(Sur)Vivre la mort de son meilleur ami

(Sur)Vivre la mort de son meilleur ami

20 juillet 2018 0 Par Elodie Marziac

Quel antagonisme « Vivre la mort ».
Le titre est assez évocateur car on ne peut que survivre à une mort ou en tout cas ne plus vivre de la même manière. J’espère ici pouvoir vous aider à avancer sans que vous ayez l’impression de l’oublier.
J’écris cet article le cœur encore lourd car il y a plus d’un an en une triste fin d’après-midi d’avril j’ai perdu mon meilleur ami, mon compagnon de vie, mon âme sœur à quatre pattes.
Comment surmonter cela ? Que faire ? Comment continuer ? Comment combler le terrible vide qui s’installe ? Des milliers de questions qui nous assaillent et ne nous quittent plus.

 

Les étapes du deuil

D’après Elizabeth Kubler-Ross, psychiatre helvético-américaine, il y a 7 étapes au deuil :

  • Tout d’abord le choc et le déni ; lorsqu’on apprend la nouvelle ou que l’on découvre le pauvre petit corps inerte. Milles choses se passent dans nos têtes. Nous essayons de fuir le problème en espérant que ce ne soit pas le notre, que ce soit une mauvaise blague, ou qu’on ait mal entendu. Tout sauf accepter de voir qu’il nous a quitté.
  • S’ensuit la douleur et la culpabilité. Ça y est la première étape est passée mais pas la plus dure. Cette étape, à mon sens est la plus terrible. Oui il est mort on le sait, notre cœur saigne et on se demande pourquoi on n’a pas su le protéger, comment on a pu laisser cela se passer. Nous nous sentons tout simplement coupable, on pense bêtement que c’est de notre faute et que l’on aurait pu éviter tout cela en étant de meilleurs maîtres.
  • Puis intervient la colère, étape hypocrite mais nécessaire. C’était mon meilleur ami, comment a-t-il pu m’abandonner ? Pourquoi n’a t-il pas fait plus attention ? C’est une période où on en veut à notre ancien ami, on l’accuse de nous avoir quitté et abandonné, de nous avoir laissé seul dans ce monde où on se sentais plus fort avec lui.
  • Le marchandage est le moment où ceux qui nous entourent deviennent les coupables, les ennemis numéro un. Pour ma part mon compagnon m’avait convaincu (à juste titre) de laisser sortir mon chat. Mon pauvre amour a été percuté par une voiture et j’en ai voulu à mon ami. Pourquoi ? Parce que je l’avais écouté et que j’avais laissé sortir mon chat. Pour moi c’était donc clairement de sa faute, si je ne l’avais pas fait, il serait peut-être toujours là. La période de marchandage est affreuse dans le sens où à force de rejeter la faute sur les autres on s’éloigne d’eux alors qu’ils essayent de nous soutenir.
  • La dépression et la douleur constituent la 5ème étape. On a envie de rien, on mange sans appétit, on dort en faisant souvent des cauchemars, on regarde chaque endroit où il avait l’habitude d’être en l’imaginant là. La tristesse et le chagrin sont devenus notre quotidien.
  • La reconstruction; phase où nous tentons de trouver des solutions pour apaiser notre douleur. On tente de sortir plus, on en parle pour essayer de mettre des mots sur ce que l’on ressent. Il est temps d’essayer de passer à autre chose, de vivre à nouveau.
  • Arrive enfin l’acceptation. La fin d’un long périple de douleur. On a repris goût à la vie et on a de nouveau espoir. On est prêt.

 

Quelques pistes pour aller mieux

Mais cet article n’a pas pour but d’établir une liste des étapes que vous allez ou que vous avez traversée mais de vous donner des pistes pour aller mieux. Attention aller mieux ne veux pas dire passer à autre chose, mais réussir à vivre en respectant sa mémoire.
D’après mon expérience personnelle et mes recherches je vous dirais tout d’abord une chose, la plus importante pour moi ;

  • Soyez heureux pour lui: Votre petite boule de poils à toujours tout fait pour que vous soyez heureux, il vous a fait rire, vous a parfois poussé à bout mais surtout il vous a donné tout l’amour du monde. Par respect pour cette dévotion et cet inconditionnel affection vous vous devez d’être heureux!
  • Ecrivez une lettre à cœur ouvert contenant ce que vous auriez voulu lui faire savoir, à quel point vous l’avez aimé et il a compté pour vous. Parfois une des choses qui nous rend le plus triste est de ne pas avoir pu dire adieux. Cela vous permettra de vous soulager et d’ôter le poids que vous avez sur votre conscience.
  • Laissez-vous aider, ne vous fermez pas. Sortez, vivez, bougez ! Broyer du noir chez soi n’est pas une bonne chose. Exprimez-vous. Ceux qui vous aime et vous entoure veulent vous comprendre et vous libérer de ce deuil. Respirez l’air frais, allez voir des amis, vous avez le droit d’être heureux ! Je dirais même que vous en avez le devoir!
  • Ne vous accablez pas de ce qui arrive, vous n’y êtes pour rien, personne n’y est pour rien. Ce qui est fait est fait. Vous ne pourrez pas revenir en arrière, vous ne pouvez qu’aller de l’avant.
  • Rendez cela public. Aussi bizarre que cela puisse paraître, ça vous aidera à accepter, à rendre cela plus réel et à trouver des soutiens autour de vous.

 

Il est facile d’écrire des conseils pour les autres, mais tellement dur de pouvoir les appliquer. Même si on sait qu’on y survivra on a l’impression que c’est insurmontable.

Il m’a fallut beaucoup de temps pour l’accepter et encore plus pour pouvoir écrire cet article, mais j’ai réussi à trouver un projet qui je l’espère honorera mon petit Happy (à travers ce blog et ma volonté de créer un refuge en son nom). Je vous souhaites de tout cœur de réussir à surmonter cela et espère que ces conseils auront pu d’une manière ou d’une autre vous aider.

 

Et vous comment avez-vous/faites-vous face à cette tragédie ?

J’espère que cet article vous a aidé affronter cette terrible étape. N’hésitez pas à liker, commenter, partager, me poser vos questions ou bien me dire ce que vous en pensez!

 

Happyment votre ♥

Partagez cet article!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages