Fiche de lecture – Désobéir pour les animaux des désobéissants

Découvrez le livre Désobéir pour les animaux. Une mini-bombe d’informations de 60 pages.

Désobéir pour les animauxEn résumé : Chaque jour en France, 3 millions d’animaux terrestres sont mis à mort pour leur chair, et bien plus de poissons encore. L’industrie de la viande organise l’enfermement, la mutilation, le gavage et l’abattage à la chaîne d’êtres sensibles. La loi permet de les manger, mais aussi de les traquer dans les bois ou de les torturer dans des arènes.

Pourtant la science et le simple bon sens montrent que les animaux sont des êtres conscients, intelligents, capables de relations complexes et dotés de personnalités singulières.

Face aux intérêts financiers liés à l’exploitation des animaux, il est urgent de désobéir pour faire cesser la domination extrêmement violente que les humains exercent sur les autres animaux et promouvoir ensemble des relations de solidarité, de partage et de respect.

Le mot des auteurs : L’exploitation des animaux n’a pas toujours été, loin s’en faut, aussi totale et brutale que de nos jours. Aujourd’hui, les animaux sont soumis à toutes sortes de mauvais traitements : élevage intensif, vivisection, mutilations, gavage.
Chaque jour en France, 3 millions d’animaux sont mis à mort. Alors que la production de viande gaspille l’eau, les céréales et les terres cultivables, la loi permet encore que l’on mutile, sépare, gave et enferme des êtres vivants.
Des êtres vivants que l’on peut aussi soumettre à des traitements cruels et dégradants qualifiés d’expériences scientifiques, traquer dans les bois par plaisir, torturer dans des arènes au nom du business touristique, etc.
Pourtant la science et le simple bon sens montrent chaque jour davantage à quel point les animaux sont non seulement indispensables aux équilibres des écosystèmes, donc à la survie de l’espèce humaine, mais qu’ils sont par ailleurs des créatures conscientes, intelligentes, capables de relations complexes et de personnalités uniques, de langage, voire de culture.

Face aux intérêts financiers liés à l’exploitation des animaux, il est urgent de désobéir pour susciter des modes de coexistence entre les espèces basés sur la coopération plutôt que la prédation. Partout dans le monde, les militants de la libération animale déploient des trésors d’imagination, et prennent tous les risques non violents pour venir en aide aux plus vulnérables que nous.

Les Désobéissants sont un collectif qui entend promouvoir et former à l’action directe non-violente et la désobéissance civile. Xavier Renou en est l’un des membres fondateurs. Né en 1973, diplômé de Sciences Po Paris, il est ancien chargé de campagne à Greenpeace France. Il est l’auteur de La privatisation de la violence (Agone, 2006), et le directeur de la collection Désobéir aux éditions le passager clandestin (16 titres sortis depuis 2009).
Karine, Elodie, Pierre, Brigitte et Clem sont les principaux rédacteurs de cet ouvrage. Il sont membres actifs d’association de défense des animaux, notamment L214.

Les arguments à retenir : Tous les chiffres et les études données sont des arguments en puissance.

Désobéir pour les animaux

Mon avis : Une mini-bombe. Ce livre est petit (60 pages) mais puissants, il permet en quelques pages de balayer la problématique animale et d’avoir des chiffres et des faits pour mieux comprendre. Je vous recommande de le lire car il est très complet.

Livre en vente sur Fnac.com et Amazon

Fiche de lecture – L’animal est-il un homme comme les autres ?

Depuis 2015, les animaux ne sont plus considérés comme des « bien meubles », mais comme des « êtres vivants doués de sensibilité ». Peut-on aller plus loin, et quel serait un droit des animaux ?

L'animal est-il un homme comme les autresEn résumé : Charles Darwin avait révolutionné l’idée que nous nous faisions de notre place dans la nature. Aujourd’hui, la science découvre peu à peu que les animaux pensent, apprennent, transmettent et qu’ils sont des êtres sensibles, déclenchant une véritable révolution philosophique et éthique. C’est ainsi que depuis 2015, ils ne sont plus considérés comme des « bien meubles », mais comme des « êtres vivants doués de sensibilité ». Peut-on aller plus loin, et quel serait un droit des animaux ?
Entre passion et réalisme, Louis Schweitzer, président de la fondation « Droit animal, éthique et science », et Aurélien Barrau, philosophe et astrophysicien, militant pour le respect des animaux, tentent de répondre à cette question qui remet profondément en cause nos choix de société.

schweitzer-louis

Louis Schweitzer : Louis Schweitzer fut Directeur de cabinet de Laurent Fabius de 1981 à 1986, DG puis PDG de Renault de 1986 à 2005, président de la HALDE jusqu’en 2010 et ancien président du conseil de surveillance du journal Le Monde.

Aurélien Barreau

 

Aurélien Barrau : Professeur à l’Université Joseph Fourier, chercheur laboratoire de physique subatomique et de cosmologie du CNRS, membre de l’Institut Universitaire de France

Mon avis : Un livre intéressant, des échanges de points de vue dépassionnés et assez terre à terre. S’en est presque perturbant. J’ai eu quand même du mal à le lire, je ne m’attendais pas à ça en lisant la quatrième de couverture. Le fait que ce soit un débat est un peu perturbant mais apporte une autre vision de la cause animale.

Livre en vente sur la Fnac.com ou  Amazon

Fiche de lecture – L’imposture intellectuelle des canivores de Thomas Lepeltier

Alors que la consommation de produits d’origine animale est de plus en plus remise en cause de nos jours, des  » intellectuels  » français » s’en prennent régulièrement aux végétaliens et véganes qui militent pour l’arrêt total de cette consommation.
Découvrez ici le livre de Thomas Lepeltier

L-imposture-intellectuelle-des-carnivores

En résumé : Alors que la consommation de produits d’origine animale (viande, lait, œufs) est de plus en plus remise en cause de nos jours, des  » intellectuels  » français (universitaires, journalistes, experts) s’en prennent régulièrement aux végétaliens et véganes qui militent pour l’arrêt total de cette consommation. Citons, sans être exhaustif, Raphaël Enthoven, Luc Ferry, Élisabeth de Fontenay, Périco Légasse, Dominique Lestel, Marylène Patou-Mathis, Natacha Polony, Jocelyne Porcher, Francis Wolff. À travers des livres, des articles ou en intervenant sur des plateaux de télévision, ils critiquent, dénoncent et moquent les défenseurs des animaux. Ce n’est pas sans conséquences. De nos jours, peu de personnes restent insensibles au sort des animaux de rente. Quand un film est tourné à l’intérieur d’un abattoir et diffusé dans les médias, la plupart des gens sont choqués. Puis, confrontés aux arguments des végétaliens et véganes, ces personnes cherchent des réponses. Que penser ? Que faire ? Que manger ? Or voilà que ces intellectuels viennent leur dire que les végétaliens et véganes ont tort. À chaque fois, le principe de base de l’éthique qui avance que nous ne devons pas faire souffrir et tuer un être sensible, juste pour notre plaisir, est oublié ou mal interprété. À la place, ces intellectuels avancent des arguments qui défient la logique, ne reposent sur aucun fondement rationnel et encouragent la cruauté. Mais ils confortent ainsi une société qui, parce qu’elle ne veut pas changer ses habitudes culinaires, tue sans nécessité une quantité faramineuse d’animaux. Aussi ce livre prend-il le parti de les dénoncer haut et fort ; pas pour le plaisir de critiquer, mais dans l’espoir que cette mise au point contribue à faire cesser le grand massacre des animaux de rente et serve à lancer un débat constructif sur leur place dans la société.

Résultat de recherche d'images pour "thomas lepeltier"

 

L’auteur : Thomas Lepeltier est historien et philosophe des sciences, spécialiste de l’éthique animale. Il a écrit 9 livres (pour le moment) et à contribué à l’écriture de 14 livres sur le même sujet.

 

 

Les arguments à retenir : Des milliers d’animaux morts chaque jour, des milliards chaque année. La plupart sans voir la lumière du jour et en étant entassés toute leur courte vie. Beaucoup de gens veulent abolir les souffrances animales mais oublient tout au moment de passer à table… On ne peut pas aimer et tuer.

Mon avis : Un livre intéressant car il reprend des arguments d’intellectuels (oui vous avez bien lu « intellectuels ») pour les contrer et y apporter une vraie lumière. Le fait que tout le livre soit écrit autour du fait de réfuter des arguments peut être fatiguant et un peu lassant pour le lecteur, bien que les contre-arguments soient pertinents et logiques.

Livre en vente sur Amazon