Les chasseurs – Espèce nuisible des temps modernes

On nous parle souvent des nuisibles, des animaux injustement qualifiés et mal vus qui ont la vie dure. Mais a-t-on bien qualifié les nuisibles ? Les chasseurs ne sont-ils finalement pas, les vrais nuisibles de l’histoire ?

Et quand je parle de nuisibles je parle de vrais méchants. De ceux qu’on peut retrouver dans les films et qui essayent d’empêcher une fin heureuse.

Oui les chasseurs sont de cette espèce. Ils polluent, tuent (humains et animaux), massacre sanguinairement, s’approprient des droits qu’ils n’ont pas et en revendiquent des moyenâgeux.

Un bien sombre tableau en effet mais il me semble que rien n’est exagéré. Et si vous ne me croyez pas vous avez raison ! Ah pas si vite ! Il ne faut jamais croire qui que ce soit qui n’a pas apporté de preuves tangibles voila tout. Maintenant voici mes preuves et vous allez, je pense, partager mon avis.

 

Le tableau de chasse humain des chasseurs

Nombre de morts depuis 2000 et %

Les accidents de chasse ont fait plus de 360 morts depuis 2000

Environ 20 morts par an en moyenne
Le nombre de morts par saison a légèrement décru sur les vingt dernières années : jusqu’à la saison 2006-2007, on recensait toujours au moins une vingtaine, voire une trentaine, de morts chaque année. Depuis, on compte plutôt entre 10 (en 2015-2016) et 22 victimes (2008-2009).

Au total, on dénombre tout de même 364 décès causés par des accidents de chasse depuis 2000-2001, sans compter le début de la saison 2018-2019. Soit environ 20 morts par an en moyenne.

Voici le palmarès 2018 des « 1er écolos de France » depuis l’ouverture de la chasse, impressionnant!
02/11: 1 chasseur tire dans le ventre d’un autre chasseur- Yonne
31/10: 1 balle de chasseur traverse un salon- Gironde
30/10: des chasseurs abattent une jument-Rhône
28/10: 1 chasseur se tire dans le pied- Lot-et-Garonne
28/10: 2 promeneurs frôlés par des tirs- Ille-et-Vilaine
28/10: 1 chasseur se blesse grièvement avec son couteau-Ille-et-Vilaine
28/10: 1 chasseur se tire une balle dans le pied- Ardennes
28/10: 1 chasseur se tire dans le tibia- Loire-Atlantique
27/10: 1 garde chasse blessé par balle à la tête suite à une altercation avec des chasseurs- Lot-et-Garonne
27/10: 1 chasseur tire dans l’abdomen d’un autre chasseur- Saône-et-Loire
21:10: 2 pêcheurs reçoivent des plombs au bord d’un lac- Pas de Calais
21/10: 2 surfeurs sont visés par 2 chasseurs sur la plage- Finistère
21/10: 1 vététiste blessé par balle- Ariège
21/10: 1 chasseur tué par éclats balle- Meuse
20/10: 1 chasseur chute mortellement- Hautes Alpes
18/10: 1 chasseur chute mortellement- Isère
14/10: 1 chasseur tire sur son frère- Pas-de-Calais
14/10: 1 maison atteinte par une balle- Lot
13/10: 1 chasseur reçoit un plomb dans le crane- Lot et Garonne
13/10: 1 chasseur tire sur un autre chasseur posté dans 1 mirador- Aisne
13/10: 1 vététiste de 34 ans tué- Haute Savoie
13/10: 1 chasseur se tire ds le pied- Hérault
13/10: 1 chasseur tire sur un autre chasseur- Oise
08/10: 1 chien de promeneur abattu- Bouches du Rhône
07/10: 1 chasseur tire et blesse un autre chasseur- Eure
06/10: 3 chiens de chasse tuent 1 teckel-Hérault
03/10: 1 balle traverse 1 maison- Hérault
30/09: 1 chasseur ivre se tire ds le pied- Nord
30/09: 1 chasseur se fait tirer dessus par son beau fils- Dordogne
30/09: 1 poney abattu dans son champ- Calvados
29/09: 1 cheval abattu -Alpes de haute Provence
23/09: 1 chasseur tué 2 balles ds le thorax-Yonne
23/09: 1 chasseur tue une Outarde (espèce en voie de disparition)
16/09: 1 fillette de 10ans grièvement blessée- Haute Vienne
16/09: 1 balle traverse une maison- Lot et Garonne
15/09: 1 chasseur tire sur 2 pêcheurs- Oise
12/09: 1 chasseur de 69ans se tire dessus et décède- Var
08/09: 2 chasseurs se tirent dessus- Alpes de haute Provence
01/09: 1 chasseur se tire ds le bras- Lot et Garonne
29/08: 1 chasseur blessé chute palombière- Landes
26/08: 1 chasseur blessé- Var
23/08: décès d’un chasseur sous marin- Bouches du Rhône
18/08: 1 chasseur décède chute palombière – Lot et Garonne
18/08: 1 chasseur blessé chute / hélitreuillage – Gard
16/08: 1 promeneur abattu- Gironde
15/08 : 1 chasseur grièvement blessé- Savoie
31/07: 1 décès – chasseur sous marin- Haute Corse
31/07: 1 chasseur blessé chute palombière- Hautes Pyrénées
31/07: 1 chasseur décède chute palombière- Gironde
18/07: 1 chasseur de 19 ans se tue en 4×4- Seine-et-Marne
07/06: 1 balle traverse une maison – Moselle

1165831-infographie-accidents-de-chasse-image-d-appel.jpg

44155130_759389287743322_1806814697576464384_n.jpg

Les rois de l’écologie, vraiment ?

Chiffres de la pollution qu’il engendre, dérèglement des écosytèmes..

Tous les ans, en France, environ de 1,3 million de chasseurs tuent 50 millions d’animaux et dispersent du plomb, très toxique, dans la nature : dans toute l’Europe cela représente environ 21.000 tonnes ou encore 0,6 kilo toutes les secondes (compteur). Bravo !

La chasse en France
Environ un quart des quelque 5,2 millions de chasseurs européens sont français. 1,1 million de licenciés
La chasse représente un lobby non négligeable, puisque l’on comptait 1,139 million détenteurs d’un permis valide durant la campagne de chasse 2016-2017, selon des chiffres fournis par la Fédération. Ce loisir rassemble donc plus de licenciés que des sports comme le tennis, l’équitation ou le judo, mais moins que la pêche.

Le plomb dans la nature en Europe

21.000.000 kilos / an

de plomb dispersés dans la nature ou dnas les stands de tirs en Europe

Des recherches européennes et nord américaines ont montré que la dispersion de mitraille de plomb dans la nature est très dangereuse car elle entraîne le saturnisme, une maladie mortelle pour les anatidés. Les canards ingèrent la mitraille de plomb disséminée par les chasseurs dans la nature, à traver leur nourriture, les zones humides, etc. ce qui affectent plusieurs de leurs organes (gésier, foie).

Combien de chasseurs en France ?25 %Un cœur des 5,2 millions de chasseurs européens sont en France

En 2009, on a estimé que si chacun des 1,4 million de chasseurs français ne tirait qu’une seule cartouche par an, ce serait 46,6 tonnes de plomb répandu dans la nature : dans les faits, c’est beaucoup plus; près de 6 000 tonnes de plomb !

Et la pollution est impressionnante : 30.000 à 40.000 tonnes de plomb polluent les écosystèmes européens, selon le quotidien Le Monde, qui a consulté le rapport, dont « 21.000 tonnes sont utilisées par les chasseurs, dont un maximum de 7 000 tonnes dans les zones humides et de 14.000 tonnes sur la terre ferme »

L’effet du plomb étant beaucoup plus important dans les zones humides, ce sont par conséquent les ressources en eau qui sont touchées. Deux risques sont donc cumulés : l’un pour l’environnement et l’autre pour la santé humaine.

Deux millions d’oiseaux meurent chaque année d’une intoxication au plomb

 

Des barbaries à la monarques du 21e siècle.

Déterrage, enfermé des animaux pour en attirer d’autres, les pièges…

La définition la plus appropriée de la chasse à courre serait plutôt une « méthode de chasse pratiquée par des personnes à pied ou à cheval (les veneurs) aidées par une meute de chiens dressés et spécialisés dans la poursuite d’une espèce particulière. L’animal (cerf, chevreuil, sanglier, renard, lièvre…) est poursuivi pendant des heures jusqu’à épuisement total. C’est alors le moment culminant : « l’hallali ». Lorsque la victime est « aux abois », totalement encerclée, blessée par les morsures et déjà à demi-morte de fatigue et d’effroi, l’un des chasseurs met fin à son martyr en l’achevant à l’aide d’une dague ou d’un fusil (le cerf est parfois noyé dans la vase d’un étang). Le lièvre et le chevreuil sont parfois déchirés vivants par les chiens. »

Le déterrage – ou vènerie sous terre – est une forme de chasse particulièrement abjecte. Ces chasseurs, appelés déterreurs, insèrent des chiens dans un terrier (principalement de blaireau ou de renard). Leur rôle est d’acculer l’animal sauvage. Pendant ce temps, les déterreurs creusent à l’aide de pioches et de pelles en direction des aboiements. Enfin, ils « arrachent » du terrier les malheureuses bêtes généralement avec des pinces métalliques ! Si elles ne sont pas déjà mortes (de peur ou de blessures), elles sont la plupart du temps abattues à l’arme blanche.

Sans parler de l’éventuelle portée : en effet, les blaireaux sont déterrés du 15 mai au 15 janvier et les déterrages ont lieu toute l’année pour le renard et le ragondin (s’ils sont classés nuisibles). La majorité des déterrages se produisant entre les mois de mars et de juin, il arrive très souvent que les déterreurs trouvent une femelle avec sa portée, dont l’avenir est alors bien sombre. C’est d’ailleurs le but recherché par les déterreurs.

Une pratique très cruelle
-Une capture lente et angoissante

Un déterrage se déroule soit le matin, soit l’après-midi, voire même toute une la journée. Cela signifie que pendant plusieurs heures l’animal stresse, bloqué dans son terrier.

-Bloqué et mordu par les chiens

Pendant que les déterreurs creusent, l’animal doit être acculé durant plusieurs heures au fond de terrier par un chien. Il arrive souvent que des combats violents aient lieu. Parfois, plusieurs chiens mordent et chacun tire de son côté. L’animal finit par avoir les yeux exorbités de douleur, et ses entrailles lui sortent du ventre.

-Saisie violente avec une pince

Il est très fréquent que l’animal soit retiré de son terrier avec des pinces métalliques le saisissant au niveau du cou, du museau ou de la patte !

-Mise à mort douloureuse

Les renards et blaireaux adultes sont la plupart du temps tués avec une dague ou un couteau ! Le coup fatal est rarement le premier, l’animal se débat et crie de douleur pendant plusieurs dizaines de secondes. Quant aux renardeaux ou blaireautins, les déterreurs ont pour tradition de les tuer à coup de pelles ou de talons, s’ils n’ont pas été tués par les chiens…

Des pièges cruels ou stressants
Beaucoup de pièges sont douloureux pour l’animal. Les animaux attrapés dans les collets à arrétoir se blessent en essayant de partir (il arrive que des animaux meurent pendus). Certains, pris la patte dans un piège, se blessent en tentant de s’enfuir. Il faut savoir qu’il existe des pièges légaux qui provoquent la mort de l’animal par noyade ! D’autres pièges, s’ils ne conduisent pas à une mort douloureuse, sont très stressants pour l’animal prisonnier qui attend l’heure de sa mort (en général coup de matraque, parfois de fusil).

Chasse à l’arc

Cette nouvelle pratique (autorisée depuis 1995 alors qu’interdite par le code rural en 1844) est elle cruelle bien qu’on puisse penser le contraire. En effet, dans la plupart des cas l’animal n’est pas tué sur le coup. Les animaux blessés n’étant souvent pas retrouvés, ils sont ainsi des milliers d’animaux à agoniser cachés.

Des études ont montré que la mort par hémorragie peut être très longue (elle atteint 8 à 12 heures !) et provoque évidemment d’énormes souffrances.

Plus de 20 millions d’animaux élevés chaque année pour la chasse

Une goutte d’eau dans la filière. « 20 millions d’animaux sont élevés chaque année pour la chasse, c’est autant que les cochons pour la viande », indique Pierre Rigaux, qui précise qu’une partie sont exportés. Le Syndicat national des producteurs de gibier de chasse a dénombré quelque 1.500 élevages d’où sont issus 14 millions de faisans, 5 millions de perdrix grises et rouges, 1 million de canards colverts, 100.000 lapins de garenne, 40.000 lièvres, 10.000 cerfs et 7.000 daims. En tout, un tiers des 30 millions d’animaux tués chaque année seraient issus d’élevages. « Dans les plaines cultivées, on ne trouve quasiment que ça. L’argument selon lequel la chasse est nécessaire à la régulation des espèces en prend un coup », souligne Pierre Rigaux.

Ces animaux élevés et lâchés ne sont pas adaptés à la vie sauvage.

Ils sont pour la plupart très peu farouches et ne se méfient pas des prédateurs.

Ces animaux ont aussi souvent du mal à se nourrir.

Cela pose un gros problème génétique, car ils détruisent la vraie souche sauvage.

Ils peuvent aussi représenter un risque sanitaire. Il a aussi été constaté que ces animaux bourrés d’antibiotique transmettent des maladies aux derniers individus sauvages.

Ainsi, ces animaux lâchés constituent un problème préoccupant : ils ne sont pas aptes à vivre en liberté et donc ne peuvent assurer l’avenir de l’espèce, mais pire encore, ces animaux menacent les souches sauvages. La situation est encore plus catastrophique pour certaines espèces, où les chasseurs sont en train de tuer les derniers animaux sauvages (qui pourraient eux garantir la descendance) en se contentant de les « remplacer » par ces animaux élevés.

On comprend mieux pourquoi les chasseurs s’acharnent à détruire systématiquement les prédateurs (renards, etc.). En effet, ces animaux lâchés représentent un investissement et cela leur déplait très fortement que les prédateurs naturels « osent » manger quelques-unes de ces proies faciles.

 

Les lâchers de repeuplement

Il existe un autre type de lâcher, il s’agit de ceux dit « de repeuplement ». Ils ont donc pour but de repeupler certaines zones où le « gibier » a disparu (à cause de l’agriculture ou de… la chasse !).

Cependant, ces lâchers sont très mal encadrés et posent donc les mêmes problèmes (génétiques, incapacité à se nourrir, proies faciles, etc.)

De plus, ils sont très coûteux et le taux de survie n’est que d’environ 30 % ! Mais « heureusement », le renard fait un bouc émissaire parfait…

Les lâchers de « repeuplement », ce n’est donc ni plus ni moins que des lâchers de « tir », mais au lieu de lâcher les individus pendant la période de chasse pour qu’ils se fassent tuer immédiatement, les chasseurs leur laissent le temps de se reproduire, et donc la finalité reste la même : avoir davantage de cibles vivantes !

 

Pour aller plus loin

https://reporterre.net/La-chasse-nuit-a-la-biodiversite-demontre-un-naturaliste

https://www.planetoscope.com/Etonnant/1017-kilos-de-plomb-repandus-dans-la-nature-par-les-chasseurs.html

En plus de la biodiversité, les munitions au plomb menacent l’environnement et la santé

Munitions et Environnement ne font pas bon ménage

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/08/29/sur-1-1-million-de-chasseurs-moins-de-10-possedent-un-permis-national_5347594_4355770.html

https://mobile.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/09/19/les-accidents-de-la-chasse-ont-fait-plus-de-350-morts-depuis-2000_5187912_4355770.html?fbclid=IwAR14EnEQ1I-vwAMUyX06gkyQASI5zRLEFoI6Q_k8yeFuTdl8JEEycKXl0Xk

http://france-sans-chasse.org/chasse-france/les-accidents-de-chasse

La chasse à courre : une pratique barbare d’un ancien temps

http://france-sans-chasse.org/chasse-france/le-deterrage

 

2 réflexions sur « Les chasseurs – Espèce nuisible des temps modernes »

  1. Si l’on considérait que la chasse est un mal nécessaire , pour contenir des déséquilibres dans les populations, par exemple, déséquilibres créés par l’homme, on ne devrait l’autoriser qu’à une élite ayant prouvé sa valeur dans l’emploi raisonné des armes, mais surtout ayant fait montre de ses qualités morales, ce qui est loin d’être le cas actuellement. Chaque chasseur est un électeur…

    1. J’ai bien peur qu’une personne souhaitant détenir un permis de chasse et montrant patte blanche, ne puisse être une personne dotée de qualités morales étant donné qu’elle se porte volontaire pour ôter la vie.
      S’il y a réellement des déséquilibres il faut que nous trouvions des solutions comme la stérilisations par exemple. Comme cela devrait être obligatoire pour nos amis les chats

A vous de jouer, donnez votre avis, un conseil, une idée !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.