment peur et sont bien sûre démenties par les industriels..

Choix croquettes chien

Les critères pour de bonnes croquettes

Des croquettes adaptées

Les critères à prendre en compte :

  • L’âge
  • La race
  • L’activité physique
  • L’état de santé (diabète, allergie, chien cardiaque…)
  • Les conditions spécifiques (gestation, allaitement, opération…)
  • S’il/elle est stérilisé.e ou non

L’apport protido-calorique ou RPC permet de connaitre le taux de protéines par rapport au calories. Autrement dit si cela couvre les besoins nutritionnels de votre chien.

Ce RPC doit être supérieur ou égale au RPC nécessaire. Je vous parle chinois ? Pas de soucis, je vous explique 🙂

Le RPC nécessaire c’est en gros l’apport dont votre loulou à besoin pour être en bonne santé. Ça dépends de votre chien et de ses caractéristiques propres (âge, activité physique..), les critères vus plus haut. Si vous ne lui apportez pas assez  par rapport à ses besoins il ne va pas être à fond, si vous lui apporter trop il aura de l’excédent de poids.

Pour connaitre cela n’hésitez pas à consulter un vétérinaire, gardez quand même l’esprit critique lorsqu’il vous conseillera des marques de croquettes (beaucoup sont pro-Royal Canin alors que la marque n’est pas top..)

 

L’importance des ingrédients

Généralement plus les ingrédients sont détaillés moins les industriels veulent vous cacher des choses et plus la qualité est intéressante. Plus les catégorisations sont vagues (ex: viande, sous-produits animaux …) et plus ils se laissent une marge pour substituer les matières premières et baisser leurs coûts de production. Autant dire que dans ce cas, c’est pas le top..

Le BHT, BHA, nitrosamines, éthoxyquine… Sont toxiques faites attention. Les colorants, agents de textures, arômes artificiels et exhausteurs de goût de synthèse sont mauvais pour sa santé. Choisissez des croquettes présentant le moins d’additifs possibles et avec des conservateurs naturels (comme l’acide ascorbique -vitamine C- ou les tocophérols -vitamine E-).

Sur un paquet de croquettes les éléments principaux sont en premiers et cela va en décroissance. L’ordre dans lequel sont écrits les ingrédients est donc très important.

Les critères importants : 

  • Riches en protéines
  • Avec peu ou sans céréales
  • Des ingrédients précis
  • Pauvres en glucides
  • Pas de sous-produits
  • Cuitent à basse température (si vous avez l’information), cela permet de garder les bienfaits des aliments et de ne pas détruire leurs apports.
  • Pas ou très peu d’additifs et des conservateurs naturels.

 

Petite astuce pour comprendre l’étiquette :

  • Au goût d’agneau / arôme agneau = Moins de 4% de viande d’agneau
  • A l’agneau /avec de l’agneau = 4 à 13% de viande d’agneau
  • Riche en agneau = 14 à 25% d’agneau
  • Agneau = Supérieur à 26% d’agneau
  • Tout agneau = Viande 100% agneau

 

Et voila, vous avez toutes les clés pour bien choisir vos croquettes.

N’oubliez pas que ce n’est pas le seul mode d’alimentation à votre portée. Vous pouvez aussi lui préparer des rations ménagère par exemple.

Un petit truc qui semble bête mais qui est très important : Le mode d’administration de la nourriture. C’est à dire comment et quand vous lui donner à manger. Et attention, les chiens gloutons mettent leur santé en danger ! Pour en savoir plus découvrez l’article sur les gloutons.

 

Et vous, des techniques pour bien choisir vos croquettes ? 

Happyment vôtre ♥

 

 

Pour aller plus loin

http://comportements-chien.blogspot.com/2015/08/grand-dossier-tout-les-croquettes.html 

https://www.comportementaliste-gironde.fr/alimentation/426-choisir-meilleures-croquettes-chien-chat.html

https://www.toutoupourlechien.com/quelles-croquettes-pour-chien.html 

http://www.rugerdachshunds.com/raw-feeding/51-the-dark-side-of-recycling.html

 

 

 

 

 

 

Mise en avant

Formation Premiers Secours animaliers – Le bon plan

Découvrez la formation qui sauve des vies !

J’ai eu l’occasion de me former au secourisme canin et félin il y a peu.

Une expérience enrichissante qui laisse songeur.

Formation premier secours chien chat

Pourquoi le faire ?

D’après Valérie Simiot, notre formatrice du WE : « Ces cours attirent beaucoup de propriétaires d’animaux qui se sont trouvés dépourvus devant un animal en détresse et qui se disent qu’ils auraient pu le sauver, et également des professionnels qui ont beaucoup d’animaux et savent qu’ils peuvent être confrontés à une situation où ils sont appelés à intervenir sur un animal « .

Pour ma part (et comme certains d’entre vous doivent le savoir) je suis propriétaire de deux adorables canailles (Meïko et Noor) et je veux pouvoir agir de manière responsable en cas d’accident pour leur offrir les meilleurs chances de rétablissement possible.

Le but de ces cours ne sont bien sur pas de remplacer le vétérinaire. Aucun acte invasif (acte qui nécessite d’intervenir à l’intérieur du corps de l’animal ou qui fait appel à la chirurgie) ne sera appris pendant ce WE, mais des actes qui vont permettre au vétérinaire de mieux soigner votre chien voir de lui sauver la vie. Et oui, rien que ça.

Donc on peut considérer que c’est une formation vitale. Une formation qui, je pense, devrait être suivie par tous les propriétaires soucieux de leurs compagnons et tous les professionnels responsables de nos bébés poilus.

En cas d’accident, pour aider nos amours qui souffrent nous allons réagir mais pas forcément au mieux pour nos animaux. Et parfois nos mauvaises réactions, due à une méconnaissance, peuvent leur coûter leur intégrité physique voir leur vie..

Rien de plus insupportable pour moi que de m’imaginer provoquer des douleurs ou la mort de mon animal parce que je ne savais pas comment bien réagir et que j’ai (bien sur) voulu faire au mieux.

Alors bien sur, vous me direz :

  • Ça n’arrive pas tous les jours.
  • Mon vétérinaire n’est pas si loin, il sera vite pris en charge.
  • Je ne serais pas forcément tout.e seul.e, quelqu’un saura quoi faire.

Et à cela je vous répondrais, que oui, cela n’arrive pas tous les jours. Mais cela arrive. Et quand ça arrive, qu’allez vous faire ?

Si votre chien s’étouffe vous n’avez pas le temps de l’emmener chez le vétérinaire, Il sera déjà mort d’ici là…

Si votre chat s’est noyé, vous n’aurez pas le temps d’attendre que le vétérinaire arrive pour le réanimer, il vous aura déjà quitté…

Si vous êtes parti.e en promenade dans la forêt seul.e avec votre chien, et qu’il se brise la patte. Si vous ne faites rien pour le stabiliser en l’amenant chez le vétérinaire, son état va s’empirer et il souffrira terriblement…

En cas d’accident de voiture, si votre animal est touché, les urgentistes ne feront rien, et s’il a une hémorragie vous n’aurez que quelques minutes…

Des situations effrayantes je sais, et je ne veux pas dire que cela arrivera forcément (je ne vous le souhaite pas), mais comme un vieux dicton le dit si bien : « Mieux vaut prévenir que guérir » et le savoir est la chose qui permet le mieux de prévenir !

Des cours théoriques oui, mais aussi de la pratique !

J’ai donc suivi deux jours de cours. Le premier jours était le niveau 1 de la formation. Toute la matinée était théorique. On a étudié le cadre légal, on a vu l’anatomie et les constantes du chien et du chat ainsi que quelques problèmes principaux que l’on peut rencontrer (brûlure, étouffement, parasites, blessures …) Nous nous sommes entraînés à faire des bandages sur une petite peluche, que j’ai affectueusement (et avec beaucoup d’originalité) nommé Médor. Valérie nous montrait certains gestes sur sa super assistante M’Lich. Sa magnifique et adorable chienne, patiente et bonne comédienne.

L’après midi nous avons pratiqué sur des mannequins la réanimation cardiaque et nous avons fait quelques mises en situation. Toute cette théorie, dit comme ça, peut paraître longue et ennuyante. Il n’en est rien, je vous rassure. Pour ceux qui aiment les animaux de tout leur cœur, ces cours sont une vraie mine d’or et d’informations. On ressort la tête pleine à craquer de conseils et de méthodes pour aider nos animaux en cas de problèmes. Le niveau 1 permet en fait de savoir bien analyser la situation, apprendre à réagir de manière efficace et à évaluer à quel niveau on peut aider notre animal.

Le niveau 2 (seconde journée de formation), permet d’aller plus loin en étudiant de nouveaux problèmes moins courants ou qui nécessitent une expertise plus poussée (plaies graves ou hypothermie par exemple). Il y a beaucoup d’études de cas concrets. Etudes de cas concrets, quésako ? Ça fait très scolaire quand même non ? Pas du tout, une histoire s’affiche au mur, un décor est planté. à vous de trouver ce qu’il s’est passé, de détecter les symptômes et de savoir réagir. Le tout sous l’œil expert de Valérie qui saura vous faire un retour.

Ces cas concrets sont marquants. En effet si on ne fait pas attention à tout et si on agit pas par étape, on peut vite aggraver l’état de notre animal voir le laisser (malgré nous) mourir.. Le fait d’être face à cela nous permet de mieux comprendre ce qu’il aurait fallu faire et de retenir la leçon. Attention pas non plus trop de stress pour rien. Tout se passe dans la bonne humeur et dans l’acceptation des erreurs.

On n’apprends par la théorie et l’expérience donc, dans une classe constituée d’élèves tous passionnés et qui on soifs d’apprendre.

Que demande le peuple ! Allez-y foncez !

Et vous, vous avez déjà fait ce type de formation ? Qu’en pensez-vous ?

Happyment vôtre ♥

Pour aller plus loin

https://www.midilibre.fr/2018/09/30/nimes-des-premiers-secours-aux-animaux,4713446.php

https://www.premiers-secours-animaliers.fr/

Mise en avant

Ma meilleure astuce pour appliquer mes bonnes résolutions

C’est bien de vouloir changer et être meilleur, mais cela ne sert à rien de faire des belles promesses de début d’année et de ne pas les tenir ! Voici une astuce infaillible qui vous permettra d’y arriver : La méthode SMART.

Cet article participe à l’évènement “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” du blog Devenez meilleur. J’aime consulter ce blog, mon article préféré est « Comment trouver le sens de votre vie en 20 minutes environ ».

Dans mon article précédent « 10 bonnes résolutions pour mieux vivre avec ses animaux », je vous proposais des pistes pour bien aborder la nouvelle année. Aujourd’hui je vous offre une super astuce pour tenir ses résolutions.

C’est bien de vouloir changer et être meilleur, mais cela ne sert à rien de faire des belles promesses de début d’année et de ne pas les tenir ! Voici une astuce infaillible qui vous permettra d’y arriver : La méthode SMART.

La méthode SMART

D’accord c’est bien beau de lancer le nom d’une méthode comme ça, mais qu’est ce que c’est ?

Cette technique est utilisée dans de nombreux domaines (marketing, management, gestion de projet…) pour aider à la réalisations d’objectifs.

Cela vous aidera à définir des résolutions réalisables et à vous aider à tenir vos résolutions. Vous pourrez l’utiliser tant dans le domaine personnel que professionnel.

S comme Spécifique et Simple

Vos objectifs doivent être clairs, adaptés à vous. Vous devez simplifier au maximum ce que vous souhaitez atteindre. Plus c’est simple, plus vous aurez de chances de réussir. Si vous ne définissez pas clairement ce que vous visez, comment y arriver ? En premier lieu, faites le point pour que ce soit précis.

Pour définir une résolution spécifique, demandez-vous :

  • Est-ce que tout le monde peut comprendre ?
  • Est-ce un objectif qui en regroupe plusieurs ?

M comme Mesurable

Si vous décidez de changer les choses il faut que vous puissiez vous rendre compte du chemin parcouru. Il faut que vous puissiez évaluer votre réussite (ou votre échec mais je ne vous le souhaite pas, vous y arrivez, j’en suis sure). Il faut que vous trouviez un indicateur qui vous permettra de savoir quand votre objectif est atteint. Il est important pour vous d’avoir des repères. Cela vous aidera aussi à vous motiver !

  • Si par exemple vous voulez plus vous balader avec votre chien : notez sur un petit cahier, une feuille ou votre smartphone à chaque sortie.
  • Si vous souhaitez perdre du poids : notez votre poids de départ et votre poids de fin d’année pour pouvoir comparer.
  • Si le but est d’avoir des moments de vraie complicité avec votre animal et de le rendre plus heureux : notez ce que vous pourriez faire pour y parvenir et regarder si vous mettez en place ces outils.

A comme Ambitieux et Acceptable

Pour devenir meilleur il faut sortir de sa zone de confort, ou plutôt agrandir sa zone de confort. Il vous faut du challenge, de l’ambition. C’est bien beau mais il faut aussi que vous acceptiez ce challenge. Que vous soyez prêt à relever vos propres défis.

R comme Réaliste

Voyez grand, mais ne vous donnez pas non plus comme objectif quelque chose que vous savez ne pas pouvoir tenir. Si l’objectif est trop grand, divisez-le en plusieurs étapes et mini-objectifs. De cette manière vous vivrez plusieurs petits succès, vous accomplirez tout ou partie du « gros » objectif, et vous ne vous découragerez pas.

T comme Temporellement défini

Pour que vos résolutions ne soient pas floues et lancées comme une lettre au père Noël, vous devez vous fixer une dead line. Une date précise de quand cette résolution devra être réalisée ou quand appliquer vos nouvelles habitudes.

Par exemple :

  • Je veux avoir appris les ordres de bases à mon chien avant le 1e mars.
  • J’irais faire une grande randonnée 1 fois par semaine avec mon chien tous les dimanches.

Faites éventuellement des étapes intermédiaires pour vous aider dans l’atteinte de vos résolutions.

Petits bonus

Restez vous même, n’essayez pas de devenir quelqu’un d’autre parce que la nouvelle année a pointé le bout de son nez.

Devenez simplement la meilleure version de vous.

Fixez des objectifs positifs. Rien de plus déprimant que des objectifs-réprimandes de début d’année. Allez vers une année plus belle, motivez-vous avec entrain.

Et vous, quelle est votre astuce pour tenir vos résolutions ?
Répondez-moi en commentaire !

Mise en avant

10 bonnes résolutions pour mieux vivre avec ses animaux.

2019 est là et avec elle la perspectives d’une année meilleure. Quoi de mieux pour commencer cette année que 10 bonnes résolutions pour mieux vivre avec nos compagnons ?

2019 est là et avec elle la perspectives d’une année meilleure. Quoi de mieux pour commencer cette année que 10 bonnes résolutions pour mieux vivre avec nos compagnons ?

1. Pratiquer l’éducation positive

On en entend souvent parler mais on ne sait pas toujours ce que c’est. L’éducation positive c’est le fait de renforcer des comportements positifs par des récompenses (caresses, félicitations orales, gourmandises) lorsque votre animal a un bon comportement, plutôt que de le gronder lorsqu’il fait une bêtise. Vous l’avez surement expérimenté, quand vous vous fâchez ça abîme un peu le lien qui vous unis (ce n’est pas définitif, ce lien peut se reconstruire après, sauf dans certains cas). Pire, parfois cela ne sert à rien et il continu à faire la même bêtise voire cela s’aggrave.

Je prends un exemple concret : mon chien, Meïko, s’est mis à uriner dans notre appartement après que nous ayons déménagés. J’avais beau le gronder il continuait. Il s’est même mis à le faire sciemment devant nous. On ne savait plus quoi faire. Le gronder ne servait à rien, le chien avait fini par se méfier de nous et nous étions terriblement triste de voir que la situation s’aggravait sans qu’on ne comprennent rien. Une comportementaliste et éducatrice nous a conseillé de ne rien faire quand faisait cela. Faire comme si de rien n’était et nettoyer quand il n’était pas dans la pièce. Le féliciter quand il n’urinait pas mais s’il le faisait, laisser couler (quel jeu de mot). En 2 jours Meïko a arrêté ses bêtises, nous avons recréer un lien solide. Maintenant nous le félicitons dès qu’il a un bon comportement, mais nous ne le grondons quasiment jamais. Il est bien plus réceptif à la carotte qu’au bâton.

2. Respecter ses besoins

Votre animal n’est pas un objet, c’est un être vivant qui a des besoins. Si ses besoins ne sont pas respectés vous aller aux devants de quelques soucis. Si vous ne faites pas assez la litière de votre chat, c’est normal qu’il décide de faire quelque part ailleurs. Si vous ne sortez pas assez votre chien, c’est normal qu’il s’occupe autrement et qu’il s’acharne à manger le canapé.

Besoins chiens :

  • Minimum 5 sorties par jour, dont une bonne balade pour se dépenser.
  • Une nourriture adaptée à lui.
  • De l’eau fraîche et propre à volonté. A changer chaque jour.
  • De l’amour, de l’attention, des séances de jeu.
  • Un endroit chaud pour dormir.
  • De l’espace.
  • Un peu d’éducation et des stimulations psychologiques.

Besoins chats :

  • Une litière propre, les déjections enlevées chaque jour et un grand nettoyage chaque semaine.
  • Une nourriture adaptée à lui.
  • De l’eau fraîche et propre à volonté. A changer chaque jour.
  • De l’amour, de l’attention, des jeux.
  • Un endroit chaud pour dormir.
  • Un peu d’éducation et des stimulations psychologiques.
  • Un griffoire pour se défouler.
  • De l’espace.
  • Des espaces bien définis et éloignés les uns des autres (nourriture, eau, litière, jeux, repos).

3. Respecter sa personnalité

Chaque animal est un individu à part entière. Il a son vécut propre et son caractère. On ne forcera pas un chien tout pataud et doux à devenir chien d’attaque pour la police. Son passé aussi est à prendre en compte. Si vous adoptez un chien qui a été battu ne vous étonnez pas s’il a besoin de temps et de patience pour reprendre confiance en l’humain.

Vous n’aimez pas quand quelqu’un essaye de changer qui vous êtes, ne demandez pas à l’animal d’être quelqu’un qu’il n’est pas. Prenez en compte son individualité et respectez-la, adaptez-vous. Vos relations n’en seront que meilleures !

4. Lui accorder du temps

Vous êtes toute sa vie. Il vous attends, à chacune de vos absences, avec impatience. Tout ce qu’il demande c’est du temps et de l’amour.

Prenez le temps de profiter de moments avec lui. La vie fait qu’on est souvent pressé, entrain de courir pour pouvoir tout faire. Souffler un peu, ça fait du bien, c’est même nécessaire. Accordez 5 minutes de plus à cette balade avec votre chien, faites 5 minutes supplémentaires de caresses à votre chat. Profiter de l’air frais pendant les balades. Lorsque vous partagez un moment avec lui, consacrez-vous entièrement à lui, donnez-lui toute votre attention.

Ces petits instants sont précieux, ils vous permettent de leur montrer que vous les aimez. Ça va renforcer votre lien. S’ils se sentent aimés, tout se passera mieux.

5. Etre patient.e et bienveillant.e

La patience ce n’est pas toujours le plus facile, c’est sur. Mais c’est nécessaire, c’est la clef d’une relation harmonieuse. Parfois on s’exprime mal, on ne leur demande pas des choses assez précise, on ne les laisse pas comprendre correctement ce que l’on veut. Il ne faut pas s’énerver. Prenez une grande respiration et redemandez. S’énerver ne fera qu’empirer les choses. Vous perdez votre self control, vous vous mettez dans une posture de stress et votre animal aussi.

Etre bienveillant.e et demander les choses avec amour et gentillesse donnera envie à votre animal de vous faire plaisir et de faire de son mieux. Parler sèchement et avec violence lui fera peur et nuira à l’objectif recherché.

6. Se remettre en question souvent

Si je reprends l’exemple de Meïko, lorsque la comportementaliste est venue, elle a posé beaucoup de questions sur notre manière de vivre, sur nos habitudes et sur les changements qu’il y a eu. Finalement elle n’a pas posé beaucoup de questions sur Meïko. Nos animaux sont des éponges, ils changent et s’adaptent à nous. Meïko ressentait un manque d’affection, il était perdu. Le fait d’uriner attirait notre attention, et même si cela voulait dire qu’il allait être puni derrière, il préférait ça. J’étais, nous étions (avec mon compagnon), les raisons du changement de comportement de Meïko. Au lieu de faire un état des lieux et de nous poser des questions sur notre implications dans ses bêtises, on a cherché que de son côté. Dans une relation, les deux parties sont impliquées et elles interagissent. Dans ma relation avec mon chien, tout changement de mon côté, implique une réaction du sien. Vos animaux ne sont pas les coupables, bien souvent vous êtes à l’origine du problème. Remettez-vous en question, vous verrez vous comprendrez beaucoup de chose grâce à cela.

7. Apprendre à parler son langage

Quand on ne parle pas la même langue il y a souvent des asymétries d’informations. Bien évidemment on ne parlera jamais la même langue que nos animaux et je suis désolée de vous dire qu’aucun traducteur n’existe actuellement. Pourtant vos animaux vous parlent. Lorsqu’il a faim, vous savez ce qu’il vous demande, quand votre chat veut des papouilles, vous savez ce qu’il demande. Ils communiquent principalement avec leurs postures. Ils ont appris a parler avec nous et à nous faire comprendre leurs intentions et volontés. Observez votre animal plus souvent pour mieux le connaitre.

8. Créer votre routine

La routine c’est rassurant, c’est un petit cadre qu’on s’installe dans la vie de tous les jours.

Les animaux ont besoin de cela pour se sentir mieux et pour avoir un équilibre. Je ne dis pas que vous ne pouvez pas bouleverser ces habitudes de temps en temps, mais dans la vie de tous les jours essayer de leurs laisser leur repère.

Par exemple quand vous vous levez prenez l’habitude de leur faire un câlin de bonjour, de promener le chien peu de temps après et de les nourrir. Essayez comme cela d’instaurer vos petits moments à vous, de définir des minutes consacrés seulement à eux.

9. L’observer et en tirer des leçons

Les animaux ont beaucoup à nous apprendre. Ils sont une vraie leçon de vie, de tolérance et d’amour.

Ils sont :

  • Patients,
  • Ils nous aiment inconditionnellement pour ce que nous sommes,
  • Ils profitent de l’instant présent,
  • Ils restent en silence à nos côtés pour nous aimer,
  • Ils s’émerveillent d’un tout petit rien,
  • Ils aiment les choses simples et pures de la vie,
  • Ils se font des amis partout où ils passent,
  • Ils n’ont pas de préjugés,

Bref, des modèles ! Allez lire l’article  » Mes vies de chien » pour connaitre les leçons à tirer de nos amis poilus.

10. L’aimer comme il/elle est

Ne chercher pas à aimer ce qu’il pourrait devenir ou ce qu’il aurait pu être aimez-le simplement comme il est et pour ce qu’il est. Pas besoin d’un long paragraphe pour expliquer cela.

Voila quelques résolutions, et vous, quelles sont vos résolutions avec vos animaux ?

Mise en avant

Un cadeau sous le sapin pour mon animal

A Nöel 91% des chiens et 89% des chats vont recevoir un cadeau.

Des chiffres qui vous étonnent ? Pas si bizarre que ça, les animaux font partie à part entière de nos familles. Ils partagent notre quotidien et nous aiment fidèlement jour après jour. Pas besoin d’un gros budget pour gâter votre animal, le budget moyen des dépenses est de 5 à 15€ pour un chien et environ 5€ pour un chat. 

Vous avez une tortue, un lapin, un cochon, un cheval ou une poule ? C’est votre fidèle compagnon quand même, pas de jaloux. Il a aussi le droit de fêter Noël après tout ! Allez, maintenant je vous dit tout : Pourquoi c’est une bonne idée de lui offrir un cadeau et quoi lui offrir.

A Nöel 91% des chiens et 89% des chats vont recevoir un cadeau.

Des chiffres qui vous étonnent ? Pas si bizarre que ça, les animaux font partie à part entière de nos familles. Ils partagent notre quotidien et nous aiment fidèlement jour après jour. Pas besoin d’un gros budget pour gâter votre animal, le budget moyen des dépenses est de 5 à 15€ pour un chien et environ 5€ pour un chat.

Vous avez une tortue, un lapin, un cochon, un cheval ou une poule ? C’est votre fidèle compagnon quand même, pas de jaloux. Il a aussi le droit de fêter Noël après tout ! Allez, maintenant je vous dit tout : Pourquoi c’est une bonne idée de lui offrir un cadeau et quoi lui offrir.

 

cadeaux-noel animaux

Pourquoi fêter le Noël de son animal c’est cool !

Toute l’année votre animal est à vos côtés. Lové contre vous pour les uns, fidèlement assis à vos pieds pour les autres. Il a été là dans vos moments les plus durs, vous apportant une affection silencieuse et sans limites. Il a aussi été là pour vous aider à sourire, faisant le pitre pour votre bonheur. C’est votre compagnon de vie.

Même si c’est un anthropomorphisme de dire que les animaux aime recevoir un cadeau à Noël, cela vous fait plaisir. Que souhaite t-il de plus que votre bonheur ? Lui faire un cadeau c’est finalement un peu égoïste si on y pense. Vous vous faites plaisir à travers lui. Evidemment Médor va être fou de sa nouvelle balle, mais vous aussi serez heureux/se de lui lancer et de participer à ses grande partie de jeux. Bien sûr que Moustache va adorer sa nouvelle ficelle à plume, mais cela vous donnera aussi l’occasion de partager des moments complices. Si cela vous fait plaisir de marquer le coup en lui achetant un nouveau panier je ne vois pas en quoi c’est mal !

C’est prouvé, lorsque l’on dépense de l’argent pour autrui la sensation de satisfaction est plus durable que lorsque l’on en dépense pour soi. Votre animal sera heureux de vous voir comblé.e et de pouvoir jouer avec de nouveaux joujoux. Le petit plus : de nouvelles photos magnifiques pour votre compte Instagram. Tout le monde est content !

 

Adopt dont shop

Mauvais plan : Offrir un animal pour Noël.

Acheter un cadeau à son animal pour Noël oui, offrir un animal pour Noël non !
En 2015, 11% des français ont offert un animal, 82 % estiment la pratique choquante.

Un animal n’est pas une chose. On n’achète pas un animal. C’est un lien spécial qui uni un animal et son humain. Vous ne pouvez pas choisir un animal pour quelqu’un, il n’a pas les mêmes feelings que vous. Vous ne savez pas vraiment si la personne est prête à offrir assez de temps, si elle a les ressources pour lui offrir une belle vie, si elle peut s’engager sur du long terme. Un animal ce n’est pas une peluche que l’on abandonne quand on en a marre, ou qu’on laisse dans son jardin par manque de temps. La démarche doit être personnelle.

Si par contre vous vous sentez prêt.e à ouvrir votre foyer à une nouvelle petite âme, allez dans un refuge et trouvez l’élu.e de votre cœur.

N’oubliez jamais, une adoption n’est pas un acte à prendre à la légère. Vous vous engagez à lui offrir la vie la plus belle possible jusqu’à sa mort. Ce n’est pas rien !

 

Cadeaux de noel animaux

Quelles idées cadeaux pour mon animal ?

Le plus important c’est les moments que vous passez avec votre animal. Essayez de trouver un cadeau qui vous rapprochera ou vous permettra de passer du temps ensemble. Si vous n’avez pas beaucoup de temps / de budget / d’idée. Offrez-lui simplement une petite friandise ou faites-lui un petit plat (Cliquez ici pour retrouver notre article sur les glaces pour animaux). Tant qu’il se sentira aimé ça sera parfait.

 

Chien

  • Une baballe. Intérêt : Simple, rigolo, moments à partager. Budget : environ 5€
  • Un jouet kong. Intérêt : Solide, rigolo, l’occupe durant vos absences. Budget : environ 10 / 20€
  • Un super panier tout douillet. Intérêt : Confortable, son espace à lui. Budget : environ 20 / 50€
  • Un tapis de fouille. Intérêt : Peut être fait maison, ludique, travaille son flair. Budget : environ 5 / 10€
  • Un nouveau collier rembourré. Intérêt : Confortable, prévention en cas de fugue.  Budget : environ 10€
  • Une gamelle anti-glouton : Intérêt : Meilleure digestion, réduit la vitesse de prise de nourriture, réduit les risques de retournements d’estomac. Budget : environ 5 / 10€

Chat

  • Arbre à chat multi-fonctions. Intérêt : Rigolo, évite la destruction du mobilier, lui permet de se défouler. Budget : environ 15 / 30€
  • Une cane à pêche à plumes. Intérêt : Rigolo, moments à partager. Budget : environ 5€
  • De l’herbe à chat. Intérêt : Ils en sont fans, réactions inattendues, rigolo, moments à partager. Budget : environ 3€
  • Un hamac radiateur. Intérêt : Confortable, chaud, instagramable. Budget : environ 15€
  • Un carton classique. Intérêt : Simple, rigolo, tellement chat. Budget : 0€
  • Une boule papier toilette. Intérêt : Fait maison, rigolo, écolo, moments à partager. Budget : 0 €

Et pour les autres ?

Lapins, souris, hamster, chinchillas … : Un petit hamac, une station de jeu, un panier douillet, une maisonnette pour se cacher, une boule de nourriture suspendue.

Chevaux, ânes, mules : Une pierre de sel, un gros ballon, une balle accrochée en l’air, un grattoir, une brosse massage.

Cochons, chèvres, moutons, vaches … : Une brosse de massage, un grattoir, une petite ou grosse balle, un nouvel abris, de quoi escalader (surtout pour les chèvres !)

Poules, oies, canards … : Un tapis de fouille pour picorer, un nouvel abris, une structure pour se mettre en hauteur, un jouet à picorer.

Poissons :  De nouvelles cachettes, des plantes, des cailloux, du sable fin à ajouter, une pompe à bulles.

 

Noel animaux

 

Et vous, vous allez offrir un cadeau à votre animal ? Dîtes-nous quoi en commentaire !

 

J’espère que cet article vous a aidé, n’hésitez pas à liker, commenter, partager, me poser vos questions ou bien me dire ce que vous en pensez!

Ne loupez plus aucun info grâce à la Newsletter!

Noëlement votre ♥

Mise en avant

Des cadeaux de Noël éthiques & responsables

Noël est une fête magnifique. C’est l’occasion de se retrouver en famille et de partager ensemble un moment de joie et d’amour. Les lumières brillent dans les yeux et dans les cœurs. Tout le monde fait de son mieux pour rendre chaque Noël inoubliable et magique. Chaque cadeau est choisi pour faire plaisir à l’être aimé. Le choix des présents peut être un moment compliqué. Beaucoup de critères sont à prendre en compte : faire plaisir, être utile, être agréable, être unique, et… pourquoi pas être éthique ?

Dans cet article je vous propose quelques idées cadeaux éthiques et responsables qui respectent la nature et font plaisir. 

Noël est une fête magnifique. C’est l’occasion de se retrouver en famille et de partager ensemble un moment de joie et d’amour. Les lumières brillent dans les yeux et dans les cœurs. Tout le monde fait de son mieux pour rendre chaque Noël inoubliable et magique. Chaque cadeau est choisi pour faire plaisir à l’être aimé. Le choix des présents peut être un moment compliqué. Beaucoup de critères sont à prendre en compte : faire plaisir, être utile, être agréable, être unique, et… pourquoi pas être éthique ?

Dans cet article je vous propose quelques idées cadeaux éthiques et responsables qui respectent la nature et font plaisir.

cadeau-noel-ecolo-responsable-idee

Les idées cadeaux

  • Des cosmétiques solides (savon, shampoing, dentifrice, déodorant, baume à lèvres, rouge à lèvres …)
  • Des ustensiles de cuisine en bambou (couverts, bols, pailles …)
  • Kit pour fabriquer ses cosmétiques maison
  • Des jouets en bois
  • Un panier de produits locaux
  • Des livres inspirants
  • Un séjour en reconnexion avec la nature
  • Un massage bien-être
  • Une plante pour oxygéner sa maison
  • Un sac vegan
  • Des chaussures vegan
  • Un plateau d’aromates
  • Un don à une association
  • Parrainer un enfant
  • Parrainer un animal

 

emballages écologiques

Des emballages écolos

Si on passe en mode écologique, pourquoi ne pas remplacer aussi les papiers cadeaux. Ils polluent et en plus ils coûtent cher ! Rien de compliqué pour faire original et joli.

  1. Le mettre dans un totebag en coton bio >> Joli, réutilisable, deux cadeaux en un !
  2. Avec du papier journal et des fils >> Effet old school garanti, écolo et pas cher.
  3. Dans un tissus que vous n’utilisez plus >> Donnez une seconde vie à vos fonds de placards.
  4. Des rouleaux de papiers toilettes peints >> Plus de dispute parce que votre moitié (ou colocataire) a oublié de jeter le PQ ! Ça convient surtout pour les petites choses comme les bijoux.
  5. Une boite à chaussure ou un carton à l’abandon >> Pour les gros cadeaux, pas mal pour tout ce qui est fragile.

sites cadeaux écolo éthiques

Quelques sites sympas de cadeaux écolo-éthiques

Un peu de tout : Hakuna Taka

Encore un peu de tout : Ecosapiens

Du mobilier, des ustensiles et des pièces de tissus : Ekobo

Des cosmétiques : Lamazuna

Les sacs vegans : Colibri

Pour des chaussures, sacs et accessoires vegans : Vegan France

Chaussures vegans : Good guys

Asso sympa à qui faire un don : Action contre la faim

Asso sympa à qui faire un don 2 : Les restos du coeur

Asso sympa à qui faire un don 3 : WWF

Asso sympa à qui faire un don 4 : Sea Sheperd

Asso sympa à qui faire un don 5 : L214

Parrainer un enfant : Plan international

Parrainer un animal 1 : Fondation assistance aux animaux

Parrainer un animal 2 : SPA

Parrainer un animal rescapé d’abattoir : Refuge Groin Groin

Se faire masser : Balinéa

 

Mise en avant

3 habitudes pour être zen au quotidien avec mes animaux

Les animaux c’est un peu comme des enfants. Vous avez la responsabilité de ces petits êtres innocents . Vous devez faire attention à leur santé, leur bonheur, leur éducation.. Bref, un sacré boulot ! Toutes ces responsabilités, ça peut vite devenir stressant. Je vais essayer de vous donner mes « tips » pour devenir l’humain.e le/la plus cool du monde !

Aujourd’hui je vous propose un article un petit peu différent de d’habitude. Je participe à l’événement “3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien” du blog Habitudes Zen, un blog que je vous conseille de visiter. J’ai entre autres beaucoup apprécié l’article : 10 bonnes habitudes pour passer d’excellentes journées.

Ici, on apprend à mieux vivre avec les animaux, je vous propose donc de découvrir mes 3 habitudes pour être zen au quotidien avec mes animaux.

Les animaux c’est un peu comme des enfants. Vous avez la responsabilité de ces petits êtres innocents (oui oui, même votre chat diabolique). Vous devez faire attention à leur santé, leur bonheur, leur éducation.. Bref, un sacré boulot ! Toutes ces responsabilités, ça peut vite devenir stressant. Je vais essayer de vous donner mes « tips » pour devenir le/la maître/sse le/la plus cool du monde !

Habitudes zen animaux

S’organiser

Un petit mot tout bête et qui a pourtant tant d’importance. Ce n’est pas forcément la chose que vous avez le plus envie de faire. Pas super alléchant dit comme ça, et pourtant !

Pourquoi s’organiser

Vous avez tout intérêt à bien vous organiser pour réduire considérablement votre stress. Évidemment, des imprévus peuvent se glisser dans votre agenda, mais si vous maîtrisez tout le reste, vous réduirez les dégâts. Une bonne organisation vous permettra aussi d’avoir une visibilité sur les choses à faire et de ne pas être dépassé.e par les événements. Par exemple, si vous ne faites pas attention à votre stock de croquettes, vous risquez de vous retrouver sans nourriture. Vous allez donc être stressé.e parce qu’il faut bien que votre boule de poils mange, et vous allez courir acheter le premier paquet disponible. Ce n’est pas bon pour vous parce que vous auriez pu profiter de votre fin de journée tranquillement avec Félix où Rex. Et ce n’est pas bon pour lui, parce qu’il risque de se retrouver avec un paquet bas de gamme, faible en termes de nutriments, et qu’il digèrera mal (vous n’avez pas eu le temps de l’habituer progressivement aux nouvelles croquettes).

Dans cet exemple l’imprévu n’est pas bien grave. Imaginons maintenant que vous êtes en voyage et que votre chien fait un retournement d’estomac. Si vous n’avez pas regardé avant les vétérinaires à proximité, le temps que vous cherchiez, cela pourrait lui être fatal. Par extrapolation, l’organisation peut parfois être une question de vie ou de mort ! Bon, n’exagérons rien mais organisons-nous !

Comment s’organiser

    • Faites une to-do list >> Notez toutes les choses que vous devez faire prochainement pour ne rien oublier. Accrochez-là dans un endroit visible et mettez-là régulièrement à jour.
    • Notez les RDV importants ou les renouvellements de stocks dans votre agenda >> Vous n’oublierez plus de refaire les vaccins, de remettre de l’antiparasitaire ou d’acheter des croquettes.
    • Utilisez les alertes >> Notez tout dans Google Agenda (ou n’importe quel autre agenda électronique) et installez des alertes. Vous recevrez une notification de rappel. Certains vétérinaires proposent aussi de vous envoyer des mails de rappels pour les dates de vaccins et d’application d’antiparasitaires.
    • Automatisez >> Pour la nourriture par exemple, certains sites proposent de vous livrer mensuellement la portion adaptée à votre animal. Plus besoin de se prendre la tête à stocker ou estimer quand le paquet sera fini.
    • Mettez son carnet à jour >> Le carnet de santé de votre animal doit toujours être à jour et contenir toutes les informations dont vous ou le vétérinaire pouvez avoir besoin. Cela vous évitera de perdre ces papiers, et vous permettrez au vétérinaire un meilleur suivi.
    • Gérez les déplacements >> Renseignez-vous sur les vétérinaires de garde à proximité en cas d’urgence. Emmenez toujours une trousse de secours avec vous et pensez au carnet de santé. Faites une petite liste de voyage pour ne rien oublier et voyager en toute sérénité (Ex : nourriture, collier, laisse, litière…)
    • Connaître les numéros utiles >> Faites-vous une petite feuille avec les numéros et adresses utiles : urgences vétérinaires, centre anti-poison.
  • Installez une routine >> Une petite routine permet à votre cerveau de ne pas dépenser autant d’énergie que si vous modifiez votre schéma quotidien à chaque fois. Cela vous rassurera et votre animal aussi.

Habitudes zen animaux

Prendre l’air

Après une journée difficile, notre premier réflexe est souvent de nous étaler sur le canapé et d’allumer la télé pour nous « vider la tête » (on la remplit juste de bêtises en fait).

Sauf que nos animaux ont eu, eux aussi une journée « difficile », toutes nos absences sont difficiles à vivre pour eux, lorsque nous rentrons enfin ils veulent profiter de nous.

Pourquoi ne pas se faire du bien à tous les deux. Sortez, prenez l’air. Respirez à pleins poumons. Il n’est pas question de partir à la conquête de l’Everest ou de courir un marathon. Juste, sortez.  Prenez le temps de marcher, de partager un moment de complicité avec votre animal.

Ce qui paraît être une « simple promenade » a des effets spectaculaires. Baisse du stress, de la pression artérielle, renforcement du système immunitaire. Vous aurez aussi moins de mal à vous endormir, vous aurez plus d’énergie. La nature est une vraie source de bonheur et de bien-être. Un vrai médicament que vous pouvez vous auto-prescrire sans contre-indication ni limite d’utilisation. Et en plus c’est gratuit !

Votre animal pourra lui aussi profiter de ce moment de communion avec mère-nature et en ressortira mieux dans ses papattes. Il pourra renifler partout, courir, jouer, profiter de ce moment de liberté. Du coup, en rentrant à la maison il sera plus calme, plus zen, et vous vous sentirez mieux tous les deux.

Ronronthérapie - Habitudes zen animaux

Pratiquer la ronronthérapie

Ou la toutouthérapie, ou toute autre thérapie maison impliquant une petite boule de poils ou d’écailles trop mignonne.

En gros, passez du temps avec votre animal. Montrez-lui que vous l’aimez, laissez-vous aller à des confidences, à des sessions papouilles sans fin.

C’est scientifique : les animaux nous font du bien. Ils ne nous jugent pas, ils nous acceptent juste comme nous sommes, avec tous nos défauts et toutes nos qualités. Ils nous prennent dans notre entièreté et nous aident à nous sentir mieux. Ils sont bienveillants et nous permettent de nous accepter et de gagner en confiance.

Qui, après une rude journée, ne s’est jamais mis à parler de tout et de rien avec son animal ? Certes, on ne se sent pas vraiment malin à faire ça, et pourtant ça nous fait tellement de bien. Pouvoir juste vider son sac, être écouté.e. Voilà le pouvoir magique de ces petits moments complices avec nos animaux. Et encore une fois, les bénéfices sont partagés. Une bonne séance de papouilles réduit donc votre stress, augmente votre bonheur et votre confiance en vous. Bonus spécial, votre animal se sent aimé et vous le rendra au centuple.

Qui a dit qu’il fallait payer pour être heureux et moins stressé ?

Quelles sont vos habitudes zen ? Dites-nous tout en commentaire  !

Mise en avant

Pourquoi les vegans ont tout faux – Un pamphlet sans arguments

Comment trois cerveaux réputés comme « brillants » ont pu écrire un ramassis de conneries pareil. Les arguments sont fallacieux, bêtes, fondés seulement sur leurs à priori et pleins de jugements. Je ne m’attendais clairement pas à quelque chose d’aussi nul. Bref revenons sur ce torchon pour démonter arguments après arguments.

Grande fan d’apéro j’en fais tous les mardis et jeudis après mon sport. Mes ami.e.s sont très ouvert.e.s à mon régime alimentaire (végétarien) et adaptent même parfois ce qu’elles ramène pour que je puisse goûter. Nous avons souvent des échanges intéressants, cette  fois-ci le débat portait sur le véganisme. Suite à cela ma partenaire d’apéro m’a envoyé cet article de Libération, intitulé : Pourquoi les vegans ont tout faux.

Je ne l’ai lu qu’il y a peu, et je me suis demandé comment trois cerveaux réputés comme « brillants » ont pu écrire un ramassis de conneries pareil. J’ai essayé de trouver des mots moins forts mais je n’ai pas pu. Les arguments sont fallacieux, bêtes, fondés seulement sur leurs à priori et pleins de jugements. Je ne m’attendais clairement pas à quelque chose d’aussi nul. Bref revenons sur ce torchon pour démonter arguments après arguments.

Veganisme
Même l’image est stéréotypée et donne une image mauvaise des vegans.

« L’article » – ou le torchon

Par Paul Ariès, politologue Frédéric Denhez, journaliste, chroniqueur («CO2 mon amour» sur France Inter) et Jocelyne Porcher, sociologue, directrice de recherches à l’Inra

Ils prônent une rupture totale avec le monde animal (1), alors que manger de la viande a toujours fait partie de l’histoire humaine (2), un moment essentiel de partage (3). Cette relation doit reposer sur un élevage raisonné et bio, respectueux des sols (4) et des terroirs. La meilleure façon d’échapper à l’alimentation industrielle.(5)

2. Manger de la viande à toujours fait partie de l’histoire humaine : Faire appel à la tradition n’est en aucun cas un argument. La tradition fait que la femme n’est pas l’égale de l’homme. La tradition veut que la corrida soit encore acceptée alors que c’est ignoble et sadique. La tradition a rendu de nombreux peuples esclaves ou asservis. Pourtant nous avons abolit l’esclavage, nous tentons d’abolir le sexisme et le racisme, beaucoup (la majorité des gens) sont contre la corrida. Alors je ne comprends pas la légitimité de cet argument.
3. Manger de la viande est un moment essentiel de partage : Je suis tout à fait d’accord pour dire que l’art de la table est convivial et permet un moment de partage. Cependant l’art de la table n’inclut pas nécessairement la mort. On peut tout à fait partager un délicieux repas sans qu’il n’inclut des produits issus d’animaux. J’ai plusieurs fois convié des amis et de la famille autour de plats végétariens ou végétaliens que j’ai cuisiné (pâtes bolgnaise vegan, burritos végétariens, lasagnes aux épinards..). Le fait qu’il n’y ait pas de viande n’a pas rendu le repas moins convivial, au contraire. Ils ont découverts de nouvelles saveurs et nous avons échangé des astuces végé’. Ils se sont même lancés le défis de me cuisiner des petits plats sans viande !
4. Un élevage raisonné, bio, respectueux des sols : Connaissent-ils réellement leur sujet ? Savent-ils à quel point l’élevage pollue les sols et les détruits ? Et si on regardait le nitrate qui infiltre le sol et l’eau ? Le CO2 rejeté ? Avec la population grandissante il me semble utopique de parler d’élevage raisonné, on va rechercher de plus en plus la quantité et la productivité. Bio ne change rien à la maltraitance animale, comme de nombreuses vidéos L214 l’ont prouvé. Les animaux souffrent et sont effrayés comme partout..
5. La meilleure façon d’échapper à l’alimentation industrielle c’est le raisonné et le bio : Non c’est de boycotter l’alimentation industrielle. Choisir les industriels que l’ont soutient ou non. Ils existent parce que nous achetons pas l’inverse. A nous de voter avec notre argent de manière consciente et intelligente.
Pourquoi les vegans ont tout faux

Ils sont peu nombreux, mais ils ont une audience impressionnante. Comme ce qu’ils disent semble frappé au coin du bon sens, celui de l’émotionnel et d’une morale binaire, le bien, le mal, c’est que ça doit être vrai. D’où le succès de la propagande végane, version politique et extrémiste de l’abolitionnisme de l’élevage et de la viande, que l’on mesure simplement : aujourd’hui, les opinions contraires, pourtant majoritaires, doivent se justifier par rapport à elle. Nous dénonçons d’autant plus le mauvais coup que porte le véganisme à notre mode de vie, à l’agriculture, à nos relations aux animaux (1) et même aux courants végétariens traditionnels, que nous sommes convaincus de la nécessité d’en finir au plus vite avec les conditions imposées par les systèmes industriels et d’aller vers une alimentation relocalisée, préservant la biodiversité et le paysan, moins carnée, aussi. L’Occident et les riches des pays du Sud consomment trop de viandes, et surtout de la mauvaise viande. Au Nord comme au Sud, les systèmes industriels ont changé l’animal en machine à transformer la cellulose des plantes en protéines bon marché pour le plus grand profit des multinationales et au détriment des paysans, des consommateurs, des sols, de l’eau et des animaux. (2) Le bilan sanitaire et écologique de ces rapports de travail indignes aux animaux est tout aussi mauvais que celui du reste de l’agriculture productiviste : on empoisonne les consommateurs avec de la mauvaise viande, de mauvais légumes et fruits, en dégradant l’environnement et la condition paysanne. Ceci étant dit, regardons un peu les arguments avancés par les végans.

Réponse 

1.Mauvais coup que porte la cause vegane à l’agriculture, au mode de vie et à la relation aux animaux : Les vegans veulent rétablir la vérité. Montrer des pubs d’animaux s’ébrouant librement et profitant d’un bain de soleil dans un champs rempli de marguerites est faux. C’est donc rétablir le rapport véritable que nous avons avec les animaux aujourd’hui. C’est créer les bases d’un rapport sain ou les animaux ne sont pas des steaks ni des machines. 96 % des porcs et 68 % des volailles sont élevés de manière intensive, ces chiffres augmentent chaque année dans le monde. On ne tends pas vers une amélioration mais une intensification. L’agriculture paysanne des spots TV est alors une magnifique « propagande » pour reprendre les termes de l’article.. Le but n’est pas de s’opposer aux paysans mais de leur trouver de nouveaux moyens de vivre dignement et sans meurtres. Le but n’est pas de nuire à un mode de vie mais de montrer sur quoi repose notre mode de vie actuelle : du mensonge et de la manipulation.

2. Animal transformé en machine : C’est aussi ce que la cause vegane défend. L’animal ne doit pas être une machine utilisée pour générer du profit aux dépends des consommateurs, des paysans et de l’environnement. Mais cette utilisation de l’animal-machine n’a t-elle pas été révélée par les vidéos L214 entre autre ?

 

vegan-sauve-des-vies

Les végans vont sauver les animaux

Depuis douze mille ans, nous travaillons et vivons avec des animaux parce que nous avons des intérêts respectifs à vivre ensemble plutôt que séparés (1). Les animaux domestiques ne sont plus, et depuis longtemps, des animaux «naturels» (2). Ils sont partie prenante du monde humain autant que de leur propre monde (3). Et, grâce au travail que nous réalisons ensemble, ils ont acquis une seconde nature qui fait qu’ils nous comprennent, bien mieux sans doute que nous les comprenons (4). Ainsi est-il probable qu’ils ne demandent pas à être «libérés». Ils ne demandent pas à retourner à la sauvagerie. Ils ne demandent pas à être stérilisés afin de peu à peu disparaître, ainsi que le réclament certains végans. Ils demandent à vivre avec nous, et nous avec eux, ils demandent à vivre une existence intéressante, intelligente et digne. (5)

Réponse

Ok je vous avoue que sur ce paragraphe j’ai failli m’étouffer. Bref restons sérieux et remettons en place ces soit-disant intellectuels.

1. Des intérêts respectifs à travailler ensemble plutôt que séparés : Brian Fagan dans son livre : La grande histoire de ce que nous devons aux animaux, nous raconte que les chiens et les chats se seraient rapprochés des hommes par intérêts. Mais pour les autres, ils ont clairement été exploités par l’homme et pour l’homme. Il n’y a pas de « travail ensemble » il n’y a que l’homme qui fait « travailler » les animaux pour lui. C’est une vision anthropomorphiste de dire que les animaux ont un travail. C’est un travail de mourir ? Bref, les animaux auraient tout intérêt à vivre une vie de liberté et de mourir naturellement aussi vieux que possible, plutôt que de (sur)vivre entassés dans des conditions insalubres en attendant de mourir dans la terreur.

2. Les animaux domestiques ne sont plus des animaux « naturels » : Avant d’être domestiqués, tous les animaux étaient sauvages, c’est-à-dire libres et indépendants de l’homme. L’animal sauvage se reproduit et se procure de la nourriture en suivant son seul instinct. Il est soumis à la sélection naturelle de la vie sauvage. La seule différence avec l’animal sauvage est que l’animal domestique est rendu dépendant par et pour l’homme. Qu’il est nourrit par l’homme, élevé par l’homme (dans le sens élevage et non élevé dans le sens « spirituel » du terme bien sur). Les animaux domestiques ne sont plus « naturels » parce que les sélections génétiques pour plus de rendements les ont soustrait à la nature. Pourtant les animaux domestiques peuvent redevenir sauvages. La domestication n’est qu’un état temporaire, s’il se débarrasse de l’homme, l’animal n’est alors plus domestique. Les chats par exemple peuvent redevenir totalement sauvages même s’ils ont été des chats de famille au début.

3. Ils sont parties prenantes du monde humain autant que de leur propre monde : Quel est leur propre monde ? Qu’est-ce que nous ne leur avons pas déjà pris ? Les seuls endroits où nous « tolérons » les animaux sont les zoos, les sanctuaires, dans les élevages, chez nous, pour le sport… et.. c’est tout. Oui rien de très naturel à part les sanctuaires mais c’est quand même « cloisonné ».. Ils n’ont plus d’espaces à eux. On les chassent dans leurs terriers, on détruits leurs forêts, on coupe leurs arbres, on les soustraits à la nature, on les capture en pleine mer devant leurs familles… Ils n’ont plus de monde.. Les terres et les mers, même les cieux sont la propriété auto-proclamée de l’homme…

4. Nous travaillons avec les animaux et ils nous comprennent plus que nous les comprenons : Il faut modifier la tournure de phrase : Nous exploitons les animaux. Effectivement ils nous comprennent bien plus car ils se sont adaptés à nous grâce à leur profonde empathie. Nous ne savons pas les écouter et nous ne voulons pas voir leur détresse. Nous ne savons pas faire preuve d’autant de capacité à comprendre l’autre qu’eux. Pourtant ils nous parlent.. à leur manière.

5. Ils ne demandent pas à être libérés : J’ai eu envie de pleurer en lisant ça. Réellement. J’ai envie d’hurler tellement ils sont stupides.. Commençons par changer le mot « animaux » par « colonisés » comme le conseille Démos Kartos (vidéo plus bas). Cela donne : Il est probable que les colonisés ne demandent pas à être «libérés». Ils ne demandent pas à retourner à la sauvagerie. Ils ne demandent pas à être stérilisés afin de peu à peu disparaître, ainsi que le réclament certains végans. Ils demandent à vivre avec nous, et nous avec eux, ils demandent à vivre une existence intéressante, intelligente et digne.
Horrible n’est-ce pas ? On justifie l’oppression des minorités par le fait de donner un « sens » à leur vie. Et quelle vie on leur offre .. Les animaux qui finissent à l’abattoir trouvent-ils un intérêt commun aux nôtres ? Quasiment tous ont été élevés dans des conditions horribles, sans liberté de mouvement, en ayant subi des mutilations à vif dès le plus jeune âge. Une fois bien gras ou moins productifs, on ne pense qu’à satisfaire nos estomacs. Un cochon est tué à 6 mois alors qu’il aurait pu vivre 15 ans, doit-il vraiment nous dire merci ? Une poule pondeuse tué à 2 ans parce qu’elle est moins productive est-elle heureuse de son sort ? Une existence intéressante serait une vie riche d’expériences, de sorties, une vie en plein air, une vie de respect et de dignité.

viande vegan

 

Le véganisme va nous sauver de la famine

Jusqu’à il y a peu, rappelons-le, les hommes et les femmes mouraient vite de trois causes possibles : les maladies infectieuses, la guerre et la faim. Or, depuis la fin du XVIIIe siècle, dans nos pays européens, et depuis les années 60 dans l’ensemble du monde, il n’existe plus de famines liées à un manque de ressources. Quel progrès ! Les famines qui adviennent sont des armes politiques. Quand des gens meurent de faim quelque part, c’est parce que d’autres l’ont décidé. On ne voit pas en quoi le véganisme changerait quoi que ce soit à cette réalité. (1)

Réponse

1. On ne voit pas en quoi le véganisme changerait quoi que ce soit : Nous avons-là un spécialiste qui ne comprend rien. Nous allons donc devoir lui expliquer. 800 millions de personnes meurent de faim dans le monde, les 3/4 des terres agricoles de la planète sont destinées au bétail (élevage ou production d’aliments pour le bétail), il faut entre 3 et 13 calories végétales pour 1 seule calorie animale. Pour aller jusqu’au bout de la logique il faut donc moins de ressources et d’espaces pour nourrir un vegan qu’un omnivore > CQFD le régime vegan permet d’éviter les famines, en tout cas de libérer des ressources pour cultiver. Les vegans ne peuvent résoudre tous les problèmes géopolitiques, il est vrai, mais d’après l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), si les pays riches et émergents divisaient par deux leur consommation de viande, la ration calorique des habitants des pays en développement pourrait augmenter. Cela ferait qu’au moins 2,2 millions d’enfants pourraient échapper à la malnutrition chronique. Un beau chiffre tout de même non ? La population mondiale ne cesse de s’accroître et l’alimentation végétale serait le seul moyen de nourrir l’humanité.

vegan tout faux

 

Le véganisme va sauver l’agriculture

Ce serait même exactement l’inverse. Si les famines ont disparu de notre sol, c’est parce que le XVIIIe siècle a connu la plus grande révolution agricole après celle de son invention : l’agronomie. Et la polyculture-élevage, pourvoyeuse de ce qui se fait de mieux pour nourrir un sol, le fumier. (1) Une des meilleures idées que l’homme ait jamais eue. Quant à l’industrialisation de l’élevage, elle n’est pas née après la Seconde Guerre mondiale avec le productivisme agricole. Elle a été pensée bien en amont, au milieu du XIXe siècle avec le développement du capitalisme industriel. Les animaux sont alors devenus des machines dont la seule utilité est de générer des profits, aux dépens des paysans et de l’environnement.

1. La polyculture-élevage est ce qui se fait de mieux pour le sol : Non ce sont les tracteurs et autres méga-machines qui font la productivité des champs et non les paisibles troupeaux de vaches et de moutons. L’extrême pénibilité du travail dans les élevages et les abattoirs est établie; le taux de suicide est près de 20% plus élevé chez les agriculteurs que dans le reste de la population. Tout cela tient faiblement grâce aux subventions publiques, un pansement qui n’aide pas à soigner. Il faut penser à la reconversion des éleveurs au lieu de se battre pour sortir la tête de l’eau.

 

vegan-bio-alimentation-saine-legumes-aperitif-c11345-0@1x

 

Le véganisme va sauver notre alimentation

Le véganisme propose de se passer des animaux, pour les sauver. Retour à la case départ : l’agriculture sans élevage, c’est l’agriculture famineuse parce qu’elle épuise les sols. Ce sont des rendements ridicules pour un travail de forçat car le compost de légumes est bien moins efficace pour faire pousser des légumes que le fumier animal. (1) A moins de forcer le sol par de la chimie, évidemment. Et de labourer bien profondément. Mais, dans ce cas, on abîme les sols, en désorganisant l’écosystème qu’il est en réalité.

Réponse 

1. Le compost de légume est moins efficace que l’animal, nous avons besoin des animaux pour leurs excréments : Donc il faut tuer juste pour avoir du compost maintenant.. Si on veut du bon compost on peut noter qu’on est 7 milliards d’être humains sur la planète, on produit plus de 556 milliards de kilos d’excréments par an. N’y a-t-il pas là matière à faire du compost ? Écologique en plus ! De plus, le but des vegans n’est pas de faire disparaître les animaux.. Soyons aussi réaliste et prenons des faits, de nombreux sols ont été détruits par l’épandage massif de lisiers en Bretagne. Des terres agricoles du nord de la France, lessivées à force de labours trop profonds. Les déjections de porcs d’élevages intensifs ont causés des invasions des algues vertes sur les côtés françaises,coûtant plusieurs centaines de millions d’euros à l’État.

 

sante-Fotolia_78908155_L.jpg

Le véganisme sauvera notre santé

Tuer l’animal, c’est mal, manger de la viande, c’est destructeur. Car les études montrent que la consommation de viandes est corrélée au cancer. Sauf que ces études ont été principalement menées aux Etats-Unis et en Chine, où l’on consomme bien plus de viande, encore plus gavée d’hormones et d’antibiotiques, encore plus transformée. (1) Quant aux études démontrant la longévité supérieure des végétariens qui – rappelons-le – consomment des produits animaux, lait et œufs, et dépendent donc de l’élevage, elles sont biaisées par le constat que ces publics consomment aussi très peu de produits transformés, peu de sucres, ils font du sport, boivent peu, ils ont une bonne assurance sociale, etc. Quelle est la responsabilité des légumes dans leur bonne santé ? Difficile à dire ! (2) Ce qui importe, c’est le régime alimentaire et le mode de vie équilibrés. En comparaison, manger végan, l’absolu des régimes «sans», c’est se condamner à ingurgiter beaucoup de produits transformés, c’est-à-dire des assemblages de molécules pour mimer ce qu’on a supprimé (3). Sans omettre d’ajouter la précieuse vitamine B12 à son alimentation (4).  Car sans elle, comme le montrent de nombreux témoignages d’ex-végans, ce régime ultra-sans détruit irrémédiablement la santé, à commencer par celle de l’esprit. (5)

Réponse 

1. Les études sont surtout faites sur la Chine et les USA : Le rapport de l’OMS 2015 dit clairement que la viande rouge de manière générale (partout) est cancérigène et qu’un régime végétarien est meilleur pour la santé.

2. Quelle est la responsabilité des légumes dans la bonne santé : Ils admettent que les végétariens vivent plus longtemps et ont un mode de vie sain (notamment grâce au fait qu’ils ne consomment pas de viande). On peut donc ne pas manger de viande et très bien se porter.

3. Manger vegan c’est manger beaucoup de produits transformés pour mimer ce qu’on a supprimé : Non. Non. Non. C’est élargir son alimentation en découvrant de nouveaux produits, de nouvelles saveurs. Ce sont généralement les personnes en pleine transition alimentaire vers le veganisme qui choisissent du simili-carné. Et ce n’est pas forcément de mauvais produits, bien au contraire.

4. Le vegan doit prendre de la B12 : La vitamine B12 est aussi ajoutée à la ration des animaux d’élevage, tout comme celle des comprimés pour végétariens, produite industriellement par fermentation, généralement à l’aide de bactéries génétiquement modifiées. Il s’agit de la même B12, produite dans les mêmes usines. Les animaux l’absorbent, l’utilisent et la stockent dans leur chair sans la transformer. Les molécules de B12 que les mangeurs de viande prennent « tout naturellement » dans leur « alimentation qui se suffit » n’ont fait que passer par le corps de l’animal. Leur origine est la même que celles que prennent les végétariens dans leurs comprimés. En somme : les végétariens prennent de la B12 fabriquée dans des usines et emballée dans des comprimés. Les personnes qui mangent de la viande, tout au contraire, prennent de la B12 fabriquée dans des usines et emballée dans des animaux.

5. Ce régime ultra-sans nuit à la santé et à l’esprit : Donc c’est presque insinuer que les vegans sont stupides.. D’accord, on va essayer de passer outre. Donc vivre et manger en fonction de ses convictions profondes et être en accord avec ce que l’on pense nuit à la santé et à l’esprit ? Je ne pense pas. Au contraire. Beaucoup de vegan se portent bien mieux que les carnistes. Ce n’est pas un régime sans, c’est un régime avec de nouveaux aliments.

vegan environnement

Le véganisme va sauver l’écologie

Avec ce retour au naturel, l’écologie est sauvée. Et bien non. Car ayant expulsé les animaux domestiques, il n’y a plus rien pour maintenir les paysages ouverts, ceux des prairies, des zones humides, des montagnes et des bocages. Sauf à obliger chômeurs, prisonniers et clochards à faucher et à couper les herbes, ou à produire des robots brouteurs. Les vaches et moutons sont les garants de l’extraordinaire diversité paysagère qui fait la France, qui est aussi celle de notre assiette. (1) Les animaux et leurs éleveurs sont les premiers aménageurs du territoire.

Réponse

1. Sans les animaux, comment maintenir les espaces en bon état : Donc les animaux ne peuvent pas vivre en paix dans ces espaces pour simplement brouter sans être nécessairement tués ? Les vegans ne vont pas demander la fermeture des éco-paturages car cela fonctionne grâce aux services éco-systématiques rendus par les bêtes. Rappelons aussi que quantitativement parlant ces modèles sont extrêmement minoritaires (voir inexistants) et sont combattus par les grandes firmes.

vegan hero

 

Le véganisme est une position politique émancipatrice

Non, contrairement à ce que croient de nombreux jeunes, fiers de dire «je suis végan», comme s’ils participaient à une action révolutionnaire, ou si leurs actions contre les abattoirs ou les paysans vendant leurs fromages sur les marchés relevaient de la résistance à l’ordre établi, le véganisme ne participe pas à l’émancipation des animaux et encore moins à celle des humains. Au contraire, en défendant une agriculture sans élevage et un monde sans animaux domestiques, c’est-à-dire sans vaches, ni chevaux, ni chiens, ce mouvement nous met encore plus dans les serres des multinationales et accroît notre dépendance alimentaire et notre aliénation. Les théoriciens et militants végans ne sont pas des révolutionnaires, ils sont, au contraire, clairement les idiots utiles du capitalisme. (1)

Réponse

1. Les vegans sont des idiots utiles du capitalisme : Qui a-t-il de plus capitaliste qu’un système qui utilise humains et animaux comme des machines ? Le système actuel que personne ne combat réellement, à part des minorités jugées par méconnaissance. Les termes « Idiots utiles du capitalisme » sont forts, dénigrants et mauvais. Dans un débat, lorsqu’on en arrivent à dénigrer l’autre par de tels mots c’est finalement qu’on n’a plus d’arguments intéressants. Les vegans prônent le retour des petits producteurs locaux, veulent une reconnexion à la nature. Ils ne consomment pas de produits provenant d’entreprises faisant du profit leur but ultime. Les vegans sont de profonds humanistes et animalistes. Ils veulent le bien-être, le bien-vivre et le respect du vivant. C’est vraiment mal connaitre le sujet. C’est même ne pas s’être renseigné du tout que de dire cela. Le but est de consommer bien, en toute conscience et en faisant au mieux pour tous. Ils ne vont pas exemple pas consommer de produits, même vegan, si c’est une entreprise du groupe Monsento, parce que le groupe en lui même est néfaste. Chaque euros que nous dépensons nous sert à voter. Notre argent est notre pouvoir de vote. Notre pouvoir de choisir ce que l’on soutient ou pas, de choisir le monde de demain. Donc non, les « idiots utiles du capitalisme » sont ceux qui ont écrits ces mots, car ils défendent ce système en dénigrant une minorité qui lutte contre le capitalisme.

vegan food

Le véganisme est l’ambassadeur de l’industrie 4.0

Le grand danger de ce début du XXIe siècle est bien l’invention d’une agriculture sans élevage. On ne compte plus les investissements et brevets déposés pour produire de la «viande» en cultivant en laboratoire des cellules musculaires de poulet, de bœuf ou de porc ou produire du lait et des œufs à partir de levures OGM. (1) Les promoteurs de cette agriculture cellulaire se recrutent au sein des grandes firmes (Gafa, milliardaires et fonds d’investissements puissants). Les premières viandes artificielles pourraient être introduites sur le marché sous forme de carpaccio avant que soient commercialisés avant dix ans de «vrais-faux» morceaux produits in vitro. Des amas de protéines qui auront poussé à grands jets d’hormones pour favoriser la croissance et d’antibiotiques pour éviter les contaminations.

Réponse 

1. Le grand danger de ce début de XXIè siècle est l’invention d’une agriculture sans élevage qui produit de la viande de laboratoire : Remettons les choses en place, l’industrialisation à vu l’avènement des laboratoires, des expérimentations et des recherches pour augmenter le rendements autant que possible. Cela a mené à de nombreuses dérives aujourd’hui acceptées, comme l’insémination artificielle des vaches, les OGM, les nouvelles races d’animaux de rentes qui produisent plus… Cela a aussi mené à la généralisation des monocultures à perte de vue. Ces mêmes personnes vont vers la culture de viande pour répondre aux besoins des consommateurs parce que le modèle actuel de production n’est pas soutenable. Les vegans ne cherchent pas à manger de la viande artificielle puisqu’on peut vivre sans manger de viande.

etre_vegan_sauver_le_monde

En vérité, le véganisme ne va pas nous sauver

Le véganisme est dangereux. Il participe à la rupture programmée de nos liens avec les animaux domestiques (1). Il menace de nous condamner à la disette en nous ramenant à l’agriculture prédatrice des temps anciens. Il menace de ruiner les pratiques alternatives, comme le bio, en annihilant la polyculture-élevage qui est son fondement. Il menace de nous condamner à dépendre d’une alimentation industrielle 4.0. Il menace d’uniformiser nos paysages. Il menace paradoxalement de nous faire perdre notre humanité incarnée et notre animalité en nous coupant des réalités naturelles par des zoos virtuels, des paysages transformés en sanctuaires, avec des chiens et chats remplacés par des robots. (2) Le véganisme est l’allié objectif d’une menace plus grande encore. Car, après tout, la meilleure façon de ne plus abîmer la nature est de s’en couper totalement. De s’enfermer dans des villes, alimentées par des flux de molécules et des flux de données. Plus de sale, plus de propre, que de l’esprit sain tourné vers une morale ultime, l’amélioration de l’homme par son isolement total de la nature que l’on ne peut maîtriser et qui nous renvoie sans cesse à notre animalité. Oui, véganisme rime avec transhumanisme.

Un monde terrifiant. La consommation de la viande a introduit, dès la préhistoire, l’obligation du partage, l’invention de la logique du don et du contre-don car un chasseur ne consomme jamais son propre gibier. Don et contre-don sont aussi au fondement de nos rapports sociaux avec les animaux. Donner – recevoir – rendre est le triptyque de nos liens. Que sera l’humanité sans cet échange fondamental ?

Réponse

Bon je ne vais pas re-répondre à tous les arguments car je l’ai déjà fait plus haut. Mais continuons à corriger leur ramassis de bêtises (pour ne pas dire conneries).

1. Les vegans participent à la rupture programmée avec la nature : Donc c’est être en phase avec la nature et les animaux de les manger ? Un steak est-il encore un animal ? C’est être en accord avec l’animal encore une fois de le maltraiter, le séquestrer, le priver de ses besoins primaires et naturels ? Nos enfants doivent-ils découvrir les animaux aux travers de grilles, ou forcés à faire des tours ridicules ? Doivent-ils, pour être en accord avec la nature, toujours la dominer ? En disant cela ces trois « cerveaux » prouvent encore une fois qu’ils n’y connaissent rien. Que leur discours est creux, et n’est habillé dans ce dernier paragraphe, que par des tournures de phrases prétentieuses. Ils ne comprennent pas (ou ne cherchent pas à comprendre) la dimension antispéciste du mouvement vegan. Ce mouvement ne cherche pas à couper les liens mais à les redéfinir de manière plus égalitaire, en défendant le droit des opprimés.

2. Les vegans veulent nous faire perdre notre humanité incarnée par notre animalité :  Pour rappel l’homme est un animal. Il ne sera jamais autre chose. Nous venons de la nature et nous sommes la nature. L’homme n’a pas besoin de chasser, de manger de la viande et de dominer les animaux pour être un homme. Cet argument est presque machiste. Vous avez tous déjà entendu : « Ah non, mais moi je suis un mec, j’ai besoin de viande, de mon bon gros steak ! » Et bien non, notre humanité nous est conférée par notre capacité à ressentir, à aimer, à vouloir aider notre prochain et à vouloir protéger les plus faibles. N’avez-vous jamais pensé de quelqu’un qui a commis un acte cruel : « Il est inhumain » ? Si, parce qu’on associe à l’humanité, la bonté et la bienveillance. Massacrer des animaux est loin de nous rendre plus humains. Au contraire cela nous fait perdre notre humanité. Les vegans font preuves de bon sens et ne tuent pas d’animaux inutilement. Nous n’avons pas besoin de manger des cadavres, nous le faisons pour assouvir un plaisir gustatif momentané et égoïste.

 

Mais alors pourquoi avoir écrit un tel ramassis de conneries ?

Non je ne mâche pas mes mots. L’ont-ils fait ? Ont-ils même réellement argumentés ? Ont-ils juste essayé de faire un article réellement utile ou ont-ils juste craché tout leurs à priori sur une feuille ? Ils ont voulut faire du buzz… Désolée mais c’est un bad buzz.. Des dizaines d’articles sont sortis après celui-ci en réponse à ce torchon. C’est aussi la preuve que certains ne sont pas prêts à accepter le changement qu’il va pourtant falloir faire : Diminuer très fortement (à minima) voir ne plus consommer de viande.

Quels droits avons-nous de priver des êtres sensibles, intelligents, sociaux, qui ne demandent qu’à poursuivre leur existence, comme chacun d’entre nous, de leurs vies ? Notre humanité n’est pas amoindrie, mais renforcée, par le fait de sauver la vie d’animaux innocents.

En bref, une tribune médiocre avec des arguments vaseux, orientés, agressifs et stupides écrites par des gens « intelligents ».. Comment trois cerveaux réputés peuvent pondre une telle idiotie ?

Tout le monde s’accorde à dire que les conditions d’élevage et d’abattage des animaux sont intolérables. Refuser cela n’est pas sectaire, n’est pas dangereux, n’empêche pas notre humanité. Pourquoi s’opposer, alors qu’ensemble ont peut aider les animaux chacun à notre manière ? Unissons-nous pour faire entendre leurs voies et notre humanité.

Vous avez l’article de Libération ? Qu’en pensez-vous ?

Happyment vôtre ♥

 

Pour aller plus loin :

Libération – Pourquoi les vegans ont tout faux 

Mr Mondialisation – Les vegans ont tout faux, notre réponse à Libération 

Libération – Et si les vegans n’avaient pas tort 

Libération – Véganisme réunir autant de clichés en si peu de lignes un exploit 

Cahier Antispécistes – Les animaux emballage 

Mise en avant

Info – Black animals syndrom, Même pas peur!

A l’occasion d’Halloween vous allez découvrir le mystère qui entoure les chats et chiens noirs!
Pourquoi sont-ils mal vus? Qu’est ce que le « Black Animals Syndrom »?

Les méchants chiens du chasseur qui tue la maman de Bambi? Ils sont noirs..

Et de quelle couleur sont les chats des sorcières? Noirs…

Le « racisme » n’est pas une idiotie spécifique aux humains mais touche aussi nos amis les animaux. Et non, l’utilisation de ce terme n’est pas exagérée car les petites boules de poils noires sont bien plus rejetées que les autres et pâtissent malgré elles d’une triste réputation… On appelle ça le Black Animal Syndrom.

Dans cette article vous découvrirez ce qu’est ce syndrome ainsi que ses origines et percerez ainsi le mystère qui entoure les chats et chiens de couleur noire.

Continuer la lecture de « Info – Black animals syndrom, Même pas peur! »

Mise en avant

Info – Les seniors, le vrai bon plan

Les seniors sont souvent délaissés face aux animaux plus jeunes, pourtant ils sont bourrés de qualités. Découvrez tous les avantages d’adopter un senior!

Lorsqu’on veut adopter un animal on craque facilement devant les petites bouilles d’amour des chatons ou des chiots, en délaissant souvent les seniors.
Pourquoi prendrait-on un animal qui a déjà reçu l’éducation d’autres personnes?
Un animal qui pourrait avoir des habitudes qui ne nous conviennent pas, et qui nous accompagnera moins longtemps dans la vie à cause de son âge avancé.
Toutes ces questions sont légitimes mais les avantages sont aussi très nombreux!

 

Un engagement sur moins long terme

Mais au fait, à partir de quand un animal est considéré comme senior?
D’après les vétérinaires un animal est considéré comme senior lorsqu’il arrive au dernier tiers de sa vie; pour être plus précis:

  • Très grands chiens (poids > 50 kg, comme les terre-neuve ou dogue allemand) : 6 ans
  • Grands chiens (poids 30-50 kg, comme les berger, labrador, boxer) : 7 ans
  • Chiens moyens (poids 10-30 kg, comme les cocker, épagneul, bouledogue français) : 8 ans
  • Petits chiens (poids < 10 kg) : caniche, bichon, yorkshire, cavalier king charles : 9 ans
  • Chats : 10 ans

Lorsque vous adoptez un animal vous vous engagez pour la vie. Si c’est un jeune comptez minimum 10-15 ans de vie commune et par rapport à ça les frais: de nourriture, vétérinaires et d’entretien sur un aussi long terme. Ce qui est tout de même un budget non négligeable! (pour plus d’informations n’hésitez pas à lire mon article sur le budget moyen d’un chat)
Avec un senior vous vous engagez sur moyen à court terme.

Offrir une seconde chance à un cœur brisé

Adopter un sénior, c’est craquer sur le regard trop longtemps oublié de ce petit être au fond de sa cage. C’est ouvrir son coeur et donner enfin de l’amour et une famille pour la vie à un animal trop longtemps délaissé.
Les seniors sont moins vus et moins adoptés que les jeunes animaux et certains finissent leurs vies dans les refuges sans jamais avoir vraiment connu la chaleur d’un vrai foyer.
Vous devenez une sorte de héro, vous sauvez sa vie et il vous le rendra au centuple!
Et n’oubliez pas en adoptant vous libérez une place en refuge pour qu’un autre animal ait sa chance.

Vous le connaissez déjà

Les jeunes animaux changent énormément, ils sont comme des enfants et passent par plusieurs phases qui modifient leur comportement de manière plus ou moins conséquente.
Un animal qui est déjà passé par toutes ces phases est beaucoup plus prévisible, sa taille adulte est atteinte, son caractère est bien plus stable et ce que vous voyez ne sera pas très différent de ce qu’il sera une fois chez vous. “Pas très différents” car l’environnement du refuge est souvent stressant et les animaux ont tendance à être bien plus peureux voir agressifs (car paniqués) dans leurs cages. Une fois chez vous il sera bien plus épanoui, prévoyez tout de même un temps d’adaptation.
Au delà du caractère de l’animal vous connaissez sa taille définitive et vous aurez tous les conseils et informations des bénévoles sur les soins à lui apporter.

Un animal plus calme avec moins besoin de se dépenser

Qui dit senior dit moins foufou et donc un animal bien plus calme et posé.
Les chats préféreront les longues siestes sur les genoux de leurs humains aux grandes parties de chasse et les chiens les petites balades aux grandes excursions. Vous aurez donc moins besoin de vous dépenser pour réussir à le fatiguer. Cependant prenez bien en compte le caractère et les besoins primaires de votre chien. Plus petite balade pour un chien ne veut pas dire que vous pouvez vous passer d’une belle promenade. Certains seniors aiment partir à l’aventure avec leur maîtres et peuvent parcourir une dizaine de kilomètre en une journée! (Attention encore une fois, tout dépend de l’état de santé de votre chien, il ne faut ni le pousser trop, ni l’empêcher de se défouler.) Pour un chat, cela ne veut pas dire que vous pouvez adopter si vous avez un tout petit espace de vie.

Education ok (ou presque)!

Oui vous avez bien lu, un senior a un passé, il a déjà vécu et a donc reçu une éducation.
Bien plus attentif à vous et plus soucieux de vous faire plaisir qu’un jeune animal tout fougueux, son éducation sera plus facile. Pour un chat les problèmes de griffades seront bien moins présents que pour les chatons; pour les chiots le phénomènes de mâchouillage est très développé, mais pas pour les seniors. Les chiens connaissent généralement les bases, notamment la propreté, et ne vous méprenez pas, seniors ne veux pas dire qu’il n’apprendra plus de tours. Il apprendra certes moins vite qu’un chiot ou un chaton, mais il apprendra toujours et ceux pour vous faire plaisir avant tout.
En bref moins de temps à accorder à son éducation et moins d’énergie à dépenser à réparer les bêtises de jeunesse.

L’adopter en toute connaissance de cause

Comme dit précédemment un senior a l’avantage de la « sagesse », et est plus calme qu’un jeune. Cependant vous devez tout de même connaitre les caractéristiques de votre animal et respecter ses besoins. Vous devez vous préparer à l’accompagner dans sa fin de vie. Il sera plus sensible au changements de température; à la chaleur, au froid de l’hivers; il aura plus de difficulté à manger, aura besoin d’une alimentation et d’exercices adaptés à son âge. Il aura peut-être besoin de visites vétérinaires plus régulières et éventuellement de médicaments. Vous devrez surveiller tout particulièrement son état de santé.

 

Alors oui avoir un senior peut engendrer des frais, cela peut être dur de craindre de voir son animal nous quitter, mais à chaque âge ses problèmes.

Un senior c’est avant tout un animal comme les autres qui demande à aimer et à être aimé. Qui a un passé parfois douloureux et qui ne rêve que de trouver une magnifique famille où il pourra s’éteindre en aillant enfin connu paix et amour.

 

Et vous, êtes vous prêt à sauter le pas? Avez-vous déjà adopté un senior?

La parole est à vous

Alix témoigne de tout l’amour qu’un senior peut apporter

Ulcia, Alix et Astrid
Alix, Ulcia et Astrid

« Ulcia est une chienne que ma grand mère a adopté après que son ancien propriétaire ait décidé de sen séparer car elle  n’était plus apte à la reproduction. Elle est arrivé chez nous à l’âge de 7 ans (sénior donc pour une race dune durée de vie moyenne de 11 ans), elle n’était jamais rentrée à lintérieur dune maison et avait une peur bleue du carrelage (je vous raconte pas la frayeur dans lascenseur !). Il était évident quelle navait pas connu la tendresse (pour ne pas dire autre chose), et pourtant cest lune des chiennes les plus gentilles que jai eu la chance de rencontrer ! Elle sest très vite habituée à vivre en maison et a côtoyer nos chats (ma june se souvient encore de ses nombreuses léchouilles). Très espiègle, elle adorait faire la « fête » en tournant sur elle même et en bondissant, c’était une explosion de joie à elle toute seule.  En plus d’être une chienne câline et joyeuse, elle était aussi sportive : jusque ses 13 ans elle courait 3x10km par semaine avec ma mère ! (quon ne me dise pas que les séniors ne sont plus capable de rien, elle est la preuve du contraire! )  Le plus dur avec elle finalement, c’était de dénouer ses longs poils (elle avait une vraie crinière de lion).  Elle était unique, elle était adorable, elle n’était quamour et joie, le genre de personne qui vous fait oublier les malheurs du monde quand vous la regarder.. « 

J’espère que cet article vous a aidé à mieux comprendre nos amis les seniors. N’hésitez pas à liker, commenter, partager, me poser vos questions ou bien me dire ce que vous en pensez!

Suivez nous grâce à la Newsletter!

 

Séniorement votre ♥

Les chasseurs – Espèce nuisible des temps modernes

On nous parle souvent des nuisibles, des animaux injustement qualifiés et mal vus qui ont la vie dure. Mais a-t-on bien qualifié les nuisibles ? Les chasseurs ne sont-ils finalement pas, les vrais nuisibles de l’histoire ?

Et quand je parle de nuisibles je parle de vrais méchants. De ceux qu’on peut retrouver dans les films et qui essayent d’empêcher une fin heureuse.

Oui les chasseurs sont de cette espèce. Ils polluent, tuent (humains et animaux), massacre sanguinairement, s’approprient des droits qu’ils n’ont pas et en revendiquent des moyenâgeux.

Un bien sombre tableau en effet mais il me semble que rien n’est exagéré. Et si vous ne me croyez pas vous avez raison ! Ah pas si vite ! Il ne faut jamais croire qui que ce soit qui n’a pas apporté de preuves tangibles voila tout. Maintenant voici mes preuves et vous allez, je pense, partager mon avis.

 

Le tableau de chasse humain des chasseurs

Nombre de morts depuis 2000 et %

Les accidents de chasse ont fait plus de 360 morts depuis 2000

Environ 20 morts par an en moyenne
Le nombre de morts par saison a légèrement décru sur les vingt dernières années : jusqu’à la saison 2006-2007, on recensait toujours au moins une vingtaine, voire une trentaine, de morts chaque année. Depuis, on compte plutôt entre 10 (en 2015-2016) et 22 victimes (2008-2009).

Au total, on dénombre tout de même 364 décès causés par des accidents de chasse depuis 2000-2001, sans compter le début de la saison 2018-2019. Soit environ 20 morts par an en moyenne.

Voici le palmarès 2018 des « 1er écolos de France » depuis l’ouverture de la chasse, impressionnant!
02/11: 1 chasseur tire dans le ventre d’un autre chasseur- Yonne
31/10: 1 balle de chasseur traverse un salon- Gironde
30/10: des chasseurs abattent une jument-Rhône
28/10: 1 chasseur se tire dans le pied- Lot-et-Garonne
28/10: 2 promeneurs frôlés par des tirs- Ille-et-Vilaine
28/10: 1 chasseur se blesse grièvement avec son couteau-Ille-et-Vilaine
28/10: 1 chasseur se tire une balle dans le pied- Ardennes
28/10: 1 chasseur se tire dans le tibia- Loire-Atlantique
27/10: 1 garde chasse blessé par balle à la tête suite à une altercation avec des chasseurs- Lot-et-Garonne
27/10: 1 chasseur tire dans l’abdomen d’un autre chasseur- Saône-et-Loire
21:10: 2 pêcheurs reçoivent des plombs au bord d’un lac- Pas de Calais
21/10: 2 surfeurs sont visés par 2 chasseurs sur la plage- Finistère
21/10: 1 vététiste blessé par balle- Ariège
21/10: 1 chasseur tué par éclats balle- Meuse
20/10: 1 chasseur chute mortellement- Hautes Alpes
18/10: 1 chasseur chute mortellement- Isère
14/10: 1 chasseur tire sur son frère- Pas-de-Calais
14/10: 1 maison atteinte