Il est Unique – Cavalcade des blogs #53

« Vous n’êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n’êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisées et vous n’avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n’était qu’un renard semblable à cent mille autres. Mais j’en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.” – Le Petit Prince

Le petit prince s’en fut revoir les roses.

Vous n’êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n’êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisées et vous n’avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n’était qu’un renard semblable à cent mille autres. Mais j’en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.”

Le Petit Prince d’Antoine de Saint Exupéry

Ce mois-ci, Françoise d’Animal mon compagnon nous propose une magnifique thématique pour la Cavalcade des blogs : décrire un être ou une idée qui est pour nous unique. Je vais donc tâcher d’honorer ce thème en parlant du celui qui m’a apprivoisé et qui m’a aidé à être celle que je suis : Happy.

Il y a des choses dans la vie qui paraissent évidentes. Happy était mon évidence. Amoureuse d’animaux depuis toute petite je souffrais de n’avoir aucun compagnon lorsque je suis partie vivre chez mon père. Après des mois de négociation, mon père accepta que j’ai un animal. Pour moi la question ne se pose pas, j’irais l’adopter dans un refuge.

Je me rends donc joyeusement à la SPA de Gennevilliers en région parisienne. Je venais de Chantilly et j’ai donc dû faire plus de deux heures de trajet en transports en commun pour essayer de trouver mon âme sœur. Mon bonheur retombe une fois les portes du refuge franchi. Tant de petits cœurs brisés, tant d’animaux qui ont été déçus par les hommes, et qui, cependant, ouvrent leurs cœurs et offrent une seconde chance aux bipèdes que nous sommes. J’ai affronté chaque regard un par un, j’ai voulu leur offrir la seule chose que je pouvais offrir en ce moment même; ma présence et mon affection. Malheureusement je ne pouvais pas tous les adopter… J’entre alors dans la chatterie principale. Les cages sont petites, les animaux pleurent pour espérer sortir un jour, les chats se jettent tous sur les barreaux des cages pour espérer une caresse. Je leur offre tous un peu d’amour, j’essaye de faire au mieux.

Je pleure discrètement, je ne veux pas que la bénévole me voit comme cela. A ce moment là, une petite patte attrape une de mes mèches de cheveux. Je me retourne surprise et je croise les billes rondes et jaunes d’un petit Grimlins tout noir. Je suis amusée de voir qu’il est le seul de la chatterie à m’avoir « tendu un piège » et je demande à la bénévole si je peux le caresser. Elle le sort et tout de suite il se met à tenter de me crapahuter dessus. Une évidence, je ne repartirais pas sans ce jeune chat. Il n’avait pas encore de nom, juste des lettres et des chiffres qui se suivent pour l’identifier.

Sur le chemin du retour il miaule beaucoup. Cette pauvre petite boule de poils ne doit en effet pas apprécier tous ces changements et ce bruit.. Je passe alors un doigt à travers la cage de transport, il pose sa patte dessus et cesse de miauler. Tant que nous avions ce contact, il ne bronchait plus.

Une fois à la maison je respecte les consignes d’adaptation (une pièce après l’autre), je lâche donc mon nouveau petit démon tout noir dans ma chambre. Il court partout comme un furibond, en quelques minutes il s’approprie la pièce et en quelques heures tout l’appartement. Je le vois si heureux que je décide de le nommer Happy. Il n’a jamais perdu de sa joie et de son entrain.

Je ne l’ai pas apprivoisé, c’est lui qui m’a apprivoisé. Il a toujours été joyeux, il a toujours su se faire comprendre. Il a toujours su être là quand ça n’allait pas. Il me complétait. Il faisait des âneries quand j’étais triste, venait s’enrouler autour de mes jambes pour me réchauffer quand j’avais froid. Nous étions toujours collés ensemble. Nous étions heureux, il me rendait heureuse. Ce n’était pas seulement un chat, il n’y a aucun chat qui soit seulement un chat, c’était mon meilleur ami, l’âme de mon appartement, mon âme soeur.

Dans mes moments de joies et dans mes moments de tristesse il a toujours été là pour m’aider, une présence réconfortante qui sait être discrète et écouter, donner de l’amour sans rien attendre en retour.

Un jour alors que je m’inquiétais qu’il ne soit toujours pas rentré (lui qui ne sortait qu’une heure maximum dehors si j’étais à la maison) j’ai découvert avec horreur qu’il avait été percuté par une voiture. Il n’avait que 4 ans. Il m’avait voué toute sa vie, donné tout son amour, et je n’ai pas su prendre assez soin de lui…

Dans ma vie de tous les jours j’essaye de l’honorer et de lui montrer que j’applique ce qu’il m’a appris. Une chose simple mais pourtant dur à appliquer parfois : être heureuse simplement. Profiter des chances que nous offre la vie. Je sais au fond de moi qu’il a été heureux, je sais qu’on se reverra, je sais qu’il est mon Unique.

En mémoire d’Happy, qui m’a inspiré ce blog, qui m’inspire pour monter mon refuge et mon restaurant.