5 arguments anti-fourrure

Oui on peut aimer la mode et ne pas participer à la mort de nombreux animaux pour autant.
Envie de défendre les animaux ? Lisez cet article !

Commençons par le commencement. Oui on peut aimer la mode et ne pas participer à la mort de nombreux animaux pour autant. Oui on peut aimer la fourrure et le cuir. Ce n’est pas une mauvaise chose. Si c’est de la fausse fourrure et du cuir végétal bien sur !

L’industrie de la fourrure est meurtrière et cruelle. Elle participe à l’exploitation des animaux. Je crois intimement, que si vous êtes un.e habitué.e de mon blog, c’est parce que vous aimez les animaux, et que vous cherchez comment les aider. Alors je vais vous donnez ici de nombreux arguments anti-fourrure. A votre tour vous pourrez ouvrir les yeux des personnes qui portent de la fourrure autour de vous.

Petit conseil supplémentaire : Même si cela vous révolte, prenez-les avec bienveillance, essayez de vous détacher de la situation et de rester factuel.le, sinon la personne risque de se braquer.

 

1. On porte de la fourrure depuis la nuit des temps, regarde l’homme préhistorique.

On a déjà évoqué ce type d’argument. C’est simple, ce ne sont pas des arguments. Un argument ne repose pas sur un usage du passé. « On le faisait avant, pourquoi pas maintenant ? ». Ce n’est pas acceptable. On pratiquait l’esclavagisme avant, on a pourtant arrêté. Le racisme maintenant n’est plus accepté. Bref je pourrais vous donner des exemples à la pelle. Il me semble que nous n’avons plus grand chose en commun avec l’homme préhistorique. Ce dernier devait trouver de quoi se vêtir pour ne pas mourir de froid. Aujourd’hui nous avons de nombreux choix pour nous vêtir. Autre rappel, les hommes préhistoriques chassaient l’animal, le dépeçait et faisaient leurs propre vêtements… Ceux qui portent de la fourrure le fond pour l’esthétique et pas pour un besoin vital : ne pas mourir de froid. Nous avons aussi développé notre intelligence, notre humanité (pour certains ça reste à prouver), notre conscience. Pourquoi rester sourd à la souffrance animal.

 

2. Les animaux sont bien traités, ce n’est pas cruel.

D’après In Defense of Animals, 85% de ces animaux proviennent d’élevages aux conditions insalubres. Ces animaux survivent dans des cages froides, exiguës. Ils sont entassés, maltraités. Les cages entièrement grillagées blessent leurs pattes, ils ne peuvent pas bouger. Cette proximité et ce sur-entassement, ajouté au manque d’hygiène et de soins provoque un stress intense. Cela provoque aussi des blessures et infections en tout genre (morsures, cannibalisme, comportements atypiques, infestation de vers). Beaucoup ne survivent pas jusqu’à l’abattage. Après une vie faite de peur, de stress et de malheur les animaux d’élevages sont tués par asphyxie au monoxyde de carbone, par électrocution ou par empoisonnement. Ces mises à mort cruelles sont souvent mal effectuées. Beaucoup d’animaux dépecés sont encore vivants lorsqu’ils sont jetés sur les cadavres de leurs congénères. Leurs petits cœurs s’éteignent dans une douleur intense. Les animaux sauvages sont tués par piégeages. Ils se prennent dans les pièges et attendent effrayés que leur bourreau arrive… Vous devez avoir en tête les publicité contre Canada Goose, où l’on voit un pauvre coyote dont les yeux supplient pour la liberté. L’homme arrive et sans état d’âme lui ôte son droit légitime, son droit sacré à la vie. En Chine on utilise parfois des chiens et des chats qui sont écorchés vifs pour garantir une plus belle fourrure. Il existe aussi de la fourrure de fœtus d’agneau. Les mères sont éventrées pour qu’on leur prennent leurs bébés aux derniers jours de gestation… Vous avez les larmes aux yeux ? C’est normal, c’est même une bonne chose. Soyez fort pour ceux qui souffrent et n’arrivent pas à se faire entendre, défendez-les de tout votre être.

 

3. Ces animaux n’existeraient pas s’il n’y avait pas de fourrure.

Plus de 56 millions d’animaux sont tués chaque année pour leur fourrure d’après 30 millions d’amis. Pour un manteau, on utilise entre 30 et 70 visons, entre 8 et 12 lynx ou entre 10 et 20 renards, par exemple. Vous pensez vraiment que ces animaux n’existent que pour finir sur un manteau ou une capuche ? Ces animaux seraient bien mieux en liberté. Vu les conditions d’élevage, ne vaut-il mieux pas arrêter l’élevage de ces animaux plutôt que de les faire naître pour une vie de souffrance et de peur ? Aucun individu ne devrait naître pour être sacrifié sur l’autel de la mort

 

4. La fourrure c’est à la mode.

La mode ne justifie pas la maltraitance et l’horreur. Il n’y a rien d’intéressant à porter un symbole de cruauté. Si vous aimez la fourrure portez de la fausse fourrure. Elle n’en est pas moins esthétique. Hyper ressemblante, moins onéreuse et éthique. Que demander de plus ! Oui vous pouvez porter de la fourrure, mais de la fausse, de la fourrure cruelty free ! C’est tout de même peu avant-gardiste de rester bloqué sur l’idée d’un luxe antique.

De plus en plus de créateurs et de magasins arrêtent de vendre de la fourrure. Suivez leur exemple !

 

5. Oui mais moi j’aime la fourrure.

« La liberté des uns, s’arrête là où s’arrête celle des autres ». Vous n’avez pas le droit de justifier le fait de porter de la fourrure par le fait d’aimer ça. Non, vous ne pouvez pas aimer quelque chose qui provoque la mort. Ce n’est plus du ressort du gout personnel et de nos préférences mais de ce qui est humainement acceptable. Un plaisir ne doit pas engendrer la mort.

 

J’espère vous avoir donner des ressources suffisantes pour défendre nos amis les animaux. Tous ensemble nous pouvons changer les choses.

 

Vous avez d’autres arguments contre la fourrure ? N’hésitez pas à nous les partager en commentaire !

 

Pour aller plus loin :

Choisir vos enseignes sans fourrure : mode-sans-fourrure.com

Plus d’informations et d’articles : http://www.fourrure-torture.com/

Agir contre la fourrure sur les capuches : http://www.viretacapuche.com/

Pétitions et informations : https://www.l214.com/balancetafourrure/

 

Le petit lexique de la cause animale

Découvrez le vocabulaire de la cause animale !

Aujourd’hui je vous propose un article assez court mais qui vous permettra de mieux comprendre le vocabulaire des vegans, végétaliens, animalistes et acteurs de la protection animale.

 

Abolitionnisme : Mouvement qui veut l’abolition absolue de toutes formes d’exploitation animale.

Animalisme : Engagement politique dont le but est de défendre les animaux comme individus.

Antispécisme : Courant de pensée philosophique et moral, qui considère que l’espèce à laquelle appartient un animal n’est pas un critère pertinent pour décider de la manière dont on doit le traiter et de la considération morale qu’on doit lui accorder.

B12 : Vitamine utilisée par les végétaliens pour éviter les carences.

Carnisme : Idéologie selon laquelle il est moralement acceptable pour les humains de consommer certains animaux.

Crudivore : Ne consomme que des produits crus. Et donc pas forcément végétarien.

Cruelty free : Le terme signifie « sans cruauté ». Les cosmétiques signalés d’un label « cruelty free » ne testent pas leurs produits sur les animaux (ni produits finis, ni ingrédients).

Flexitarien : Personne consommant occasionnellement de la viande. Ils sont souvent qualifiés de semi végétariens. C’est la volonté de réduire sa consommation de viande.

Locavore : Consomme des aliments produits tout près de chez lui. Il ne s’agit pas d’un régime alimentaire, mais d’un mode de consommation engagé et décroissant, qui refuse les aliments qui font trois fois le tour de la planète avant de finir dans nos assiettes. De fait, le locavore va consommer beaucoup de fruits et légumes, exclusivement de saison.

Mentaphobie : Réticences à reconnaître la conscience animale.

Néowelfarisme : Mène des campagnes pour le bien‑être animal, tout en visant l’abolitionnisme.

Omnivore : Personne se nourrissant indifféremment d’aliments d’origine animale et végétale.

Orthorexique : Trouble du comportement alimentaire (au même titre que la boulimie ou l’anorexie). L’orthorexique consacre plusieurs heures par jour à vérifier que ce qu’il va ingérer est sain, ce qui peut être extrêmement privatif.

PA : Protection animale. Terme utilisé par les militant de la cause animale.

Seitan : Pâton de gluten (la protéine du blé) cuit dans un bouillon, qui peut être cuisiné comme une viande.

Sentience : Désigne la capacité à éprouver des choses subjectivement, à avoir des expériences vécues, à ressentir.

Slow cosmétique : Démarche écologique et éthique fondée sur une volonté commune de promouvoir un mode de consommation naturel, sain et raisonnable de la cosmétique.

Spécisme : Le spécisme « est à l’espèce ce que le racisme est à la race, et ce que le sexisme est au sexe : une discrimination fondée sur l’espèce, presque toujours en faveur des membres de l’espèce humaine », résume David Olivier, fondateur de la Veggie Pride. Discriminer par l’espèce.

Tempeh : Aliment fermenté. On utilise des graines de soja simplement dépelliculées, que l’on fait cuire, que l’on écrase et que l’on fait fermenter en compagnie d’un champignon. 24 heures de fermentation sont nécessaire pour qu’apparaissent des moisissures blanches qui modifient la texture du soja pour en faire un bloc.

Tofu : Issu du caillage du lait de soja. Il n’est pas fermenté, ni vieilli, ni mûri. Il se commercialise sous forme de bloc rectangulaire.

Validisme : Il résulte de la structure sociale qui normalise le fait que la société et les infrastructures sont pensés par des personnes valides pour des personnes valides, en ne prenant pas en compte les personnes en situation de handicap, la société étant handicapée pour les personnes ne correspondant pas à la norme valide. La norme donc le modèle standard d’une personne n’ayant (et non pas « souffrant de ») aucun « handicap » physique ou mental. Les personnes ne correspondant pas à ce modèle se voient donc mis face à une infinité de difficultés.
Enfin, le validisme est l’idéologie selon laquelle les personnes en situation de handicap sont « anormales », que le handicap est l’une des pires choses qui puissent nous arriver mais aussi et surtout qu’il n’est ni utile ni rentable de prendre en compte leurs particularités dans la construction de la société.

Vegane : Personne ne consommant ni chair animale ni produits d’origine animale et qui renonce à l’utilisation des animaux dans toutes circonstances. Elle refuse de porter les produits issus des animaux comme la fourrure, les plumes, le cuir, l’angora ou la soie. Elle utilise des produits cosmétiques et d’entretien non testés sur les animaux. Elle ne participe pas aux activités qui exploitent les animaux comme c’est le cas dans les cirques terrestres et aquatiques, certains circuits touristiques ou dans différents sports.
Les vegan ont un régime alimentaire végétalien et pratique le mode de vie vegan.

Végétarien : Personne qui ne consomme pas de chair animale, qu’elle provienne d’animaux terrestres ou aquatiques mais qui admet la consommation de produits d’origine animale comme les œufs, le lait, le miel et le fromage.

Végétalien : Personne qui ne consomme pas de chair animale ni de produits d’origine animale.

Végéta*isme : Terme très usité sur la toile permettant de s’adresser et de regrouper les végétariens et végétaliens. Le dénominateur commun non négociable est l’absence de consommation de chair animale.

Welfarisme : Cherche à réduire la souffrance des animaux exploités, mais ne remet pas en question leur exploitation. C’est en fait la recherche d’une amélioration des conditions des animaux exploités mais la remise en cause du fait qu’ils soient les « objets » des humains.

Zoopolis : Mot inventé par Jennifer R. Wolch – « Pour permettre l’apparition d’une éthique, une pratique et une politique qui se soucient des animaux et de la nature, nous devons renaturaliser les villes et y réinviter les animaux, et ce faisant réenchanter la ville. J’appelle cette ville renaturalisée et réenchantée : Zoöpolis. »

Animale aide

Et voila, j’espère que ces quelques définitions vous permettront de mieux comprendre le champ lexical de la cause animal et de mieux vous y retrouver pendant les débats.

D’autres mots à ajouter ? Donnez-les nous en commentaire.

 

Happyment vôtre ♥